Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, décembre 15, 2013

Rail , rouille, roule , rouge

"Vous avez mis le pied gauche sur la rainure de cuivre, et de votre épaule droite vous essayez en vain de pousser un peu plus le panneau coulissant.
Vous vous introduisez par l’étroite ouverture en vous frottant contre ses bords, puis, votre valise couverte de granuleux cuir sonre couleur d’épaisse bouteille, votre valise assez petite d’homme habitué aux longs voyages, vous l’arrachez par sa poignée collante, avec vos doigts qui se sont échauffés, si peu lourde qu’elle soit, de l’avoir portée jusqu’ici, vous la soulevez et vous sentez vos muscles et vos tendons se dessiner non seulement dans vos phalanges, dans votre paume, votre poignet et votre bras, mais dans cotre épaule aussi, dans toute la moitié du dos et dans vos vertèbres depuis votre cou jusqu’aux reins."


La Modification , Michel Butor, Editions de Minuit, 1957, Prix Renaudot



Interview de Michel Butor par Pierre Dumayet / son roman La modification 

http://www.ina.fr/video/I00013072



Article / guide du routard ici  (Le chemin de fer sur la côte d'azur)


Je ne voyage jamais sans mes mémoires. Il faut toujours avoir quelque chose de sensationnel à lire dans le train." Oscar WILDE


"Le TGV, trop rapide, est un mauvais coup porté au livre." Bernard PIVOT -



Plusieurs nouvelles de Maupassant ont pour décor un train, par exemple, celle -ci, (Notes d'un voyageur)
ou encore celle -là (La peur)

"Le train filait, à toute vapeur, dans les ténèbres.
Je me trouvais seul, en face d'un vieux monsieur qui regardait par la portière. On
sentait fortement le phénol dans ce wagon du P.-L.-M., venu sans doute de Marseille.
C'était par une nuit sans lune, sans air, brûlante. On ne voyait point d'étoiles, et le
souffle du train lancé nous jetait quelque chose de chaud, de mou, d'accablant,
d'irrespirable.
Partis de Paris depuis trois heures, nous allions vers le centre de la France sans rien
voir des pays traversés.
Ce fut tout à coup comme une apparition fantastique.......................................................................................................................................................
Anthologie sur
 thème ferrovière ici (extraits d'oeuvres littéraires)
et là 
(liste intéressante -non exhaustive  )
.........................................................................................................................................................
Florilège de citations sur ce site
...................................................................................................................................................................

27 commentaires:

  1. ❀ ❀ ❀
    Hello chère Miss_Yves !

    je te remercie pour ces MAGNIFIQUES photos et toutes ces infos que j'ai plaisir à lire.
    C'est un bel échange !

    Encore merci à toi et GROS BISOUS d'Asie vers la Normandie !!!
    ❀ ❀ ❀

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Miss Yves.
    Un dimanche de fraicheur donc propice à la lecture au coin du feu.
    Sans doute vrai les déplacement trop rapide nuisent à la lecture.
    A l’époque où je passais beaucoup de temps dans les transports (ce que je maudissais) je lisais beaucoup c’était le coté positif, depuis je ne lis pratiquement plus...
    J'aime bien les paysages que tu nous montre.
    Très bon dimanche.
    A + :o)

    RépondreSupprimer
  3. Quelle Modification ! les trains avec les compartiments et leurs photos...leurs il est dangereux de se pencher...
    et bien sur la bête humaine qui garde le visage de Gabin !
    bon dimanche Miss_Yves

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup les longs voyages en train... seule de preference... pour me plonger dans un livre. Tu es bien a propos avec la litterature reliee aux trains.... notre fils a fini son voyage en bus a cause de 1) un suicide sur les rails et 2) les travaux dont les heures ne peuvent etre modifiees la nuit...
    On a envie en attendant de poser des questions a Oscar Wilde...

    Je reviendrai pour relire tout cela plus en details.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Problèmes de plus en plus fréquents, hélas!

      Supprimer
  5. Entendu parler ce jour à la radio de l'inauguration de la ligne TGV Paris-Barcelonne directe (sans changement de train) avec néanmoins un bémol à la clé : le tronçon Montpellier-Perpignan n'est pas encore à grande vitesse.
    Paris-Barcelonne en 5h15 ce n'est donc pas pour demain. Actuellement il faut compter 50 minutes de plus et on a largement le temps de lire un petit roman de 250 pages pendant le trajet :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent calcul! Que proposerais-tu , comme lecture ,

      Supprimer
    2. "Petit plume" par Eran Kroband (222 page en Pocket).
      Un petit roman que j'ai lu il y a longtemps et qu'il est temps que je relise car je ne m'en souviens plus très bien !

      Supprimer
  6. Je repasserai pour suivre tous les liens ; tout d'abord je ne peux pas être d'accord avec Bernard Pivot : pour lire, un fauteuil chez soi suffit ou même son lit ! Par contre, regarder le paysage par la fenêtre est un plaisir sans cesse renouvelé. Oscar Wilde finalement a raison : lorsqu'on lit on se ferme sur soi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été étonnée (agréablement ) de constater que beaucoup de personnes (plus qu'autrefois, me semble-t il) lisaient dans le métro ou le RER , pendant des trajets courts et réguliers.
      J'aime bien jeter un coup d'oeil-discret-je l'espère, sur les titres

      Supprimer
    2. Et voilà, je voulais parler de cela, de ces personnes qui lisent dans les courts trajets du métro (ou pour ma part du RER), durant ces trajets qu'elles font tous les jours de la semaine et dont elles connaissent par coeur l'itinéraire... Le trajet n'a pas besoin d'être long pour être mis à profit. Ces personnes sans doute n'ont guère le temps, entre les enfants, les contraintes ménagères, le conjoint, de prendre du temps pour elle chez elles...

      Supprimer
    3. Depuis 1957, tout a changé dans l'audiovisuel, prend on le temps encore de laisser parler les auteurs aussi longuement ?
      Ce tout jeune homme a une façon de regarder en l'air, scrutant sa mémoire, qui me fait penser à mon petit fils
      Alors depuis 1957 tout a changé, on ne va plus à Rome en train ! Je l'ai fait en 3ème depuis Epinal, en voyage de classe. Et j'ai beaucoup aimé aller à Berlin en train couchette lorsque ma fille y vivait...

      Supprimer
    4. Il y a des étudiants , ou des scolaires, qui lisent l'oeuvre au programme, un Balzac, par exemple, ceux qui lisent les auteurs à succès, et d'autres, inédites. J'ai dû parfois me retenir pour engager la conversation à ce sujet!
      Je te recommande le dernier Goncourt, Au-revoir, là-haut de Pierre Lemaître

      Supprimer
    5. Auparavant ce n'était pas entrain que l'on voyageait mais en diligence, j'adore "Boule de Suif" de Maupassant qui raconte les rapports entre les voyageurs obligés de se côtoyer (de même que moi dans la cabine couchettes). Et j'ai beaucoup aimé le passage où George Sand dans son autobiographie raconte le long voyage depuis son Berry, lorsqu'à la croisée des chemins elle croise des corps pendus de brigands de grand chemin

      Supprimer
    6. Auparavant ce n'était pas entrain que l'on voyageait mais en diligence, j'adore "Boule de Suif" de Maupassant qui raconte les rapports entre les voyageurs obligés de se côtoyer (de même que moi dans la cabine couchettes). Et j'ai beaucoup aimé le passage où George Sand dans son autobiographie raconte le long voyage depuis son Berry, lorsqu'à la croisée des chemins elle croise des corps pendus de brigands de grand chemin

      (Je ne sais si ce commentaire n'est pas déjà passé)

      Supprimer
    7. Ce qui me frappe, en revoyant des séquences comme celles-ci,(outre le long temps de parole des auteurs, que tu soulignes) c'est l'extrême politesse des deux parties. C'est aussi le cas des éventuels anonymes interviewées, dans la rue, la correction de leur langage, également.
      Années 60: Si tu revois Françoise Hardy parlant à Mireille, dans Le Petit Conservatoire de la Chanson, tu verras s'exprimer une jeune fille très comme il faut.
      Les terribles yé-yé étaient très bien élevés!

      Supprimer
  7. Le train que tu as photographié est celui qui prolonge le TGV depuis Marseille, j'aim bien ce moment où il longe la Méditerranée
    Il y a un train touristique mais aussi utilitaire : Celui des Pignes qui fait Digne-Nice. Le connais tu ?

    http://www.trainprovence.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne connais pas ce train touristique.
      Le train auto-couchettes est pour moi un tel cauchemar que nous avons trouvé un autre moyen de transport, d'où mes photos.

      Supprimer
  8. Une façon de voyager qui me convient tout particulièrement entre lire et voir défiler le paysage.
    Un bien joli thème que tu abordes là !
    Je vais consulter tes liens..........

    RépondreSupprimer
  9. heureusement que les trains n'arrivent jamais à l'heure ce qui permet de finir le livre

    RépondreSupprimer
  10. J'aime bien la conclusion de Bergson.
    On pourrait écrire de belles histoires de voyages en train si les trains étaient restés compartimentés.
    Maintenant le TGV enlève tout mystère à ce qui pouvait se passer dans les compartiments d'autant qu"on pouvait tirer les rideaux.
    Quand je suis allée retrouver quelques potes blogueurs à Rouen, j'avais emporté un bouquin de Musso car là, j'avais franchement le temps de lire surtout au retour. A l'aller, j'étais en de bonne compagnie pour papoter un peu.
    Moi aussi j'aime bien voir défiler le paysage ; j'aime bien aussi voir les vaches qui voient passer le train.
    J'ai lu quelques citations ; certains m'ont fait rire.

    RépondreSupprimer
  11. Je n'avais pas lu cette introduction,.............et avec mon épaule pleine de rhumatisme, je rigole si tu savais, merci pour ce beau post!!!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  12. moi dans les trains ce que j'aime c'est le défilement de paysages souvent bien connus avec de temps à autre un moment de lecture du chapitre qu'on a déjà lu mais le marque pages s'est déplacé!

    RépondreSupprimer
  13. ❀✽.¸¸.•*`❀
    Un petit bonjour pour toi en ce mercredi matin.

    GROSSES BISES et belle journée chère Miss_Yves !
    ❀✽.¸¸.•*`❀

    RépondreSupprimer
  14. Sauf dans les environs de New York il y a peu de trains ici. En Octobre j’ai pris le seul train qui va de Chicago à la Nouvelle Orléans – et il est très lent. D’ici, à Atlanta il n’y a aussi qu’un train, qui va vers New York au nord, ou vers la Nouvelle Orléans au sud. Atlanta, une ville qui, avec les environs, a plus de 6 millions d’habitants et on a qu’un train par jour – le seul et unique! Les trains me manquent!

    RépondreSupprimer