Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

jeudi, octobre 04, 2012

Prison d'amour , le long des quais de la Seine (3)

....Un  thème chanté par les troubadours


 - Comme dans les chansons populaires"Amour" rime -t-il avec "toujours ?

 Un nouveau rite amoureux et urbain : les cadenas d'amour , ici, sur le Pont des Arts à  Paris



Amour est feu qui brûle et que l’on ne voit pas ;
C’est blessure cuisante et que l’on ne sent pas ;
Ravissement qui ne sait pas ravir ;
Folle douleur qui ne fait pas souffrir ;
        
C’est ne plus désirer qu’un seul désir ;
C’est marcher solitaire dans la foule ;
Jamais n’avoir plaisir à un plaisir ;
Penser qu’on gagne alors que l’on se perd ;
      
C’est librement vouloir être captif ;
C’est quand on est vainqueur, servir qui est vaincu ;
Rester loyal alors que l’on nous tue.
      
Mais comment ses faveurs font-elles naître
Une amitié entre les cœurs humains,
Si amour à ce point est contraire à lui-même ?


Luis de Camoëns
Traduction de Marvonne Boudoy et Anne-Marie Quint 
in La Poésie lyrique, L'Escampette


16 commentaires:

  1. pollution de la seine par tous les clefs jetés dans l'eau....
    biz

    RépondreSupprimer
  2. *** Coucou Chère Miss_Yves !!!! :o)

    Tes photos de la capitale sont belles !!!! J'aime beaucoup !!!

    Les petits cadenas ... EXTRAS !!!!

    La poésie est en harmonie avec ce joli post !!! :o)

    MERCI BEAUCOUP et grosses bises ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  3. Les paradoxes de notre société moderne. Il n'y a jamais eu autant de séparations et parallèlement d'autres se cadenassent... Un manque de confiance, une nouvelle religion?
    Bonne journée A + :))

    RépondreSupprimer
  4. Elfi et Daniel:Eh oui!...
    Nancy:A défaut de poésie dans la réalité, il reste la réalité de la poésie!

    RépondreSupprimer
  5. Je n'aime pas ces cadenas qui défigurent les parapets du Pont des Arts.
    Ah, l'amuuur ! Je peux dire que des fois ça ne dure pas toujuuurs !

    RépondreSupprimer
  6. J'en ai même vu récemment près de la gare de Cologne...
    Ceux du pont des arts parfois disparaissent et, parait-il, la municipalité n'y est pour rien. Ceci dit au prix où le métal se (re)vend aujourd'hui...

    RépondreSupprimer
  7. Ah que c'est décevant, Claude!

    RépondreSupprimer
  8. Les cadenas de l'amour me font penser à Prévert et son poème Pour toi mon amour, que voici:

    Je suis allé au marché aux oiseaux
    Et j'ai acheté des oiseaux Pour toi
    mon amour
    Je suis allé au marché aux fleurs
    Et j'ai acheté des fleurs
    Pour toi
    mon amour
    Je suis allé au marché à la ferraille
    Et j'ai acheté des chaînes
    De lourdes chaînes
    Pour toi
    mon amour
    Et puis je suis allé au marché aux esclaves
    Et je t'ai cherchée
    Mais je ne t'ai pas trouvée
    mon amour.

    RépondreSupprimer
  9. Je trouve cela romantique moi, tous ces cadenas :-)
    Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  10. HPy: très belle référence. L'amour comme chaîne, évidemment cela va à l'encontre des idées de Prévert!

    Je suis comme je suis
    Je suis faite comme ça
    Quand j'ai envie de rire
    Oui je ris aux éclats
    J'aime celui qui m'aime
    Est-ce ma faute à moi
    Si ce n'est pas le même
    Que j'aime chaque fois
    Je suis comme je suis
    Je suis faite comme ça
    Que voulez-vous de plus
    Que voulez-vous de moi

    Je suis faite pour plaire
    Et n'y puis rien changer
    Mes talons sont trop hauts
    Ma taille trop cambrée
    Mes seins beaucoup trop durs
    Et mes yeux trop cernés
    Et puis après
    Qu'est-ce que ça peut vous faire
    Je suis comme je suis
    Je plais à qui je plais

    (…) Pourquoi me questionner
    Je suis là pour vous plaire
    Et n'y puis rien changer.

    J. Prévert

    RépondreSupprimer
  11. l'histoire ne nous dit pas si tu as mis le tien

    RépondreSupprimer
  12. Si par hasard sur l'pont des arts
    Tu croises le vent, le vent fripon
    Prudence prends garde à ton jupon...
    Brassens aimait y passer...

    RépondreSupprimer
  13. *** Hello Miss_Yves :o) !!! Je viens te souhaiter une bonne fin de semaine !
    GROSSES BISES en direct de Thaïlande et à lundi ! :o) ***

    RépondreSupprimer
  14. What a beautiful series of posts!!

    RépondreSupprimer
  15. Les poèmes de Prévert sont plus romantiques que les cadenas.
    Tu sais Miss Yves, c'est toujours mieux la seconde fois quand la première fois n'a pas été la bonne.

    RépondreSupprimer
  16. Moteur puissant que celui de la mode. Chacun des amoureux au moment de refermer le cadenas a dû vivre son moment de magie et l'instant a dû rester dans leur mémoire. Grand bien leur fasse. Vive le romantisme!

    RépondreSupprimer