Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mercredi, janvier 15, 2014

Aux couleurs de l'Inde (4/4)


Rencontre -débat 
à propos de:


- La petite mariée, nouvelle de Rabinbranath Tagore +  le guide et la danseuse , écrit par R. KNarayan

Dans une nouvelle intitulée l'horoscope , R Tagore souligne la différence 
"Entre le mariage d'autrefois où l'homme devait conquérir sa femme par son courage et le mariage actuel où les hommes (la plupart) oublient que les droits conjugaux doivent être réétablis à nouveau chaque jour"
et il ajoute:
"Le mariage est une sorte de comédie musicale que l'on joue toute sa vie. Le chant est un simple refrain
qui a des milliers d'improvisations journalières "





La petite mariée

tranche avec les autres oeuvres indiennes proposées à la lecture, qui présente comme peu enviable-c'est un euphémisme-le sort des femmes, aux différents âges de leur vie; dépendant   qui d'un père, d'un mari , ou, une fois  veuves , d'un frère , et dans tous les cas,  de l'opinion publique.

La délicatesse des sentiments d'Apurbo vis à vis de Mrîmayi, mariée à 14 ans , sa volonté de la conquérir par la douceur et la patience finissent par gagner le coeur de cette petite villageoise.

"De retour (provisoirement ) dans la maison paternelle, la jeune femme remarqua que tout était différent du souvenir qu'elle en avait gardé "et "elle comprit le sens de la scène du baiser"
Elle voulut écrire une lettre à son époux et prend conscience de son ignorance; tandis qu'elle finit par éprouver amour et respect pour sa belle-mère.

"Le bruit de cliquetis des bracelets" scelle  enfin leurs retrouvailles.





C'est une sorte de fable, de  conte tout à fait charmant, où se manifeste en filigrane le militantisme de l'auteur, qui en 1920  avait fondé une école à Santiniketan, dans le domaine acheté par son père.
Il y ajouta par la suite  collège, et université, avec  des additions  aux matières enseignées: musique, danse et peinture. En 1921, son programme s'élargit à l'éducation des filles, malgré les critiques de la bonne société de Calcutta. "Garçons et filles venus de différentes  régions , sans distinction de caste et de religion   y travaillèrent dans la bonne entente", écrit la préfacière au  recueil de nouvelles  publié dans la collection l'Imaginaire (Gallimard)
..................................................................................................................
Rabindranath Tagore suivit  la tradition en épousant, à l'âge de 23 ans Mnrinalini Devi âgée de 10 ans
L'année de son mariage, en 1883, il publia les Chants de l'Aurore et la Foire de la reine Nouvelle épousée.
Selon la formule consacrée , celle-ci "lui donna une fille" trois  ans plus tard, en 1886  et un fils en 1888, elle devint donc mère à l'âge de 13 ans puis de 15 ans !

En 1887, le poète s'éleva contre le mariage des enfants...
............................................................................................................


 Est-ce l'amour humain, l'amour conjugal  qui est célébré dans le poème suivant, 
ou, dans une optique  mystique, 
l'amour divin ?

Seigneur, elle n'est encore qu'une enfant. 
Elle court autour de ton palais et elle joue ; elle essaie de faire de toi aussi un de ses jouets. 
Elle ne se préoccupe pas de ses cheveux qui tombent en désordre, ou de ses vêtements négligés qui trainent dans la poussière. 
Elle s'endort quand tu lui parles et ne répond même pas, et la fleur que tu lui donnes au matin glisse de ses mains et tombe dans la poussière. 
Quand la tempête éclate dans le ciel assombri, elle s'éveille, jette sa poupée par terre et se cramponne à toi dans sa terreur. 
Elle a peur de te déplaire. 
Mais avec un sourire, tu la regardes jouer. 
Car tu la connais. 
Cette enfant assise dans la poussière, c'est l'épouse qui t'est destinée, et ses jeux, calmés et approfondis, se transformeront en amour."

1916 La Corbeille de fruits (Fruit -Gathering) 
Ce titre factice (en anglais) rassemble des poèmes parus en bengali  de 1886 à 1916.



...............................................................................................................................................................
Lien ici avec documents sonores 
et  (Tagore, Neruda, Césaire)
............................................................................................................................
Poème à lire et à écouter ici
Si l’amour n’est pas tout dans la vie,
Pourquoi le ciel à l’aube du jour
Se remplit-il de chants d’oiseaux
Si l’amour n’est pas tout dans la vie ?

Pourquoi ces nuits pleines d’étoiles ?
Pourquoi ces prés jonchés de fleurs ?
Pourquoi le ciel regarde-t-il mon visage
Avec tant de chaleur ?
Si l’amour n’est pas tout dans la vie.

Sans nulle raison, pourquoi mon coeur
Bat-il si fort
Lorsque je pars vers d’autres aventures
Sur une mer au rivage inconnu ?

Si l’amour n’est pas tout dans la vie,
Pourquoi le ciel à l’aube du jour
Se remplit-il de chants d’oiseaux
Si l’amour n’est pas tout dans la vie ?
...........................................................................................................................................................

22 commentaires:

  1. ❀ ✿ ❀
    Coucou chère Miss_Yves !!!
    MERCI pour la suite "aux couleurs de l'Inde" que j'apprécie beaucoup.

    J'adore le poème ! MAGNIFIQUE ♥ ♥ ♥ !!!

    BISOUS ensoleillés d'Asie ☼
    et bonne journée à toi !
    ❀ ✿ ❀

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Nancy, ce poème correspond tout à fait à ta vision du monde

      Supprimer
  2. Coucou Miss Yves.
    Nous n'en finissons des découvertes exotiques chez toi..
    Très bonne journée.
    A + :o)

    RépondreSupprimer
  3. Le monde devient tellement petit avec les echanges d'un cote et de l'autre de la planete! Et les coutumes nous parviennent auxquelles on a parfois du mal a s'accrocher...
    Nous avons vu pas mal de couples ainsi unis. Les hommes travaillant aux US et retournant dans leur ville, voir village natal pour y epouser leur promise qu'ils n'avaient souvent rencontre qu'une fois il y a maintes annees quand ils etaient encore des gosses... Une promise epousee qu'il eloigneront souvent pour de longues periodes vers des terres aux moeurs si differentes. Quel choc cela doit etre... j'y ai souvent pense aux US mais je suis sure qu'ici cela doit etre la meme chose.
    "...Cette enfant assise dans la poussière, c'est l'épouse qui t'est destinée, et ses jeux, calmés et approfondis, se transformeront en amour."

    RépondreSupprimer
  4. l'amour est tout dans la vie...
    sans amour pas de vie !

    RépondreSupprimer
  5. Tres tres interessants la vie et le parcours de Tagore Rabindranath. Je m'attendais a une voix d'homme pour le poeme lu (si l'amour n'etait pas tout dans la vie...), j'ai ete un peu decue.
    J'essaierai de trouver un moment pour voir le documentaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'ai été déçue, non par la voix, mais par la diction peu expressive.
      On entend la voix de R Tagore à la fin du documentaire

      Supprimer
  6. Dans ton billet il y a des choses à écouter et lire, fort intéressantes mais aujourd'hui je viens te souhaiter un très bon anniversaire, vu chez Fifi, au cas où tu ne repasserai pas sur son blog...
    Tu as vu comme ça bouge à l'écume des films, malheureusement je ne serai pas là en ce début d'année foisonnante !
    Bon je me réserve un temps plus long d'écoute et de lecture de ton billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!
      Dommage que tu ne sois pas là pour les séances de cinéma , je me réjouissais à l'avance à l'idée de futures rencontres et discussions.

      Supprimer
  7. "La petite mariée" semble avoir des aspects communs avec "Vent d'Est Vent d'Ouest" de Pearl Buck. Le rôle et la place de la femme évolue dans les sociétés selon les époques. Il est possible qu'à l'époque moyen âgeuse en France elle ait été plus libre que plus tard.
    (Je dois m'absenter, je tâcherai de repasser)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vent d'Est Vent d'Ouest" de Pearl Buck.est un des premiers livres de poche que j'ai acheté: je l'avais adoré. Je m'en suis séparée l'an dernier en rangeant ma bibliothèque, il était assez fané.

      Supprimer
  8. Je suis passée ce matin mais ton post étant un peu long, j'ai préféré attendre ce tantôt pour le lire. C'est désolant la condition féminine en Inde. Mariée à 10 ans ou violée en groupe à 18 dans un bus, à en mourir.
    J'ai lu je crois que c'est ce matin que j'ai lu sur le portail orange que le petit Prince George était déjà fiancé. C'est dingue, non !
    Tu connais Rabinbranath Duval ? Pour rester sur une note plus joyeuse.
    Ah bon ! C'est ton annif today !
    Happy Birthday. Dis on est du même mois, pas du même jour et peut-être pas de la même année non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!
      Non je ne connais pas Rabinbranath Duval ...Il y a un jeu de mots?

      Supprimer
    2. Ah! J'avais oublié ce sketch de Pierre Dac!

      http://www.dailymotion.com/video/x1ys19_pierre-dac-le-fakir-rabindranath-du_fun

      (Tu remarqueras que j'ai pas suivi ta leçon pour activer le lien)

      Supprimer
  9. Il est vrai qu'hier était une date qui a comptée dans la vie de ta maman, pardonne moi de l'avoir oublié ! J'espère que tu as été bien fêtée...
    Ma mère à moi s'est enfuie par deux fois de chez ses parents avant de rencontrer mon père : elle a refusé d'épouser l'enfant qui lui était promis (elle avait 16 ans et lui beaucoup moins)

    RépondreSupprimer
  10. Les objets sot très joliment décorés.

    RépondreSupprimer
  11. Désolée mais ton lien ne marche pas en direct.
    Remarque, moi, perso, j'ai mis une certain temps avant d'y arriver.

    RépondreSupprimer
  12. Je remarque que chez Pierre Dac c'est dranath et non branath.
    le fakir de Pierre Dac
    Tu oublies sûrement qq chose.

    RépondreSupprimer
  13. Un grand bonjour mais pluvieux lol

    RépondreSupprimer
  14. J'aime la voix de G.C Theriault pour cette lecture de l'Offrande lyrique.

    J'ai le souvenir ému d'un texte sur la naissance qui se trouve dans "Le jardinier d'amour". Je l'ai offert à mes enfants.
    Les grands poètes ont accès à une profondeur universelle et leurs écrits permettent aux hommes de se rejoindre à cette profondeur commune. Tagore est de ceux-là.
    Merci pour ton billet, Miss !

    Je reviendrai plus tard pour explorer d'autres de tes liens

    RépondreSupprimer
  15. Misère de misère !
    j'ai loupé ton anniversaire :-(
    J'en suis d'autant plus marie
    que tu es Capricorne aussi.

    Mais il encore temps pour moi
    de te souhaiter mille joies
    colorant ta nouvelle année
    en un merveilleux bouquet.

    Bises penaudes

    RépondreSupprimer