Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mardi, avril 23, 2013

Sushi-Manga (2)- Coups de coeur

à la médiathèque de saint-Lô
(Suite)

Damien a expliqué les caractéristiques et les codes du Manga, parfois détournés:

Lecture de gauche à droite, décors peu fouillés, noir et blanc, expressivité, onomatopées,ellipses rares,  dynamisme, passage fréquent du comique au tragique,  violence-accentuée dans les dessins animés- thèmes __stéréotypés- ciblant le public féminin:(shojo )=amour les garçons(shonen)=quête initiatique
Les mangas pour adultes (senen) traitent des thèmes plus variés.


Venons-en au thème du jour: les mangas culinaires.

L'auteur de Quartier lointain, primé au festival d'Angoulême en 2003, Taniguchi, met en scène dans  Le Gourmet solitaire  un personnage dont on ignore tout (vraisemblablement voyageur de commerce) et  dont les pauses-déjeuner structurent , de façon un peu répétitive, il est vrai_ce one shot (=manga en un volume).
Pas d'action, pas de narration, seulement des impressions à propos de ses dégustations de plats traditionnels japonais, ou importés . détails amusants:  les recettes et les prix des plats sont indiqués avec précision!

Autres  détournements des codes: le côté intimiste et les décors très fouillés où l'on reconnaît la patte de cet auteur que j'apprécie énormément.


Annick présente un autre "one shot" qui lui a  plu:
Corée, cette fois-ci, Junk love de 
Il s'agit d' histoire de couple, dont le narrateur n'est pas le sujet central. Les protagonistes, une jeune fille , modèle à ses heures pour payer ses études et un jeune homme plutôt menteur se disputent puis se réconcilient autour d'un plat. 
L'intérêt réside (outre la gastronomie) dans l'alternance des deux points de vue et dans le graphisme , particulièrement soigné pour la chevelure de la jeune fille.


Petite Forêt de Daisuké Igarashi
Après quelques pages en couleurs- ce qui est rare-l'illustrateur passe au noir et blanc .
Il s'agit d'une  chronique d'un hameau du nord du Japon (Komori)   racontée par Ichiko. 

Cette jeune fille y mène une vie simple, en autarcie,  en contact avec la nature. Ses relations avec ses voisins, ses petits boulots   ou  l'expérimentation de recettes fournissent le pivot de chaque épisode. 
Sa joie de vivre  cache une blessure: son abandon par sa mère alors qu'elle était petite.

Nostalgie et souvenirs se mêlent aux sensations gustatives.
"La cuisine est le miroir de ton âme" , répétait sa mère. 
"Fais attention, sinon tu vas te brûler"

L'auteur, né en 1969 au nord de Tokyo  transpose sa propre expérience: son installation durant sept ans dans une province rurale  , parallèlement à sa carrière de mangaka.
"Dans une ville, on achète tout, tandis qu'à la campagne, les gens ont un mode de vie autosuffisant, or il est important de savoir d'où provient ce qu'on mange"

(Ci-dessous, décoration de la médiathèque  composée par élèves de l'école municipale de dessin)



Damien parle des Gouttes de Dieu, de Tadashi Agiet Shu Jokimoto , une étonnante série qui  tourne autour du vin et qui a nécessité une abondante documentation in situ  dans le Bordelais. Des fiches techniques permettent de se rendre compte du travail de recherche effectué.



C'est en quelque sorte un récit d'apprentissage. Qui , de deux frères méritera  l'héritage prestigieux d'un père éminent oenologue?  Le fils formé à cet art, qui procède scientifiquement  dans ce défi  ou le fils néophyte, qui suit son instinct et sa sensibilité ?


Evidemment, cette  séance  pédagogique, très vivante , a été clôturée par une dégustation de sushis, makis,et de  thé au jasmin

10 commentaires:

  1. Coucou Miss-Yves.
    Ma petite filles fervente de Manga aurait adoré.
    J'ai toujours adoré les BD en ce qui concerne les Manga, j'avoue ne pas trop adhérer, surtout le fait de commencer à lire par la fin !!!!
    Très bonne journée A + :))

    RépondreSupprimer
  2. ♡✿♡ ♡✿♡ ♡✿♡
    Bonjour et merci Chère Miss_Yves pour la suite de la visite à la médiathèque... sympa ce thème "Sushi-Manga" :o)

    J'aime beaucoup la photo du joli banc en présentation de ton blog !!!

    Je t'envoie de GROS BISOUS d'Asie !!!
    Bonne continuation :o) !!!
    ♡✿♡ ♡✿♡ ♡✿♡

    RépondreSupprimer
  3. je commence à avoir envie de réessayer au moins une manga! tu es persuasive et si bien documentée!
    je crois qu'une telle prestation me plairait pour la dégustation mais pas de thé au jasmin, un thé vert japonais bien nature suffira

    RépondreSupprimer
  4. Je crois que je n'ai jamais lu de mangas et donc pas plus de mangas culinaires. Mais les personnes que vous présentez ont l'air de vivre leur passion et c'est cela qui est beau. Transmettre ses goûts aux autres est une manière de partager. Et encore plus quand il y a du thé au jasmin et quelques sushis pour agrémenter les présentations.

    RépondreSupprimer
  5. Dévorer des mangas en dévorant des sushis. Je ne suis ni l'un ni l'autre mais je vois qu'il y a des passionnés des deux. Je ne savais pas qu'il pouvait y avoir des mangas culinaires.
    Il ferait bien dans mon jardin, le beau banc !

    RépondreSupprimer
  6. Daniel: c'est une habitude à prendre.
    Toutes les publications françaises de de mangas ne suivent d'ailleurs pas ce code

    RépondreSupprimer
  7. autant je suis fan de BD autant je n'accroche pas aux mangas
    mais est ce de la BD

    par contre un petit sushi

    RépondreSupprimer
  8. Comme c'est intéressant et cela donne envie de s'y mettre. Les Gouttes de Dieu, de Tadashi Agiet Shu Jokimoto me rappellent la BD "Les ignorants" d'Etienne Davodeau: parallèle entre deux métiers: vigneron et imprimeur. J'ai beaucoup aimé mais je suis une novice en BD alors les Mangas.

    RépondreSupprimer
  9. Des mangas culinaires!!!
    J'ai du mal déjà avec les BD alors pour les mangas, je suis complètement inculte!!! Dommage j'aurais pu me faire une meilleure idée ce jour !

    RépondreSupprimer
  10. Thérèse: j'ai lu "Les ignorants" d'Etienne Davodeau: et j'ai beaucoup aimé.
    Daniel et Dédé: la passion est souvent communicative!
    Enitram: les Bd citées sont en prêt à la médiathèque
    Bergson, Nancy et Marguerite-Marie:il y en avait à la coquille St jacques, ce que je n'avais jamais goûté jusqu'ici

    RépondreSupprimer