Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, août 15, 2014

Abondance:Notre-Dame de l'Assomption

Nichée au pied du mont Jorat, l'abbaye d'Abondance cache, sous un extérieur austère, des joyaux d'art gothique et de merveilleuses peintures murales, sous les voûtes de son cloître, dont deux galeries seulement datent du XVIème siècle.



Les fresques  murales  aux teintes douces (couleurs quelque peu forcées, sur ces photos, dans un souci de visibilité) révèlent l'influence du maître piémontais du XV ème siècle, *Giacomo Jaquerio.


En 1862, le préfet Henri Ferrand découvrit Abondance dans un piètre état: le couvent tombait en ruine et le cloître servait d'écurie. Il en entreprit aussitôt la  restauration

Actuellement, la commune d'Abondance, propriétaire et gestionnaire du site, entame la restauration des toitures de l'abbaye, ce qui est visible sur la première photo.

Les fresques retracent la vie de la Vierge:








































-L'Annonciation (ci-dessus)

-La Visitation

-La Nativité


-La fuite en Egypte



-Jésus parmi les docteurs de la Loi ("L'un d'entre eux n'est pas attentif!" a fait remarquer le guide.)



-Les Noces de Cana (Lien/thème pictural) ici 


 -mais leur art raffiné  se teinte d'une inspiration populaire  donnant de précieuses  indications sur la vie savoyarde de l'époque.

 Par exemple , le séchoir pour sécher , fumer  les jambons, peint à gauche, à l'extérieur de la pièce où se tiennent les Noces de Cana!

......................................................................................................................................................
http://www.abondance.org/eglise-abbatiale-ete.html
.........................................................................................................................................................
*Giacomo Jacquerio

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».
Peintre italien (Turin v.  1373  –? 1453).
Les remarquables fresques représentant la Vierge en trône sous un baldaquin extravagant et des Prophètes,dans l'abside de l'abbaye de Saint-Antoine de Ranverso, près de Turin, sont l'unique œuvre signée de Giacomo Jaquerio. Elles démontrent l'autonomie du maître piémontais et son originalité au sein du climat artistique de la cour ducale d'Amédée VIII de Savoie, qui s'étendait sur Genève, Chambéry, Thonon et Turin. Des œuvres de jeunesse de l'artiste exécutées à Genève et à Thonon, aujourd'hui perdues, il ne reste qu'une xylographie (1401). On sait que Jaquerio se trouve à Turin et à Pinerolo (Pignerol) de 1429 à 1440.
Il fut en contact avec le Gothique international, diffusé dans le Piémont et en Lombardie grâce aux maîtres rhénans et bourguignons qui avaient participé à la construction du dôme de Milan. Il avait pu également connaître cette culture grâce aux enluminures des manuscrits de la bibliothèque d'Amédée VIII, acquis par héritage, en 1416, à la mort du duc de Berry. La présence des miniaturistes des Visconti et du Suisse Jean Bapteur est décisive pour Jaquerio, qui reste cependant animé d'un authentique réalisme, de tendance populaire, comme en témoigne la Montée au Calvaire de la sacristie de Ranverso (cette église comporte un ensemble considérable de fresques, en particulier une série de Scènes de la vie de saint Antoine que l'on peut attribuer à Jaquerio, comme les fresques signées de l'abside).
Dans les fresques qui doivent également lui revenir (Crucifixion, Saints) au château de Fenis (près d'Aoste) et dans celles de la grande salle (la Fontaine de Jouvence, Preux et preuses) du château de la Manta (Piémont), témoignage d'art de cour où la décoration à fresque est liée à l'exemple des tapisseries, Jaquerio, partant de représentations sacrées, parvient à une figuration plus accessible. Ainsi, dans les églises de Pianezza, de Pecetto, de Piossasco et d'Avigliana apparaît, marqué par son influence directe, un art populaire qui atteint son plus haut point à Bastia (représentation de l'Enfer, des Vertus et des Vices). La diffusion de cet art lié à la peinture ligure atteindra encore Pigna et Brigue avec Canavesio, dont les récits réalistes de la Passion, véritable Bible des pauvres, sont semblables aux xylographies populaires exécutées à l'époque.
.................................................................................................................................................................

13 commentaires:

  1. des bijoux caches dans les vallées...et pas trop loin de moi... merci!

    RépondreSupprimer
  2. Un billet de circonstance et des fresques superbes de délicatesse et de teintes douces !

    RépondreSupprimer
  3. Magnfique,et merci pour toutes les informations tres interressantes !

    bon w end !

    RépondreSupprimer
  4. Boa tarde,
    texto que gostei e me causou mais conhecimento, gostei de apreciar as belas pinturas que são lindas.
    AG
    http://momentosagomes-ag.blogspot.pt/

    RépondreSupprimer
  5. Même si certaines auraient besoin d'une petite restauration, les peintures de ce cloître sont étonnamment bien conservées malgré leur exposition aux grandes variations de température et d'hygrométrie, voire aux intempéries...

    Merci pour ce beau billet d'actualité et des plus intéressants.

    RépondreSupprimer
  6. oh que j'adore ces fresques

    RépondreSupprimer
  7. Incroyable et quelle bonne idee ont eu ces peintres piemontais de venir a Abondance.
    Bien contente de savoir ces tresors entretenus.

    RépondreSupprimer
  8. ⒽⒺⓁⓁⓄ chère Miss_Yves !

    MERCI beaucoup pour ce beau partage !!!! J'aime beaucoup !

    Je t'embrasse et je te souhaite un bon dimanche !
    ★ ✩ ✮

    RépondreSupprimer
  9. Magnifique petit reportage comme je les aime qui sait mettre en lumière les beautés du passé.
    Merci pour toutes les informations qui éclaire bien notre lanterne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!
      Les beautés du passé abondent dans tant de villages et de villes!

      Supprimer
  10. Such rich colors! WhaT a beautiful church!

    RépondreSupprimer
  11. Des détails référant aux coutumes locales... Me font penser à notre crèche que mon père avait dotée d'un toit en coton hydrophile pour figurer la neige...
    Ces fresques qui s'effacent ont qchose de Snapchat
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Snapchat

    RépondreSupprimer