Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

lundi, août 04, 2014

Festival'Vire: Sisyphe

"Créer, c'est vivre deux fois"

Albert Camus, Le mythe de Sisyphe



"Créer, c'est aussi donner une forme à son destin"
Albert Camus


"Un homme est toujours la proie de ses vérités"
Albert Camus




"Toute la joie silencieuse de Sisyphe est là. Son destin lui appartient. Son rocher est sa chose. De même, l’homme absurde, quand il contemple son tourment, fait taire toutes les idoles. Dans l’univers soudain rendu à son silence, les mille petites voix émerveillées de la terre s’élèvent. Appels inconscients et secrets, invitations de tous les visages, ils sont l’envers nécessaire et le prix de la victoire. Il n’y a pas de soleil sans ombre, et il faut connaître la nuit.
L’homme absurde dit oui et son effort n’aura plus de cesse. S’il y a un destin personnel, il n’y a point de destinée supérieure ou du moins il n’en est qu’une dont il juge qu’elle est fatale et méprisable. Pour le reste, il se sait le maître de ses jours. A cet instant subtil où l’homme se retourne sur sa vie, Sisyphe, revenant vers son rocher, contemple cette suite d’actions sans lien qui devient son destin, créé par lui, uni sous le regard de sa mémoire et bientôt scellé par sa mort. Ainsi, persuadé de l’origine tout humaine de tout ce qui est humain, aveugle qui désire voir et qui sait que la nuit n’a pas de fin, il est toujours en marche. Le rocher roule encore.
Je laisse Sisyphe au bas de la montagne ! On retrouve toujours son fardeau. Mais Sisyphe enseigne la fidélité supérieure qui nie les dieux et soulève les rochers. Lui aussi juge que tout est bien. Cet univers désormais sans maître ne lui paraît ni stérile ni fertile. Chacun des grains de cette pierre, chaque éclat minéral de cette montagne pleine de nuit, à lui seul, forme un monde. La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux."
Le Mythe de Sisyphe, Gallimard, 1942.


28 commentaires:

  1. Coucou Miss Yves
    J'ignorais c'est autre version du travail toujours et toujours à reprendre comme avec le tonneau des Danaïdes...
    Sisyphe, je vais devoir réviser ma myologie!
    Très bonne semaine.
    A + :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que tu t'intéresses à la mythologie!

      Supprimer
  2. rouler la poubelle du monde.. toute une histoire..!

    RépondreSupprimer
  3. ✿ ✿ Bonjour chère Miss-Yves !

    J'aime beaucoup Le Mythe de Sisyphe, quand on le lit bien, ça peut aider à donner un sens à la vie, pour celui qui doute.
    Merci pour ces belles photos du festival'Vire !!! Très beau ce Sisyphe !!!!!

    Je t'embrasse fort !!!

    Passe un bon lundi ツ !!!!

    ≧^◡^≦

    RépondreSupprimer
  4. C'est exactement le message de Camus.

    RépondreSupprimer
  5. "Créer, c'est vivre deux fois", je retiens cette phrase pour les photos que je "crée" a posteriori.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une belle devise, en effet!

      Supprimer
  6. cette création est une belle poésie de cette nature

    RépondreSupprimer
  7. Avant de lire le texte, je regarde l'image de cette sculpture dans sa globalité.
    Ainsi disposée au bord de l'eau, son message est plus poétique que philosophique.

    Cependant, le rocher couvert d'inscriptions me fait penser à du papier journal.
    Et le journal évoque les informations dont nous sommes quotidiennement abreuvés, voire saturés. Ne serait-ce pas une autre forme du mythe de Sisyphe, toutes ces actualités relayées et sans cesse répétées sur tous les tons...

    Contrairement à Camus, je ne pense pas qu'il y ait de Sisyphe vraiment heureux. Parce qu'il faut bien vivre, énormément de gens s’accommodent de leur sort, tels les parias indiens.

    RépondreSupprimer
  8. Ton interprétation sur la saturation des informations est intéressante

    RépondreSupprimer
  9. Une histoire inspirante et éclairante pour chacun d'entre nous :-)

    Une oeuvre qui me plait. Sa blancheur se marie bien avec le vert environnant.

    RépondreSupprimer
  10. Lire Camus sur les berges de ce cours d’eaux tranquille de la première photo – loin des conflits actuels partout dans le monde – c’est apaisant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant, en son temps, la réflexion de Camus n'évitait pas les conflits .

      Supprimer
  11. J'ai fais la même réflexion que Tilia, j'ai de suite aussi pensé à une grosse boule de papier journal froissé. C'est moins aérien que les éclaboussures.
    La potion magique n’existait pas encore.
    Vivre, c'est créer au moins deux fois.

    RépondreSupprimer
  12. Un texte qui m'inspire, cote sculpture un peu moins. Le plastique recycle? D'accord mais n'est pas inciter son utilisation? Meme constat avec une "oeuvre" presentee a Tournefeuille il y a quelques semaines faite de rouleaux de plastique collant faite de plastique recycle, ne serait-ce pas une bonne excuse? Je ne sais.
    Un personnage a l'air un peu comique vu de mon cote de l'ecran, je me demande ce qu'il en est en realite?
    Le principal restant de rester transparent le plus possible.

    RépondreSupprimer
  13. ✿ ✿ Un petit coucou amical sur ton blog chère Miss_Yves !

    GROS BISOUS pour toi !!!! 。♡♡彡
    Bonne continuation !!!!

    RépondreSupprimer
  14. je n'ai pas du tout pensé à du papier journal mais plutôt à un manuscrit relatant la vie de Sisyphe et on peut penser que certains écrivains sont aussi des Sisyphe (je ne parle pas de Nothomb, Musso et Cie..) car souvent ils font une boule des écrits qu'ils viennent de faire avant de recommencer.Ne sommes -nous pas tous des Sisyphe? j'ai beaucoup lu Camus et aimé .
    Sisyphe, même si sa vie est une aventure sans signification a décidé qu'elle vaut la peine, il a abandonné l'illusion de réussir mais son acharnement est une espèce de victoire sur l'envie d'abandonner et c'est peut-être en ce sens qu'il est un homme heureux autrement quel est son choix? se laisser glisser avec son rocher et s'abandonner au désespoir. Finalement il accepte ou se révolte ou sombre dans le désespoir.
    J'aime bien cette sculpture avec son reflet et j'y vois un espoir car ce petit homme est sur une ligne droite il pourra atteindre son but!

    RépondreSupprimer
  15. Quel accueil accueillant que celui de ta nouvelle bannière fleurie !
    Merci pour Victor Hugo, Miss !
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  16. Oh!Tu as changé de logo et de look?

    RépondreSupprimer
  17. Boa noite,
    O destino traça os caminhos inesperados no viver para criar, quantas vezes são necessárias? certamente mais que duas.
    Fique bem
    AG

    http://momentosagomes-ag.blogspot.pt/

    RépondreSupprimer
  18. Jolie ta nouvelle bannière !
    Fifi fait maintenant dans le gris taupe, c'est très mode.

    RépondreSupprimer
  19. tu étais là dimanche? je suis passée devant l'ADRESSE pour aller à la boulangerie, j'ai même parlé à la patronne qui ne pouvait évidemment pas installer sa terrasse car le temps était incertain. Nous étions à Cesson pour accueillir ma fille aînée qui venait quelques jours pour voir ses amis de Rennes.
    Puis nous sommes allés à Arzon pour accueillir Alice qui revenait de Saint Gervais où elle était aller faire une semaine de randonnée(sous la pluie presque tout le temps...alors qu'en Bretagne il faisait très beau!) . Nous sommes à Cesson pour seulement voir si tout va bien et nous repartons ce soir à Arzon. J'aime faire la navette entre les deux.
    on se reverra je pense un jour prochain.
    Bises de Bretagne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, à partir de 12h45!
      Et dans la matinée, nous sommes allées au Thabor admirer la rénovation des cascades;

      Très certainenement!

      Supprimer
  20. j'oubliais, oui ta bannière est super!

    RépondreSupprimer
  21. Merci Miss pour "ma poupée chérie..." !
    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  22. Bien entendu la vie est un éternel recommencement mais imperceptiblement tout change cependant...

    RépondreSupprimer