Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, octobre 21, 2011

Pimenter



Le piment d'Espelette qui, en séchant , décore de  rouge vif  les façades blanches


 du petit village basque dont il est la spécialité , rehausse  , comme  précieuse épice , .la  gastronomie locale.
Des filaments de piment d'Espelette, dans le chocolat de Bayonne: quel délice !


Le site mentionné  précise qu'en corde, le piment ( revenu dans l'huile d'olive) peut accompagner tous les plats , le riz les pâtes , etc.et que ladite corde se conserve longtemps dans un endroit sec et aéré de la maison .
Las!
 Revenu dans l'huile, le piment nous a paru trop fort; bouilli, trop fade; et dans la maison, fin août, par un temps désespérément pluvieux ,  il a commencé à perdre sa  tenue  et sa belle  couleur.

Très déçue-sans doute faut-il être Basque pour conserver le piment-mais ne voulant pas jeter ce cadeau , je l'ai d'abord immortalisé par
un ETEGAMI

 puis j'en ai ôté les graines- sans gants: quelle imprudence!  et j'ai
   composé
un bouquet sec d'automne pimenté !



.....................................................................................................................................................................







11 commentaires:

  1. c'est 'fort' beau!!!

    RépondreSupprimer
  2. Lorsque nous avons visité les serres à Chèvreloup, il nous a été donné de gouter à différents piments, je devrais en semer un que j'ai ramené qui n'est pas très fort. C'est un fait que c'est très décoratif. Tu aurais pu le faire ?
    Mon mari m'en a ramené aussi d'Italie, de toutes les couleurs.
    Manger du piment c'est une question d'habitude comme de manger salé ou sucré. Demain soir je retourne chez Ramona, nous prendrons la paella plus épicée que lorsque j'y étais avec Claude. Nous n'avions pas voulu prendre de risque mais elle était fadasse.
    (On trouve du chocolat Lindt au piment rouge)

    RépondreSupprimer
  3. je suis bluffée par ce message si artistique, prouvant tes dons multiples...Bravo!

    RépondreSupprimer
  4. T'es une vraie artiste, Miss Yves. Ton bouquet est magnifique.
    Je ne connais pas le piment d'Espelette, ceux de Martinique oui. Il y a le fort et le doux, si tu te trompes, tu le sens passer ! Ouh là là !

    RépondreSupprimer
  5. Cergie, je me suis légèrement mais bêtement frotté l'oeil alors que j'avais ôté les graines à la main!

    RépondreSupprimer
  6. Voici une histoire coloré et pimentée ce après l’histoire cocasse de chez Claude...
    Bonne journée A + :))

    RépondreSupprimer
  7. On travaille le piment sans gants. Une fois. Pas deux.
    Fort joli, la composition. Et piquant!

    RépondreSupprimer
  8. La même mésaventure est arrivée à la personne qui nous a fait visiter les serres / une plante au suc terrible. Et elle a utilisé un piment redoutable pour un plat qui a été bon à jeter.

    Kourou est au niveau de l'Equateur > rotation de la terre > effet de fronde. En plus pas de cyclone < jonction entre les deux hémisphères.
    Et de plus en face l'océan > pas de risque pour les populations !!!!
    Demande à ton mari il te confirmera et apparemement on en parle bcp aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  9. Aie, aie, ça pique !!!
    Cela m'est déjà arrivée avec des piments oiseaux !!!!
    Mais tu as bien réagi en réalisant cette belle composition !
    Je demande à goûter au chocolat parfumé à l'espelette !!!

    RépondreSupprimer
  10. Beautiful! We grow a lot of hot peppers and my son makes a wonderful smoked pepper sauce.

    RépondreSupprimer