Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, septembre 30, 2012

La rue des Libraires à Blainville / mer

Découverte de la “rue des libraires”à Blainville / mer,
le 18 août 2012 .
Visite guidée de M. François Noblet-Rousseau





Une rue des Libraires à Blainville- sur -mer ? Vous pensez sans doute à l' un de ces 
salons du livre qui fleurissent ici et là , en toute saison et tout spécialement l'été?
Que nenni!.
Le terme “libraire “ désigne ici une corporation d'imprimeurs, d'éditeurs , 
parfois d'écrivains ou de bouquinistes - autant de professions du livre - et cette rue 
renvoie à des faits socio -historiques très originaux du Coutançais, exposés par 
notre guide, Monsieur François Noblet-Rousseau.

Il faut remonter au XVIème siècle pour trouver déjà la trace d'une famille 
d'imprimeurs - ayant pour descendant Remy de Gourmont- active de 1502 à 1533. A 
partir de la Révolution, les colporteurs diffusent objets, quolifichets et gravures 
licencieuses, donnant à un habitant de Montsurvent l'idée de vendre du 
papier de maison en maison. Il deviendra le fournisseur attitré de Louis XVI et de 
Marie-Antoinette. Sa réussite inspirera environ 600 vocations de 1789 à 1900 : des 
Blainvillais (au nombre de 30) , Gouvillais , des habitants d'Agon -Coutainville, du 
canton de Coutances (289) ou de Saint-Malo de la Lande (9 ) quitteront leur région natale pour échapper à leur condition de futur pêcheur ou journalier et tenter leur chance à Paris comme libraires.
Sur le nombre, ceux qui ont réussi, à l'image de Pierre Blaizot, reviendront au pays et 
y feront construire des maisons ou rénover leur ferme d'origine , manière d' 
exposer aux yeux de tous leur ascension sociale . Le respect de l'architecture locale 
leur importe peu! En témoigne cette habitation aux allures de castel façon Viollet-
Leduc .



 Une autre , (Le clos des Pommiers) remarquable pour son style anglo-normand 
plus approprié sur la côte de nacre , possède un vaste parc qui contournait l'école 
des filles jusqu'à la gare. 




Au carrefour de la quarantaine, une des demeures les plus spectaculaires, le château des Ruettes, de style néo gothique ou Victorien, appartenait à M. Petitot . Il y avait fait édifier une terrasse ouvragée au-dessus d'une pièce abritant une magnifique bibliothèque en chêne aux livres innombrables.



Allaient de pair avec ces constructions de “nouveaux riches”(dixit notre guide) des 
actions de bienfaisance, des gestes que l'on qualifierait aujourd'hui de 
paternalistes, mais admis et appréciés à l'époque. Ainsi, Madame Blaizot avait-elle 
financé l'électrification des cloches de l'église, affecté au service de ses 
concitoyens trois religieuses-infrmières et veillé à l'approvisionnement régulier de 
la pharmacie en médicaments. De même, Georges Lemallier offrait aux enfants , à Noël une 
caisse de pommes d'oranges, se faisait remettre ,en juin , la liste des lauréats pour 
ajouter aux Prix des livrets de caisse d'épargne.



Si Monsieur François Noblet-Rousseau connaît parfaitement son sujet , c'est qu'il 
est lui-même le descendant d'une de ces familles de libraires . 
Georges Lemallier, fils de douanier , était employé chez l'éditeur scolaire Belin. Ayant 
réussi, il  avait  agrandi sa petite ferme en lui adjoignant une aile pour ses enfants. Or, sa fille, Georgette avait  épousé le fils Rousseau, qui habitait de l'autre côté de la rue de Bas! Devenue marchande d'estampes à Paris, Georgette profitait des vacances pour transformer la maison et , derrière la construction , s'est fait bâtir une grande tour. .. dans le goût de Viollet-Leduc .

   

C'est dans le parc de cette grande propriété , “les Glycines”, conservée pour sa 
famille, que monsieur François Noblet-Rousseau a poursuivi la visite en nous présentant, outils et documents à l'appui, les techniques de l'estampe dont son grand-père Maurice Rousseau était devenu spécialiste.


 Il a également évoqué le mode de vie de ces libraires , artisans et travailleurs acharnés plutôt qu'artistes ou intellectuels , mais ” se tenant bien à table”




Louis Beuve les décrit ainsi dans un texte de 1921: “Savants, ils ne l'étaient guère, du moins à l'origine, ces bouquinistes qui, chaque matin, rangeaient tout au long des quais de la Seine des boîtes de livres. Partis en sabots de leur petite commune, ils s'en étaient venus là parce que d'autres, disait-on dans le pays, gagnaient beaucoup d'argent en revendant des bouquins. » 



Après nous avoir invités à parcourir le parc de cette demeure conçue pour vivre en 
autarcie, des raffraîchissements nous ont été aimablement offerts , bienvenus par 
cette belle journée d 'août !

Cette initiative d'une balade estivale s'est avérée très positive . 
Notre région étant très riche sur le plan patrimonial, d'autres promenades culturelles pourraient être organisées l'an prochain sur d'autres thèmes, pour le plus grand plaisir des membres des amis des musées qui ne choisissent pas de destinations lointaines pour leurs vacances .

  M.S.




vendredi, septembre 28, 2012

Jivko





 Les sculptures de

Jivko

allient puissance,  grâce, réalisme  et  onirisme.
 .................................................................................................................................................................
Lien vers les poèmes inédits de Michel Savatier / l'exposition de Jivko au Cannet
.............................................................................................................................................................

jeudi, septembre 27, 2012

Automne sonne comme pommes


 Claude Lalanne (1924)
 La Pomme de Guillaume Tell (2004)
Bronze 4/8 


 Une récolte prometteuse

La pomme

Bel automne
À moi tes pommes,
Qui sont rougeaudes comme joues de jeune vierge !
J'y veux mordre à pleines dents ;
J'y veux boire à pleines lèvres :
Bel automne,
À moi tes pommes
Pour le pressoir qui les attend !
J'en veux faire éclater la fine chair
Entre les mâchoires de fer ;
J'en veux tirer la liqueur blonde ;
À grand effort de vis et de levier,
J'en veux faire jaillir une source de songe !
Pour défier
L'ennui de l'hiver et des mois sombres,
Rien ne vaut une cave pleine et froment au grenier.


Bel automne
À moi tes pommes !
Aux glèbes fraîches,
Mon blé germe :
Qu'importe le passé ? J'ai semé l'avenir.
Les feuilles sèches,
Au gré du vent peuvent courir
Dans la brume des soirs ternes ;


Si j'ai du cidre
En mon cellier,
Il m'est permis d'oublier
L'angoisse même de vivre,
L'angoisse de marcher ployé,
Et d'être si peu, si peu libre !


Philéas LEBESQUE


Autres poèmes sur la pomme ici

mercredi, septembre 26, 2012

Jeu


César, Pouce,( Fondation Pierre Gianadda)
...............................................................................................................................................
Bravo à Daniel!
Merci à tous!
....................................................................................................................................................


?








???????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Que le premier ou la première  qui trouve lève la main!

lundi, septembre 24, 2012

Dans tous ses états, l'eau (3)



"O  mon pays divin, j'ai bu toute ta sève, 
Je t'offre ce matin un brugnon rose et pur;
Une abeille engourdie au bord d'un lac d'azur;
Le songe universel que ma main tient et palpe,
Et mon coeur odorant comme le miel des Alpes"

Anna de Noailles, Enfance  au bord d'un lac.

Ce lac, c'est le lac Léman qui baigne "la petite ville d'Evian, lieu de tous les souvenirs", ville aimée  d 'Anna,  fille du Prince Bassaraba, Brancovan, qui acheta en 1875 la résidence d'été du Comte Walevski, le  châlet d'Amphion.



Devenue par son mariage Comtesse de Noailles, la poétesse n'oublia jamais ses lieux.

"C'est là que dort
 mon coeur
Vaste témoin 
Du Monde"

 Tels sont les mots inscrits sur une pierre, dans le cimetière de Publier, où repose son coeur, son corps , lui, a rejoint les célébrités du Père Lachaise.(Visite Ici)



Fontaine musicale (lien)

samedi, septembre 22, 2012

Dans tous ses états, l'eau (2)

Ville d'eau, Annecy a  quelque chose des lacs italiens,   de Venise et de Bruges.

v

Vue du pont des Amours


Le Palais de l'île (prison sous la Révolution)
sur les eaux du Thiou


vendredi, septembre 21, 2012

Chavirant!

C'est grave, docteur ?

Cha va mieux ,???????????????????????????????????????????????????????????????????????????,

jeudi, septembre 20, 2012

Dans tous ses états, l'eau (1)




Le lac vert , Plane Joux

La cascade de Sixt

Le lac Léman,
 ou petit lac ,
 pointe d'Yvoire
"La perle du Léman"


 
"Pour moi , cygne d'hiver égaré sur tes plages,
Qui retourne affronter ton ciel chargé d'orages,
Puissé-je quelquefois, dans ton cristal mouillé,
Retremper,  ô Léman, mon plumage mouillé"

Lamartine

mardi, septembre 18, 2012

Bancs publics et autres

Rustique 
(La Jaÿsina, Samoëns)


Bucolique 

Georges Segal (1924-2000)
Woman with Sunglasses on Park Bench
1983
Bronze Patiné
Coll. Fondat. Pierre Gianadda


Fantomatique




Gigantic!

dimanche, septembre 16, 2012

Figures en écho


Promenade dans le magnifique  parc de sculptures de la fondation Pierre Gianadda:



 Un  Penseur d'un nouveau genre, aux côtés d'une belle alanguie...


Cette sculpture de Henri Laurens (1885-1954)
  s'intitule "Grande Maternité" (1932)
Bronze 4/6


Est-ce la grande paternité de ce promeneur qui  le fait se reposer ainsi  à l'ombre?




Entre nanas...le courant passe!





samedi, septembre 15, 2012

Nouvel Icare



!
qui nous fait planer
!
...............................................................................................................................

jeudi, septembre 13, 2012

Art sacré

 Le plateau d'Assy, réputé pour son climat, fut un centre de lutte contre la tuberculose: de nombreux sanatorium y furent construits, entre les deux-guerres, ces bâtiments à l'architecture caractéristique demeurent , pour certains, mais avec une toute autre fonction.



Sancellemoz est un exemple "d'architecture compacte en béton"  avec vaste  terrasse sur le toit pour le repos et le bien -être  des patients (carte postale)
............................................................................................................................................;
A la veille de la seconde guerre mondiale, le chanoine  Devémy fit appel à Maurice Novarina pour construire  une église afin d'assurer son ministère auprès des malades: ce fut  Notre-Dame- de -Toute -Grâce,église  devenue  un haut lieu spirituel et culturel au rayonnement mondial.

Conseillé par le père dominicain Marie-Alain Couturier,  le chanoine Devémy,"pariant pour le génie"  fit  appel aux plus  grands artistes pour la décoration,  quelles que  fussent leurs convictions religieuses ou politiques.
On reconnaît sur la façade- consacrées aux litanies de la Vierge-le style de Fernand Léger.



A l'intérieur-où les photographies ne sont pas autorisées-  Lurçat a conçu une tapisserie sur le thème de l'Apocalypse, Bonnard et Matisse ont décoré les autels latéraux (pour l'un, Saint-Dominique, pour l'autre, Saint-François) Braque a réalisé la porte du tabernacle, Chagall a illustré l'arrière-plan des fonts baptismaux de vitraux et d'une céramique illustrant le passage de la Mer Rouge .




D'autres vitraux sont l'oeuvre de Rouault et de Bazaine, Jacob Lipchitz (Vierge) , Kijno (un ), Germaine  Richier (un Christ très controversé en son temps), et Constantin Demaison ont également participé à la décoration

dimanche, septembre 09, 2012

Bulbes et autres sons de cloches

 Un petit air  exotique, venu d'Europe de l'est, avec les clochers à bulbe





-Saint-Gervais, 
commune renommée pour ses eaux sulfureuses dès le  début  du XIXème siècle, villégiature d'été dès la fin du même siècle, et station de sport d'hiver  depuis la fin des années 30.
 Précisons que sur son territoire communale se dresse , du haut de ses 4810  m.le célèbre Mont Blanc !






 Style baroque à l'intérieur


Yvoire, village médiéval fortifié ,au bord du lac Léman



 A Bonneville,l'église arbore fièrement le style néo classique  sarde