Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, janvier 16, 2015

Reverdir







Lecture et analyse du calligramme ici


Château des Matignon, Torigni/Vire
Historique ici




Douces figures poignardées chères lèvres fleuries
Mya Mareye
Yette et Lorie
Annie et toi Marie
Où êtes-vous ô jeunes filles
Mais près d'un jet d'eau qui pleure et qui prie
Cette colombe s'extasie


Tous les souvenirs de naguère
O mes amis partis en guerre
Jaillissent vers le firmament
Et vos regards en l'eau dormant
Meurent mélancoliquement
Où sont-ils Braque et Max Jacob
Derain aux yeux gris comme l'aube
Où sont Raynal Billy Dalize
Dont les noms se mélancolisent
Comme des pas dans une église
Où est Cremnitz qui s'engagea
Peut-être sont-ils morts déjà
De souvenirs mon âme est pleine
Le jet d'eau pleure sur ma peine.
Ceux qui sont partis à la guerre
au Nord se battent maintenant
Le soir tombe Ô sanglante mer
Jardins où saignent abondamment
le laurier rose fleur guerrière.

...........................................................................................................................................................
La Reverdie est un genre poétique médiéval (XIIIème S).
Ces poèmes anonymes célèbrent, le plus souvent, des amours bucoliques

Extait  , emprunté au site ci-dessus:

                                  (...)
Chevaliers l’ont rencontrée,
Bien l’ont saluée,
- Belle, où êtes-vous née ?
- De France suis la louée,
Du plus haut parage.
Le rossignol est mon père,
Qui chante sur la ramée
Au plus haut bocage.
La sirène elle est ma mère,
Qui chante en la mère salée
Au plus haut rivage.
-Belle, vous êtes bien née :
Bien êtes apparentée
Et de haut parage,
Qu’il plût à Dieu notre père
Que vous me fussiez donnée
A femme espousade !
In Le Livre d’Or de la Poésie française - Pierre Seghers - © Éditions Marabout Université – P. 44/45

27 commentaires:

  1. une belle maison imposante..et en briques..! un jet d'eau qui rivalise avec genève :)))
    un joli calligramme ...actuel....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rapprochement avec Genève s'impose(sourires!)

      Supprimer
  2. Architecture assez sobre pour un château.
    J'ai du mal à lire le jet d'eau même en agrandissant,
    c'est triste car j'ai des lunettes toutes neuves.
    As tu voulu faire passer un message ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "et vos regards en l'eau dormante,
      comme des pas dans une église
      meurent mélancoliquement [;..]
      De souvenirs mon âme pleine
      derain aux yeux gris comme l'aube
      le jet d'eau pleure sur ma peine"

      Dommage que, comme Daniel, tu ne puisses pas bien lire
      ce calligramme
      "la colombe poignardée"

      Supprimer
  3. Coucou Miss Yves.
    Superbe !!!
    J'ai du m'y reprendre en deux fois pour lire je ne regrette pas...
    Joli coin à visiter.
    Très bon weekend.
    A + :o)

    RépondreSupprimer
  4. j'avais appris ce poème d'Appolinaire au lycée et tu l'as si bien introduit , ceci vaut tous les commentaires; comment résister à :
    "et vos regards en l'eau dormante,
    comme des pas dans une église
    meurent mélancoliquement [;..]
    De souvenirs mon âme pleine
    derain aux yeux gris comme l'aube
    le jet d'eau pleure sur ma peine"

    la colombe poignardée
    Merci miss-yves

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d''avoir transcrit ce calligramme

      Supprimer
  5. Une page magnifique, Miss ! "Actuel" comme le dit Elfi.
    Coup de coeur tout particulier pour ta première image et son cadre vert de feuillage pour présenter le jet d'eau ! La couleur verte est particulièrement présente et bien rendue pour accompagner le poème d'Apollinaire et nos souhaits d'espoir et de paix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est effectivement le message.
      J'aurais pu ajouter des poèmes médiévaux sut le thème de "La Reverdie", célèbrant l, comme tu l'as fait,le retour du Printemps

      Supprimer
  6. Contente d'avoir pu lire ce poeme que je ne connaissais que "de vue."

    RépondreSupprimer
  7. Très beau billet !
    Un calligramme qui veut dire beaucoup !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les grands poètes peuvent dire beaucoup, en peu de mots

      Supprimer
  8. Merci pour mes pauvres yeux.
    J'avais du mal à me concentrer sur ce que je lisais.
    Très joli ce poème. Hope and peace.
    Décidément tu es mon inspiratrice. Tu as parlé de fable l'autre jour, mince
    je ne sais plus chez qui et je me suis amusée ce matin à
    écrire un truc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte de lire cette fable!
      N'était-ce pas chez Lucie, à propos de son coq ?

      Supprimer
    2. YES !
      Ce sera après le 20 car le 20 il y aura autre chose.
      J'ai même retrouvé des brouillons hier.
      Bon week-end !

      Supprimer
    3. Ah oui ! La fable.... Tu sais miss, j'ai pensé à celle du loup et du chien de la Fontaine en écrivant mon message / le coq de la Bastide et celui de château : la liberté a un prix et une saveur....

      Supprimer
  9. je voulais mettre la Colombe poignardée jeudi prochain mais je n'ai pas tes talents informatiques pour !
    la photo ne donnait rien qui vaille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh 8 Mes talents informatiques sont très limités: si j'y arrive, tu peux y arriver!

      Supprimer
  10. Beau le jet d'eau
    La référence à 14-18 me rappelle que mon sujet est toujours en sommeil et qu'il est temps que je m'y remette !

    RépondreSupprimer
  11. Etonnant château qui ne parait pas terminé : on dirait une aile, il manque la seconde et le corps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coup d'oeil d'architecte: tu as vu juste: j'ai ajouté un lien vers l'histoire du château .

      Supprimer
    2. Coup d'oeil de l'architecte je ne sais pas mais mémoire d'un autre château c'est sûr, celui de Lunéville près de Nancy :

      http://www.chateauluneville.cg54.fr/fr/le-chateau-des-lumieres-de-luneville.html

      Supprimer
  12. Reverdie et fratrasie (> fratras ?) sont les genres poétiques de nos aïeuls avant l'influence japonisante ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, rien à voir avec le Japon.
      D'ailleurs , ce sont des formes longues , et non brèves , comme le haïku.
      "Fatrasie "vient bien de "fatras".

      Supprimer