Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, septembre 27, 2014

Dernières virées au festival'Vire -Locus


"Pour faire prendre conscience à tout un chacun de sa relation avec le lieu qu'il occupe (le sol est la base de notre  appropriation de l'espace),
l'artiste , Marion Orfila, 
n'hésite pas à le
...
délocaliser, quitte à remettre en question notre questionnement."



Article de O F ici

12 commentaires:

  1. Cela me laisse tellement pensive que je ne sais pas quoi dire.
    Belle journée et beau Dimanche !

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Miss Yves.
    Je suis un peu comme claude ?????????
    Questionner une question (figure de style, je sais la quelle ?)
    Très bon weekend, tu nous fais réfléchir et pas que dans l'eau.... lol
    A + :o)

    RépondreSupprimer
  3. Je suis un peu perplexe...j'ai l'impression de voir une rivière "polluée" par de vieux papiers !

    RépondreSupprimer
  4. je ne suis pas sûre que cette forme d'art soit en voie de démocratisation!!
    sol délocalisé sur rivière déjà délocalisée sur ce même sol, non?
    je trouve qu'un certain snobisme impose des artistes en résidence souvent peu compréhensibles et évidemment peu compris...

    RépondreSupprimer
  5. Une foret delocalisee... Des morceaux pris de la Vire lorsque l'eau est au plus bas et transferes a l'usine Utopik... interessant mais est-ce necessaire? J'ai egalement du mal a comprendre. La nature par elle-meme n'est-elle plus source directe d'inspiration pour creer des "oeuvres?"
    Se distinguer de ce qui est, de cette facon, pour essayer de rentrer dans la liste des plasticiens?

    RépondreSupprimer
  6. Je croyais que c’était des panneaux de polystyrène extrudé (ou styrofoam) glissant sur l’eau – je ne comprends pas cet art – j’aime mieux voir des sculptures sur la terre et l’eau libre.

    RépondreSupprimer
  7. Pour être positive, j'ai pensé à des morceaux de la "maison dentelle" (de l'avant dernier billet) voguant au fil de l'eau...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci...pour l'artiste "incomprise"!
      La photo ne rend peut-être pas le matériau ou l'effet produit. Plus qu'à un sol "délocalisé", j'ai pensé à des morceaux d'iceberg, à un sol i et à un monde instable .

      Supprimer
  8. MERCI chère Miss_Yves de nous avoir conviés grâces à tes jolies publications à ce beau festival !

    ☼ je t'envoie plein de douces pensées d'Asie jusqu'en Normandie
    ≧^◡^≦ Passe un bon dimanche !!!! GROS BISOUS ! ♥❤

    RépondreSupprimer
  9. Le chemin de la grenouille... Bof !!!

    RépondreSupprimer
  10. Ƹ̴Ӂ̴Ʒ❀
    Un petit coucou chez toi pour te souhaiter un bon premier jour du mois d'octobre ! ≧^◡^≦

    GROSSES BISES d'Asie et bonne continuation chère Miss_Yves ❀

    RépondreSupprimer
  11. Il est possible que l'aspect "cramé" des "pas" nuisent à l'oeuvre en les faisant ressembler à des miroirs brisés.

    RépondreSupprimer