Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, mars 31, 2013

De retour !


                                                         Joyeuses Pâques!
............................................................................................................................................................
Photo déjà exposée ici  et rénovée 

Ce n'est pas une des huit cloches (article du Monde Ici) 
de 
Notre-Dame de Paris-  élaborées à la fonderie de Villedieu- les -Poêles, pour le 850 ème anniversaire de la cathédrale (vidéo ici)
mais
 une des 3 cloches du clocher de  
l' abbatiale de Saint-Fromond :

Les trois cloches d'origine, abîmées en 1944 (le clocher ayant été  fortement endommagé) ont été fondues et refaites .

Celle-ci vaut son pesant de cuivre: 1427 Kg et elle chante en ré, Si ! Si !

...............................................................................................................................................................




samedi, mars 30, 2013

Tea for two (bis ) = 4


 Dans le buffet maternel,
 ces deux tasses à café et ce  coquetier aux motifs orientaux me faisaient rêver.
Bien plus tard, y assortir ce service à thé fut comme un retour à l'enfance.

Un style  bien différent ci-dessous :

une  théière Salam , corps  en porcelaine et  cloche en inox , isotherme.



Qui ne connaît la pub des années 80:"ce n'est pas comme cela que vous réussirez dans la vie, monsieur Guy Degrenne!  dans laquelle le futur créateur de vaisselle  apparaît comme un cancre occupé
à dessiner des couverts en classe ?
(vidéo ici)
Mise en scène amusante , mais en décalage avec la réalité puisque le célèbre industriel normand était diplômé de l'ESSEC .

Sa réussite relève du  roman d'apprentissage : descendant, par son père , de la confrérie des "Grillous", fabricants de couverts en étain prisés des Terras-neuvas , il reprend  la forge paternelle, à Sourdeval en 1948.
Sa carrière prit un essor considérable  en créant des  couverts en acier inoxydable, dont le métal aurait été récupéré à partir des chars blindés, vestiges de la bataille de Normandie, aussi  en 1967 l'usine de Soudeval fut-elle en partie transférée à Vire .

(Suite de la biographie ici )
................................................................................................................................................
Bref, ces  théières racontent chacune une histoire, du passé à la modernité.

...................................................................................................................................................









jeudi, mars 28, 2013

Parcours fléché








Suivez le guide!
..................................................................................................................................................................;
Tilia a dit.



Une statue de Cupidon
qui me fait bien tourner en rond
tant l'adresse de ce bel archer
est difficile à dénicher
.........................................................................................................................................................
Grâce aux indices donnés par  Cergie .
et à la sagacité de  Tilia
 voici l'adresse "difficile à dénicher":
Tierceville.
Monument construit en août 1944 par le 179th Special Field Company Royal Engineers.
Situation : à l'entrée est du bourg, à l'intersection de la D12 et la D176

 Inspiré par la statue d'Eros de Picadilly Circus, il  a été édifié en l'honneur de la libération.

Lien ici
..............................................................................................................................

mardi, mars 26, 2013

Tango en lectures

samedi 23 mars 
à la médiathèque d'Agneaux 

Tango en lectures
en compagnie du groupe de lectrices
avec l'accordéoniste Laurence Legrix
suivies d'un concert de tango argentin
par le duo "accordons-nous un instant" 




Programme varié ,
et, bien sûr, les incontournables
Carlos Gardel et Astor Piazzolla,
plus une  projection d'extraits de la B.D . de Mauricio Fonseca sur la vie de ce dernier
..........................................................................................................................................
Un magnifique moment de fougue  en rouge et noir!
........................................................................................................................................................



Extraits de textes empruntés au site  indiqué ci-dessous
.........................................................................................................................................
Milonga de Jacinto Chiclana
Poème de Jorge Luis Borges

Le tango est à l’Argentine ce que l'Iliade et l'Odyssée sont à la Grèce. Dans la mythologie qui s’est ainsi créée, il existe une figure centrale : celle du compadre qu’on peut approximativement traduire par "l’homme fort", "le dur".
C’est souvent un gaucho converti à la vie de banlieue, un personnage impressionnant par sa force et sa bravoure qui a mis l’honneur et le courage au centre de sa vie. Toujours vêtu de noir comme la mort qui l’accompagne, coiffé d’un chapeau à larges bords, il porte une écharpe blanche, un poignard à la ceinture, et sur l’épaule, une peau de mouton qu’il enroule autour de son avant bras dans les nombreux combats qu’il est amené à livrer.
 Au 20 ème siècle, on retrouve ce personnage au centre d’une belle rencontre : celle de deux monstres sacrés de la culture argentine : Jorge Luis Borges et Astor Piazzolla.
    Borges, né en 1899 et mort en 1986, est le plus grand écrivain argentin et l’un des sommets de la littérature occidentale du XXè siècle. Il y a dans son œuvre fascinante, où les récits et les contes se mêlent aux poèmes, un petit livre intitulé "Pour les six cordes" (celles de la guitare), et composé de chansons ou milongas écrites autour de ce personnage mythique du compadre.
    Astor Piazzolla (1921-1992) qui a révolutionné le tango dans la seconde moitié du siècle a mis en musique certaines de ces milongas.
    Paroles de la  milonga de Jacinto Chiclana accompagnées de la traduction de J. A. 

Me acuerdo. Fue en Balvanera,
En una noche lejana                                       Je me souviens, il y a longtemps                                                                                                          Une nuit à Balvanera                                                            
Que alguien dejó  caer el nombre                    Que quelqu’un a lâché un nom :
De un tal Jacinto Chiclana.                              C’était Jacinto Chiclana.

Algo se dijo también                                       Il fut également question
De una esquina y de un cuchillo ;                     D’un coin de rue et d’un poignard ;
Los años nos dejan ver                                    Les lames croisées, leur éclat,
El entrevero y el brillo.                                    Les années nous les laissent voir.

Quién sabe por qué razón                                Qui peut savoir pourquoi ce nom
Me anda buscando ese nombre ;                      Ne cesse pas de me hanter;
Me gustaría saber                                           Moi j’aurais bien aimé connaître
Cómo habra sido aquel hombre.                       Cet homme et ce qu’il a été.

Alto lo veo y cabal,                                           D’un caractère mesuré
Con el alma comedida,                                      Je le vois grand et accompli,
Capaz de no alzar la voz                                    Et sans un mot plus haut que l’autre
Y de jugarse la vida                                          Capable de jouer sa vie.

Nadie con paso más firme                                  Personne qui d’un pas si ferme
Habrá pisado la tierra ;                                      Ait jamais marché sur la terre ;
Nadie habrá habido como él                               Personne qui fut comme lui
En el amor y en la guerra.                                   Et dans l’amour et dans la guerre.

Sobre la huerta y el patio                                   Sur le jardin et sur la cour
Las torres de Balvanera                                      Sont les tours de Balvanera ;
Y aquella muerte casual                                      Á un coin de rue comme un autre
En una esquina cualquiera.                                 Le hasard de cette mort-là.

Sólo Dios puede saber                                         Il n’y a que Dieu pour savoir
La laya fiel de aquel hombre ;                              De quelle trempe était cet homme ;
Señores, yo estoy cantando                                 Messieurs, en ce moment je chante
Lo que se cifra en el nombre.                               Ce que dit le nom qui le nomme.

Siempre el coraje es mejor,                                  L’espérance n’est jamais vaine
La esperanza nunca es vana ;                               toujours est meilleur le courage;
Vaya pues esta milonga                                        Cette milonga que voilà
Para Jacinto Chiclana.                                          Est pour Jacinto Chiclana.


........................................................................................................................................................

Lien  ici , paroles  et musique 
...........................................................................................................................................................

 claude a dit...
Le tango est une danse magnifique.
On virevolte, on tangue,
O s'emmêle
Belle du tango est la musique
Peu importe la langue,
Si on la lit, si on la danse,
La danse est sensuelle
les danseurs sont en transe.

.....................................................................................................................

 Tilia a dit...
Si le tango est une passion pour les danseurs, elle l'est tout autant pour les spectateurs.

Pour bien danser le tango
faut faire des pas à gogo
s'en s’emmêler les pinceaux
ni craindre d'avoir trop chaud
........................................................................................................................................................

dimanche, mars 24, 2013

Herbes folles





Marguerite-marie a dit...
discrètes primevères
sur ce champêtre
parterre,
cachées peut-être,
mais si printanières.

......................................................................................................................................


Enitram a dit...
Folles primevères
Etes-vous descendues du val
soufflées par le vent
..........................................................................................................................................
Thérèse a dit...
Primevères
s'en allant en Guerre
pour chasser toute trace de l'Hiver.
.....................................................................................................................................

samedi, mars 23, 2013

Filets

...............................................................................................................................................................


 claude a dit...
Je tisse ma toile
De mon fil salivaire ;
Tout comme pour un napperon
Je tourne en rond,
Et bien souvent en l'air.
Point de dentelle
mais juste un voile,
fait de jetés et de mailles,
comme un filet à poissons
dans lesquels eux meurent.
Moi, ma toile est ma demeure.
Car il n'y a que mes mailles
Qui m'aillent.
.............................................................................................................................................

Tilia a dit..
(...).
Les tiennes ont l'air d'avoir fait des carrés,
pas des triangles, ce sont des surdouées!

Dans ma maison, je la trouve vraiment fantastique
cette toile, joli piège à mouches et à moustiques :)
..............................................................................................................................................

vendredi, mars 22, 2013

Tea for two

Deux amies



Amitié sans nuage
pour jouer à la dinette
le temps se distille

MissYves
.............................................................................................................................................................

Ronde des théières à savourer:

http://photograff.blogspot.fr/2013/02/coeur-fleur-senteur.html
http://photograff.blogspot.fr/2013/02/chat-lheureux.html

http://photograff.blogspot.fr/2013/02/fleur-de-the.html


http://hpyl.blogspot.fr/2013/03/tea-for-two.html
http://cergipontin.blogspot.fr/2008/02/lanne-du-rat-rat-year.html
http://tournefeuilleatoz.blogspot.fr/2013/03/des-blogueurs-blagueurs.html
http://du-four-au-jardin-et-mes-dix-doigts.blogspot.fr/2013/03/tea-fot-two-one.html
http://beatrice-de.blogspot.fr/2013/03/theieres.html#comment-form
http://du-four-au-jardin-et-mes-dix-doigts.blogspot.fr/2013/03/tea-for-two-two.html

http://madeleine-daniel.blogspot.fr/2013/03/theiere.html?showComment=1364460064239#c4216165183994966192

http://ceciel-funambule.blogspot.fr/2013/03/tea-time.html

http://la-theiere-nomade.blogspot.fr/2008_09_01_archive.html
.............................................................................................................................................................






 Tilia a dit...
Vraies ou fausses
des jumelles
belles

Voir double en buvant du thé
ça ne m'est pas encore arrivé :D

Bon thé !
......................................................................................................................................................
 claude a dit...
Thé pour deux,
Deux pour un thé
Théière pour l'une,
Théière pour l'autre,
Thé parfumé pour l'invitée,
Thé nature pour l'hôte.
Quelle belle partie de thé !.......................................................................................................................
Daniel a dit…
Rencontre, ça va ?
Ça va, ça va!
On boit un petit calva ?
Comme tu voudra!
Voila voila !
On s'en va...
On reviendra ?
Comme tu voudras.
Ah la la

mercredi, mars 20, 2013

Coucou !




Le printemps est venu:
Comment, nul ne l'a su .

Antonio Machado (1875-1939)
Nouvelles chansons

Félix Leclerc (1914-1988)
Regarde dans la rue,le printemps est venu
Et si tu as aimé, tu t'attarderas, ce matin-là...

In Le Robert, dictionnaire des citations du monde entier


..........................................................................................................................................................
Blogger claude a dit...

Jaune jonquilles
Le jaune du printemps
entre primevères et coucous.

...............;............................................................................................................................................................................
 Tilia a dit...


Chez nous le printemps joue
à faire sans cesse coucou
derrière des nuages flous
qui courent comme des fous !

......................................................................................................................................................................................



Daniel a dit…

Sur les blogues
Les jonquilles
Point ne dérogent
Elles sont gentilles
--------------
C'est laborieux
Pour moi néophyte
A qui cela ne profite
Je ne suis pas glorieux

....................................................................................................................................


Marguerite-marie a dit...
les jaunes jonquilles,
telles de charmantes jeunes filles
déjà hâlées par le vent
et le soleil,
tout simplement,
m'émerveillent!

mardi, mars 19, 2013

Muses ? Non, Créatrices!

Dimanche 12 mars 2012

Conférence-concert, sur le thème des créatrices en musique, en l'honneur de la journée de la femme.

Invitation des Amis des musées municipaux , avec pour décor les tableaux lumineux du peintre abstrait  Bertrand-Moulin 
au Musée des Beaux-Arts de Saint-Lô. (liens ici et

Après avoir présenté organisateurs et artistes , Madame Suzanne Leclerc, Présidente de l'AAMM , a   précisé  que cette initiative de l'Orchestre régional de Basse-Normandie était un honneur pour 
l' association.





En préambule, la conférencière a fait un bref historique . 
Dans les programmes de concerts, le pourcentage minime d'oeuvres  dues à des femmes occulte la réalité: par le passé, celles-ci ont été nombreuses à composer, mais l'Histoire a préféré les oublier, les reléguant , à la rigueur , dans le rôle d'interprètes.
A ce propos, il faut noter que la pratique même de certains instruments leur a été longtemps refusée, pour des raisons de "décence" : la flûte , ou le violon, l'un parce qu'il repose sur la poitrine de l'interprète, l'autre, parce qu'il y a contact avec sa bouche.
Seul le piano , qui ne fait intervenir que les doigts de l'interprète , a pu trouver grâce devant les censeurs.



La causerie de Florence Launay condensait   la thèse 750 pages qu'elle a consacrée à ce sujet et qui a abouti  en 2006 à la publication chez  Fayard de l'ouvrage Les compositrices en France au XIX ème siècle.

(lien /blog ici)

Au piano, Jeanne-Marie Golse a interprété douze  pièces de huit de ces artistes :

Virginie Morel (1789-1869), Louise Farrenc (1804-1875), Armande de Polignac (1876-1962), Germaine Taillerferre (1892- 1983), Elsa Barraine (1910-1999), Claude Arrieu (1903-1990), Florentine Mulsant (née en 1962), Cécile Chaminade (1857-1944) .

Le commentaire qui introduisait chaque pièce  et la virtuosité  de la pianiste ont  mis en valeur les qualités de ces créatrices, longtemps méconnues -et souvent décriées pour le simple fait d'être des femmes.



Ainsi, le public a pu  apprécier la tonalité  néo-classique et l'humour léger de Claude Arrieu; le style germanique des Etudes de Virginie Morel, louées par Robert Schumann en personne; les qualités "d'équilbre et de force un peu sauvage", qu'appréciait Emile Vuillermoz chez Armande de Polignac, un"Stravinsky au féminin" selon lui.



L'interprétation de l'air russe varié (Op. 17 ) de Louise Farrenc a parfaitement  justifié les éloges dont , en leur temps, avaient  été l'objet "ses canons pleins d'élégance, ses lignes mélodiques vives,  percutantes, fermes, achevées, au léger parfum romantique"

C'est à propos de  Louise Farrenc  qu'Adrien de la Farge , dès 1847, avait souhaité que fût employé le  féminin  "compositrice "à la place de l'expression "femme compositeur".
 Si Robert Schumann  avait déjà joué les précurseurs en l'utilisant, ce terme de "compositrice"  ne fut officialisé qu'à partir de 1932.


La carrière de Germaine Tailleferre ( 1892-1983) , seule femme du groupe des Six illustre les difficultés des musiciennes  à se faire admettre dans le domaine de la création. Desservie,  de son propre aveu,  par un  tempérament peu combatif, elle eut du mal à s'imposer, dans les années 19 20-1930, époque discriminatoire pour les compositrices et les interprètes, et ce , jusqu'aux années 60 où les auditions d'orchestres de femmes se faisaient ...derrière un paravent!

Dans ses Mémoires à l'emporte-pièce, (1974) elle raconte qu'en dépit du soutien d'Arthur Rubinstein, sa réussite lui "paraissait illusoire". Elle "détestait" sa musique et un jour ," elle rougit de honte "en entendant une interprétation triomphale de sa première sonate pour piano et violon, mais erronée.


Elsa Barraine (1910-1962) proche de Chostakovitch, a été redécouverte récemment . Elle a obtenu en  1928, un second prix de Rome, l'obtention du Grand Prix de Rome restant très difficile pour les femmes.

Il faut d'ailleurs  rendre hommage à  Joseph Chaumié, ministre de l'Instruction publique en 1902, qui a permis aux femmes d'accéder aux concours.
Les procès-verbaux d'une séance de 1903 rendent compte du climat houleux et des avis misogynes, entre autres celui du peintre Luc-Olivier Merson :"Je proteste contre ce projet attentatoire à la dignité morale , à la force et l'honneur de l'art français alors que le devoir de l'Institution serait de le défendre contre ses nombreux ennemis." 

Les cas respectifs de Claude Arrieu , de Florentine Mulsant et de Cécile Chaminade sont autant d'exemples de l'ostracisme à l'égard des femmes cantonnées dans un  rôle de  procréatrices, de muses ou d'interprètes au détriment de celui de créatrices

Avec la première se pose la question du choix d'un pseudonyme ambigu  ou neutre (Claude, ou Mel pour Mélanie Bonis ), stratagème pas si courant et qu'elle a regretté d'avoir employé,  marquée par les difficultés qu'avait eues sa propre mère à s'imposer comme compositrice.

Florentine Mulsant, auteure contemporaine (site internet ici) constate que les  réseaux musicaux  féminins sont moins développés que ceux des hommes. La quasi totalité de ses oeuvres est publiée chez l'éditeur allemand Furore Verlag, un des rares à éditer de la musique composée par des femmes. Facilité  qui comporte le risque d'enfermement dans un" ghetto féminin".





Plusieurs  anecdotes révèleront la mauvaise foi des critiques  vis à vis des créations féminines:

Cécile Chaminade, longtemps mésestimée, mais heureusement redécouverte , notamment dans le cadre des Folles Journées de Nantes en  a fait les frais.  Dans un programme où  figurait son nom, un critique condescendant commenta ainsi son trio numéro 2:"Etait-il nécessaire d'infliger à nos oreilles ce trio en la mineur bien fait, constant et inconsistant?"
Quant à la sonate pour piano de Mel Bonis, digne de César Franck, elle fut qualifiée "d'ouvrage de dames".



Une feinte de Rebecca Clarke ( 1886-1979) avait mis en lumière  ce type de préjugés.
Le programme d'un concert  comportant en totalité  ses oeuvres, elle avait eu l'idée d'en attribuer la moitié à un  soi-disant  Antony Trent . 
Or ,
la seule partie du programme  à avoir bénéficié d 'éloges était celle de ce compositeur fictif, les oeuvres de la compositrice n'avaient reçu que des blâmes!


Il reste donc du chemin à parcourir pour que soit reconnu objectivement  le talent des compositrices.

Florence Launay par la rigueur de son exposé, et Jeanne -Marie Golse, par son brio, ont apporté une magnifique contribution artistique à la défense des droits des femmes et à la reconnaissance de leurs dons.


.................................................................................................................................

Sur l'étude de Florence Launay, un article de  Mathilde Dubesset  ,  ici
A propos d'Armande de Polignac, lien ici 
..............................................
Autre lien ici (Les femmes et la musique, Denis Harvard de la Montagne)
A propos de Luc-Olivier Merson, lien ici (Cimetière du Père Lachase)

lundi, mars 18, 2013

Camélia


Les flocons tardifs
ont poudré les joues soyeuses
du camélia rose

Miss Yves

dimanche, mars 17, 2013

Abri


...en attendant, non pas Godot,
 mais un bus qui ne passera pas...

En revanche, le tracteur d'un agriculteur dévoué 
passera  et repassera pour  déblayer
 et
 dépanner.


(c'était le 12 mars 2013)





samedi, mars 16, 2013

Vaporeux


 "Chemin de neige profonde
où je vais d'où je viens 
se confondent"

Nakamura Kusatao
in
Haïku du XX ème siècle, Présentation, choix et traduction de Corinne Atlan et Zéno Bianu
(Article personnel ici /Corinne Atlan; autres poèmes courts japonais  là )

le poème court japonais d'aujourd'hui, nrf, Poésie/Gallimard
.......................................................................................................................................................
Pépiement d'oiseau
dans le paysage flou
où chercher pitance

Miss Yves
...............................................................................................................................



 claude a dit...
Atmosphère cotonneuse,
C'est l'année de mars en blanc ;
paysages ouatés et beaux,
C'est le bonheur des enfants,
Et pour les petits oiseaux
Une vie laborieuse.

................................................................................................................................
Tilia a dit...

Nul bétail au pré
sous son grand édredon blanc
la prairie attend

vendredi, mars 15, 2013

Manchons ouatés

................................................................................................................................................;
.................................................................................................................................................... Ah ! comme la neige a neigé !
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah ! comme la neige a neigé !
Qu'est-ce que le spasme de vivre
A la douleur que j'ai, que j'ai !

Tous les étangs gisent gelés,
Mon âme est noire : où vis-je ? Où vais-je ?
Tous ses espoirs gisent gelés:
Je suis la nouvelle Norvège
D'où les blonds ciels s'en sont allés.

Pleurez, oiseaux de février,
Au sinistre frisson des choses,
Pleurez, oiseaux de février,
Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,
Aux branches du genévrier.

Ah ! comme la neige a neigé !
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah ! comme la neige a neigé !
Qu'est-ce que le spasme de vivre
A tout l'ennui que j'ai, que j'ai !...


Emile Nelligan
............................................................................................................................


 Daniel a dit...

Dans la neige immaculé
Superbe envolée
D'une poétesse
En détresse
...............................................................................................................................


Marguerite-marie a dit…
pleurez, pleurez...
cependant à l'eau dejà tombée
en rajouter
serait péché!



jeudi, mars 14, 2013

Noueux


Sous le poids des ans 
ou de la neige il s'incline 
le saule pleureur.

 Miss Yves
...................................................................................................................................................
Montagnes  en sommeil 
-chaque arbre s'efforce 
de devenir un cercueil 

Nakahara Michio

in haïku du xx ème siècle , NRF, poésie Gallimard

S'évader!
et que se brise 
le  crayon de l'hiver

Terayama

..........................................................................................................................



claude a dit...
Vieux Saule enneigé
pleure ses branches
sur le tapis blanc.


 Tilia a dit...
accablé de neige
en attendant le soleil
le vieux saule fait front


mercredi, mars 13, 2013

Classe de neige

12 mars. Dans 10 jours, le printemps.
Fin des vacances pour la zone A.
Est-ce l'instit ou un élève retardataire qui se hâte sur  le chemin de l'école ?

samedi, mars 09, 2013

Octave Feuillet (7) : Théâtre (ou Dites-le avec des fleurs)

  

  
La visite au Archives départementales, sous la conduite de M. Gilles Désiré dit Gosset a permis au petit groupe des AMM de découvrir des articles de journaux  consacrés à la production  théâtrale d'Octave Feuille-dont certains sont mis ici en parallèle avec :.
 
 le chapitre XV de, Quelques années de Ma Vie de Valérie Feuillet Dalila, (1857) "La rue de Chabrol fut abandonnée pour un appartement meublé, rue Duphot, où nous nous installâmes joyeusement comme des écoliers. Mon mari passait presque toutes ses journées au théâtre. Cela marcha bien d'abord, mais bientôt il rentra les nerfs exaspérés. Mademoiselle Fargueil, qui remplissait dans la pièce le rôle de la princesse Falconnieri, avait-elle -même des nervosités insupportables. Elle se fâchait, elle rendait le rôle, elle le reprenait en pleurant; se trouvant mal et crachant le sang par-dessus le marché. Mon mari commençait à regretter la pêche à la ligne et la paix de sa triste maison.Moi je regrettais les enfants et ma mère, mais j'étais heureuse pourtant dans ce Paris de mes rêves."
La première représentation,  après six semaines de répétitions, fut un triomphe fêté dans l'euphorie: l'acteur principal se jeta au cou de l'auteur et, ajoute Valérie Feuillet, "je crois que Fargueil en fit autant quand il alla la complimenter dans sa loge; car, en l'embrassant à mon tour, j'aperçus sur son habit la trace de deux bras poudrés qui devaient être ceux de la princesse Falconnieri."
Mais en rentrant rue Duphot, le triomphateur  " trouva une dépêche qui le terrassa: son père venait de mourir, enlevé brusquement par sa terrible goutte. Ce coup de foudre lui fit oublier toutes les joies des heures précédentes.Il s'en voulut d'avoir quitté le vieillard, de n'avoir pas tenu sa main au moment suprême. Il se reprocha sa gloire, il maudit ceux qui l'avaient arraché pour la conquérir, à sa vie de sacrifices et de devoirs. Ses cris et ses sanglots me fendaient l'âme, j'étais à ses genoux sans pouvoir l'apaiser" 

 Caricatures /Dalila,  -Vaudeville_ "Le salon de la Princesse. l'heureux désordre! Comme c'est nature!" Légende: "Melle Fargueil a encore plus de talent que de crinoline; c'est beaucoup dire!"
Argument dramatique de Dalila: « Toute femme qui n’est pas à Dieu est à Vénus »
Cette pièce fut reprise en 1870 au Théâtre Français, et jouée, de façon piteuse, aux dires de Valérie Feuillet, dans la ville natale de l'auteur.( Souvenirs et Correspondances, Chapitre XV)"Je crus mourir de rire en voyant arriver le cercueil qui ramenait la fiancée d'André Rawsein en Allemagne sur une brouette"(...) je suis sûre que si mon mari eût  assisté à ce transport de la pauvre Marthe sur cette brouette de commissionnaire, il se fût évanoui dans l'assemblée"
Heureusement, Octave Feuillet n'assistait jamais aux représentations jouées par des comédiens amateurs, ce qui ne l'empêchait pas d'avoir des attentions très délicates pour les comédiennes, leur faisant porter des *bouquets de fleurs, attentions pas toujours comprises. Ce fut le cas cette  fois-ci ,  la  jeune personne qui tenait le rôle de Marthe , ayant accueilli les fleurs  avec ces paroles  peu gracieuses: "F. -moi ça là "
................................................................................................................................................................;

Chamillac (1888)


Chamillac au Théâtre français, pièce en 5 actes , dans l'Illustration, journal universel, N 2251
Sophie Ledieu baisant la main de Madame de Tryas, 3ème acte

..................................................................................................................................................;
Argument  dramatique de Chamillac:
Le comte de Chamillac,qui  dans sa jeunesse , a commis une mauvaise action, veut se racheter en secourant avec indulgence,ceux qui, comme lui, ont commis une faute.

Référence /Article du journal Le Scapin, vendredi 16 avril 1886
.....................................................................................................................................................


Dans le Journal illustré, Un Roman parisien, (1882) pièce en 5 actes .
...............................................................................................................................................................

Dans le même chapitre des Souvenirs et Correspondances de Valérie Feuillet, à propos d'une autre pièce, le Sphinx, il est question des deux principales  comédiennes  Croizette et Sarah Bernardt, qu'Octave Feuillet décrit longuement dans  lettre:

"C'est la première fois dans ma longue carrière que je rencontre la vraie comédienne des romans, la comédienne courtisane du XVIII ème siècle, élégante, maquillée, excentrique, insolente, gamine, c'est la Desmares ou la Duthé".
(...) Elle répète son rôle avec assez de soin et la sombre gravité qui convient.Elle a par moments d'assez belles poses à la Rachel ."

Il évoque la  toilette soignée dans laquelle elle vient répéter, ses bizarreries: "elle vous rit au nez en croquant  des chocolats dont elle a les poches pleines.Tire un petit étui dans lequel il y a un petit blaireau qu'elle passe sur ses lèvres pour leur rendre leur teinte de carmin. Montre ses dents blanches comme des amandes fraîches et recroque ses chocolats"

Il conte ses inquiétudes un jour où  Sarah, "plus pâle et plus spectre que jamais", qui toussotait au début de la répétition, "fut prise d'une horrible quinte, d'une toux  interminable, sèche, ardente, coupée d'affreux crachements de sang qui tachent son mouchoir et ses lèvres."
(...)
"Ce vrai drame éclatant tout à coup à travers l'autre, et la mort mettant son masque sur ce joli visage de comédienne; enfin c'était extraordinaire et navrant"
........................................................................................................................................
Lire ici u ne analyse de l'oeuvre d'Octave Feuillet  , par Jean-Marie Seillan,/ Loxias
..................................................................................................................................

A propos de fleurs, savez-vous qu'à Paris ,la rue Octave Feuillet
lien ici
a été ouverte sur 
 l'emplacement de l'ancien jardin fleuriste de la Ville de Paris.?

C'est  un arrêté du 28 décembre 1894  qui lui donna le nom du romancier et dramaturge Octave Feuillet 
(Saint-Lô, le 10 août 1821 - Paris, le 28 décembre 1890), membre de l’Académie française à partir de 1862.

et que , longtemps retenu  à Saint-Lô par son père  Jacques Feuillet (malade et exigeant) , 
Octave avait chargé son frère , Eugène employé  au ministère des Finances, d'être , en quelque sorte son représentant et son agent littéraire.
Or, celui-ci n'omettait jamais de commander des fleurs et des les faire livrer aux comédiennes , les soirs de Première !

...........................................................................................................................................


Lien 
vers 
La jeunesse d'Octave Feuillet, d'après une correspondance inédite
Souvenirs de l'académicien Henri Bordeaux 
Autre lien