Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, avril 29, 2011

Peinture et météo ( 2 bis /3)

Fernand Le Gout-Gérard (1854-1924), "Gros temps"


-Saint-Lois d'origine, fils d'un fonctionnaire du Trésor, et lui-même employé dans cette administration, il abandonne cette carrière , à l'âge de 37 ans pour se consacrer  à la peinture.
C'est un peintre virtuose, à la touche vigoureuse , perceptible dans ce tableau, amateur d'effets  spectaculaires- en témoigne la barre de lumière à l'arrière plan contrastant avec la masse sinistre des trois bateaux des premiers plans;
Devenu peintre  à Concarneau, il s'intéressera aux sujets pittoresques , les Bretons et  Bretonnes en costumes  et aux scènes de marchés.
.................................................................................................................................................................;
 Précisions intéressantes sur ce peintre   de Concarneau


Vidéo/musée municipal du Faouêt: ici
....................................................................................................................................................................

-Un peu de météo marine avec Ludovic Pesnel:
qui a d'abord  défini les notions suivantes:

-Barre, ciel  de traîne,
- houle (vague résultant du vent sur l'eau),
- mer du vent (résultant du vent local),
- houle résiduelle (vague résultant d'un vent lointain ),
- vent Beaufort
et  rappelé pourquoi la mer est *bleue, ou  verte, pour  faire le bilan suivant:

-Après une situation de coup de vent, une  dépression, le vent est tombé-puisqu'il y a une forte  houle mais sans écume.
-La barre de lumière  correspond à une éclaircie; les perturbations étant passées, nous avons un ciel de traîne.
-Par "gros temps", on peut s'attendre à des vagues de 2, 50 m  et à  un vent de force 5, mais, avec une houle comme celle-ci,   plutôt de force 10
-La teinte sombre de la mer s'explique par l'ombre des cumulonimbus.

*L'eau filtre les rayons lumineux, or , la  seule couleur à être absorbée est la couleur bleue. Si l'eau  est verte, c'est qu'il y a de la chlorophylle, du  photo plancton.
.................................................................................................................................................................

mercredi, avril 27, 2011

"La Normandie des Princes de Monaco, du Maréchal de Matignon au Prince Albert II"

Dans le cadre du 11000 ème anniversaire de la Normandie, l'exposition
"La Normandie des Princes de Monaco, du Maréchal de Matignon au Prince Albert II"
a  été inaugurée ce matin, au Musée des beaux-Arts de Saint-lô, en présence du Prince Albert II, venu dévoiler le buste de la maréchale de Matignon, son ancêtre.
(Eléments historiques ici)



Ce buste , qui faisait  partie du tombeau de la chapelle des Matignon au Château de Torigni dévastée sous la Révolution , était disparu mais  est réapparu  récemment sur le marché de l'art, d'où l'idée du conservateur, 
M Dufresne (décédé en 2010) de lancer une souscription pour l'intégrer aux collections du musée de saint-Lô . Cette idée a été reprise et menée à son terme par la présidente des amis des musées  municipaux de Saint-lô, Madame Suzanne Leclerc,(photo ci-dessous) grâce à sa ténacité, aux souscripteurs et  à la générosité du Prince Albert de Monaco dont l'aide a dépassé toutes les espérances .

Précisions ici




(Article de O. F du 28/04/11 avec brève vidéo  du discours d'Albert II au moment du dévoilement du buste: ici)




M. Digard, Maire de Saint-lô a rendu hommage aux initiateurs de "ce projet fou" et à la générosité du prince Albert , dont il a rappelé les liens ancestraux avec la ville et la Normandie.
(Rappelons que parmi les titres de noblesse d'Albert II de Monaco figurent ceux de "Baron de Saint-lô "et Comte de Torigni)

Dans sa réponse, Albert II a renchéri sur ces liens historiques et mythiques, insisté sur l'importance de la culture et mis en perspectives les devoirs princiers actuels avec ceux d'autrefois, tels qu'ils étaient énoncés sur le tombeau .

Cette inauguration , à laquelle 400 personnes étaient invitées (initialement, 200 étaient pressenties) a constitué un véritable événement , tant culturel que médiatique: les photographes professionnels et amateurs s'en sont donné à coeur joie !

(A suivre: généalogie des Grimaldi et des Matignon+et photos de l'expo)

mardi, avril 26, 2011

La météo dans les tableaux du musée des beaux-Arts de Saint-lô (2/3)



Suite de

la double analyse  menée par un  professeur d'arts plastiques, M Thierry Brocard. et un météorologue, M.Ludovic Pesnel.

4-Aquarelle de Mauprat
-Henri Chardon (St-Lô,1861-Montreux 1939 ) , lauréat de la faculté de Droit, occupa  de hautes fonctions comme conseiller d'Etat, membre de l'Institut, secrétaire général de l'exposition universelle de 1900 - et consacra ses loisirs à la pêche, la chasse, la peinture mais aussi   l'écriture puisqu'il fut également  romancier.
Biographie et bibliographie ici
Il offrit à la CohtMt&ta !7Mt~~t de New-York ,où il avait fait des conférences sur Tocqueville une collection d'aquarelles représentant des vues du Cotentin.

-Tout comme le professeur d'arts plastiques, notre spécialiste en météorologie   a admiré le  savoir-faire de l'aquarelliste qui représente  ici les  environs de Barfleur.

Ce tableau a suscité  un débat chez les collègues de M. Pesnel : ces cumulus  viennent-ils de la mer ou de la terre?
Réponse logique: pour que la mer-très bien rendue- soit agitée ainsi, c'est que souffle un vent d'amont (d'Est,  Nord-Est) qui vient de la mer.
Précision: la Manche fait une sorte de goulet, dans le fond de cette mer on retrouve le lit de la Seine et les traces de la Tamise.
Les cumulus  sont à la limite du "conjectus", cependant, ils ne remplissent pas totalité le ciel bleu;  le tableau évoque  une  situation typique de ce qui se passe  "chez nous"à la fin de l'été  et au début de l'automne: la mer est encore chaude alors que le vent d'amont ne l'est guère, l'air plus froid crée des lignes d'instabilité, les pêcheurs qui ramassent le varech caractérisent  la marée d'équinoxe de la fin septembre.

(Parenthèse: ce type de situation, avec lignes d'instabilité favorise la neige dans le Cotentin, exemple les premières chutes de neige cette année)

 Classification des nuages, ici

-A suivre
avec les analyses de:

5-Gros temps ,de Fernand Le Gout- Gérard (St-Lô 1856-Paris 1924)
6- Coucher de soleil à marée basse, Boudin (A suivre)

dimanche, avril 24, 2011

La météo dans les tableaux (1 bis )



Double analyse par un  professeur d'arts plastiques, M Thierry Brocard. et un météorologue, M.Ludovic Pesnel.

1-Vue de Saint-lô, Le Vavasseur (1810-1870)

-La comparaison avec la vue de saint-lô par J.B Corot (ici) frappe, par ses différences: chez LeVavasseur, le parti pris de symétrie est évident. Le point de vue, frontal, à partir de la Vire est encore  reconnaissable, de nos jours.
Tout est net, des premiers plans aux lointains, ce qui laisse supposer que le peintre a retravaillé en atelier ses croquis préparatoires pris sur le motif.

-Aucun doute possible, la végétation traduit la fin de l'été ou le début de l'automne , quant au moment de la journée, d'après le type de nuages (de petits strato-cumulus qui continueront à se développer) il s'agit de la fin de matinée ou de début de l'après -midi.



2-Village en Egypte, Jaro Hilbert

-Né en Slovénie en 1897, ce peintre au style "expressionniste mystique", s'est installé en Egypte où il a vécu 36 ans, il y a fondé une académie de peinture sous Farouk , chercha son chemin artistique, mais revenu dans son pays, essuya le reproche d'avoir fait de la peinture commerciale. Il a peint jusqu'à la fin de sa vie.
Les contrastes (Ciel sombre  /terre claire) sont marqués dans ce tableau -où détonent quelques petits effets de couleur d'un goût discutable-  et la construction  est simple.

-Les contrastes saisissants  et les cumulo-nimbus annoncent l'orage. (Ils  peuvent en Egypte avoir une expansion verticale de 18 km, provoquer une inondation, et , dans le désert des tornades de sable)



3-Bergers et troupeaux descendant de la montagne, Bénouville,(1815-1891)

- Jules Achille Bénouville (lien/ biographie)exposa en 1834 au Salon, obtint le second prix de Rome en 1843 avec Ulysse et Nausicaa,séjourna trois ans à la Villa Médicis, voyagea avec Corot en Italie où il s'installa pendant 25, sans renoncer à exposer dans les Salons parisiens
Il resta toute sa vie fidèle au paysage historique.
L'influence de Claude Lorrain se fait sentir, dans les lointains vaporeux, dans ce tableau , vraisemblablement recréé en atelier à partir de croquis préparatoires .

-C'est l'automne, comme le montre la végétation rousse et  la fin de la transhumance.
On remarque  deux types de nuages, stratiformes ( à l'arrière-plan) et cumuliformes , d'extension médiocre.
Pourquoi deux types de nuages ? Cette connexion  a lieu lorsqu'il y a suffisamment de chaleur et d'humidité, conditions réunies en Italie et particulièrement sur les reliefs.

La météo (1/3)

...dans les tableaux


Une initiative originale de l'association des amis des musées de Saint-lô, le dimanche 20 mars 2011:
une  double analyse de six tableaux du musée
par un  professeur d'arts plastiques, M Thierry Brocard. et un météorologue, M.Ludovic Pesnel.
Le premier présentait  la carrière et la manière du peintre, le second, à l'aide d'indices divers reconstituait  la situation météorologique évoquée dans le tableau -compte tenu  de la création artistique qui ne peut réduire une oeuvre d'art à une simple représentation réaliste.
(A suivre)

-Vous pouvez, dès à présent proposer votre propre analyse météorologique!
Article de Ouest France ici



1-Vue de Saint-lô, Le Vavasseur (1810-1870)




2-Village en Egypte, Jaro Hilbert

3-Bergers et troupeaux descendant de la montagne, Bénouville,(1815-1891)

vendredi, avril 22, 2011

Un ciel, des cieux

Ciel animé.

Ciel serein, d'un pur azur.

Ciel  avec ruine à  contre-jour.

jeudi, avril 21, 2011

La médiathèque ...à l'heure d'Alice (3/3)




Samedi 16 avril: lectures  alternées
en Français 
et en  
Anglais
par
Martine Buaillon
et 
Rowland Atterbory




Un moment très agréable grâce à un habile découpage de la trame narrative, et à la variété des modalités de mise en voix:
traduction, dialogues Anglais /Français et vice versa, lecture "en écho" , à la manière d'un canon musical.

Et -surprise-avec un lancer de cartes final!

Bravo pour cette initiative  aussi intéressante qu'originale!

mardi, avril 19, 2011

Qu'est-ce ? (1/3)


 

Indice:.......................................................................................................................................................

 C'est...........................................................................................................................................................

lundi, avril 18, 2011

Point cardinaux



 Impossible ici de
perdre le nord,
de perdre la boussole

dimanche, avril 17, 2011

Un pêqueux

Bi  d't'cheu nous
Traduction pour les "horsains"


Un pêcheur
bien de chez nous:
"Pour boire ou manger
c'est ici"

mercredi, avril 13, 2011

Château



Il était une fois...
Une si jolie petite plage
Il était une fois
Le Gulf stream
Il était une fois
Un château, que l'on appelait
le château de la princesse autrichienne
Il était une fois
Des souvenirs d'enfance.

lundi, avril 11, 2011

Aristochat



Tout de noir masqué
méprisant, le chat siamois
le maître des lieux

Miss Yves

Et l'aimable  participation de Vicky Lane

All black-masked contempt,
Master of all he surveys --
Haughty Siamese.

samedi, avril 09, 2011

Plein ciel



J’avais un cheval /
Dans un champ de ciel :
Et je m’enfonçais /
Dans le jour ardent. /
Rien ne m’arrêtait /
J’allais sans savoir, /
C’était un navire /
Plutôt qu’un cheval, /
C’était un désir /
Plutôt qu’un navire, /
C’était un cheval /
Comme on n’en voit pas, /
Tête de coursier, /
Robe de délire, /
Un vent qui hennit /
En se répandant. /
Je montais toujours /
Et faisais des signes : /
« Suivez mon chemin, /
Vous pouvez venir, /
Mes meilleurs amis, /
La route est sereine, /
Le ciel est ouvert. /
Mais qui parle ainsi ? /
Je me perds de vue /
Dans cette altitude, /
Me distinguez-vous, /
Je suis celui qui /
Parlait tout à l’heure, /
Suis-je encor celui /
Qui parle à présent, /
Vous-mêmes, amis, /
Êtes-vous les mêmes ? /
L’un efface l’autre /
Et change en montant. » /
Jules Supervielle

vendredi, avril 08, 2011

Haut perché


Vue imprenable...

mercredi, avril 06, 2011

Diabolique ?



 Ruine médiévale  aux allures romantiques, située à Moulineaux (non loin  de Rouen) sur une colline qui donnait   à voir sa  haute silhouette surmontée du drapeau normand  aux  anciens  usagers  de la route nationale  13, le château  de Robert Le Diable est en cours de restauration.

Selon wikisource, son nom viendrait soit de Robert de Montgommery , soit de Robert le Magnifique, père de Guillaume le Conquérant.
Il a été modifié et partiellement reconstruit en 1905 par Lucien Lefort, élève de Viollet Le Duc et inscrit à l'inventaire des sites en 1935
Racheté, restauré par Roger Parment -maire de Moulineaux- en 1950, ouvert à la visite jusquen 2003 ,puis fermé comme  propriété privée, victime d'un incendie qui a détruit les planchers de la Tour nord, il a enfin  été racheté par la communauté de l'agglomération Rouennaise

 Une légende sur le personnage de Robert Le Diable
+
Début d'analyse de cette légende : ici

http://www.casteland.com/pfr/chateau/hnormand/seinem/moulineaux/moulin_hist.htm

http://moulineauxetenvirons.free.fr/