Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, février 28, 2015

Le coeur à marée basse








"Et de vagues rochers que les marées dépassent
Et qui ont à jamais le coeur à marée basse"

Jacques Brel


29 commentaires:

  1. Coucou miss Yves.
    Un enrochement qui ressemble beaucoup à celui par chez moi.
    Dommage de devoir ainsi transformer le paysage...
    Très bon weekend.
    A + :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et de grandes plages, de grands espaces où l'on respire.
      Merci, à toi aussi

      Supprimer
  2. magnifique avant goût ..la mer c'est pour bientôt!.. bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand ma montagne rend visite à la mer (et vice-versa) , c'est un dépaysement garanti.

      Supprimer
  3. Tes belles photos pour rendre hommage au grand Jacques que nous n'oublierons jamais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant de belles chansons...inoubliables

      Supprimer
  4. J'aime bien la première marée basse avec ses petits pompons blancs.
    La dernière est plus triste, elle rappelle que la mer est plus docile quand elle est basse que quand elle monte à en dépasser le rochers et de faire notre belle France plus petite qu'elle n'a été.
    Et si il n'y avait que ça !
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les petits pompons blancs, enfants, nous les appelions "queues de lapin"

      Supprimer
    2. Les petits pompons blancs, enfants, nous les appelions "queues de lapin"

      Supprimer
    3. Tu as eu le hoquet !
      Ma préférée de Brel est "Ne me quitte pas".

      Supprimer
    4. Concernant mes salades, tu peux la remplacer par la cornette d'Anjou que l'on trouve un peu partout contrairement à la chicorée pain de sucre.

      Supprimer
    5. Le hoquet: formule amusante!
      "Difficile de choisir entre"Ne me quitte pas" , "ces gens-là", "Amsterdam" etc

      Supprimer
  5. ces petits pompons tout doux j'en faisait des bouquets...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, nous aussi:un doux souvenir

      Supprimer
  6. superbe le deuxième cliché

    RépondreSupprimer
  7. Quand les moulières se découvrent jusqu'à l'horizon...
    Ah les "queues de lièvre" avec leurs soyeux pompons qui se balancent au gré du vent sur la dune blanche...
    En pays connu !!! Merci pour la balade avec les mots de Brel

    RépondreSupprimer
  8. (^‿^)✿

    Coucou chère Miss_Yves !

    Oh ! C'est beau ! J'adore !!!!

    Je te souhaite un bon mois de mars !

    GROSSES BISES d'Asie jusqu'à toi !
    Bonne continuation !!!!

    RépondreSupprimer
  9. Mais quand on se trouve entre la montagne et la mer, je penche le plus souvent vers la mer... quoique...

    RépondreSupprimer
  10. La mer qui brille entre les herbes, j'aime, coup de coeur pour la deux.

    RépondreSupprimer
  11. "Vagues rochers" en parlant du littoral, un à propos génialement poétique du grand Brel ! De quoi nous mettre le cœur à marée basse en pensant à sa disparition.

    Jamais eu l'occasion de voir des queues de lapin en bord de mer, ou alors je n'en ai pas gardé le souvenir...

    Merci pour ce billet léger comme un jardin de plumes, nostalgique comme un vague souvenir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lien m'a permis de comparer ces "queues de lapin" répertoriées et celle du littoral photographié: ce ne sont pas tout à fait les mêmes, question texture,celles de Wiki semblent plus dures, plus vertes, comment dire?Comme un légume pas mûr _à moins qu'il y ait une différence selon la saison.
      Celles de la côte du Cotentin sont plus duveteuses, plus douces, plus floues

      "nostalgique comme un vague souvenir": c'est tout-à fait cela.

      Supprimer
  12. Bien entendu, pour les images, je préfère tes queues de lapin aux cœurs de pierres ;-)

    RépondreSupprimer
  13. La mer j'aime bien quand elle est sauvage et la montagne aussi. Brel c'était surtout le plat pays qui était le sien...

    RépondreSupprimer
  14. J'espère que tu n'as pas pris une mauvaise vague.

    RépondreSupprimer
  15. un beau message toujours poétique et ici un rien mélancolique .
    une magnifique photo de Fla avec une lumière magnifique je parierais que le bus était le 6!

    RépondreSupprimer
  16. L'histoire de l’escroquerie de l'A28 c'était en Sarthe.
    La Mayenne est entre nous et l'Ille et Vilaine.
    Belle journée !

    RépondreSupprimer