Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, août 29, 2015

Epingler

Solution d'une  énigme épineuse.
Merci à tous et à toutes pour votre participation, une médaille pour Marguerite-Marie, qui s'est vraiment piquée au jeu!

....................................................................................................................................................;
située à Saint Sulpice sur Risle 
compte plus de 180 ans d'activité dans la fabrication française d'aiguilles et  d'épingles.
Elle perpétue cette tradition et expose aux visiteurs le savoir-faire des ouvriers et ouvrières qui travaillent sur des machines dont certaines datent du XIX ème siècle.




La visite est organisée  sur 2000 mètres carrés; deux niveaux permettent de découvrir les étapes de fabrication des aiguilles à coudre, des épingles de sûreté et des épingles à tête de verre.

(La photo ci-dessus montre les baguettes en verre de Murano servant pour ce type d'épingles., c'est la solution du jeu proposé le 13 /08)
Lien ici pour voir la tête de ces épingles!
La troisième vidéo montre le TRI de ces têtes d'épingles.


Sachant qu'il faut 2 mois et 27 étapes de fabrication pour qu'une seule aiguille soit vendue en magasin, on regarde d'un autre oeil ce petit ustensile de couture,  si banal !






Si le travail sous le regard d'autrui  promeut l'image de marque de l'entreprise,  et cela n'est peut-être   ni facile, ni reposant, mais ouvriers et  ouvrières se sont aimablement prêtées à la curiosité,  à l'intérêt des visiteurs.
Un grand merci pour leur gentillesse !



Dans La Fortune de Gaspard (1866,) la Comtesse de Ségur évoque la réalité du XIX ème siècle.


Ce roman, décrivant les conséquences de l'industrialisation dans la Vallée de *** , surprend par la tonalité  balzacienne  des thèmes traités: instruction publique, innovation technique, affaiblissement  du sentiment religieux, arrivisme, mariage d'intérêt, concurrence.



L'usine de  métallurgie de M. Féréor s'inspire de la tréfilerie de Pierre -Jean-Félix Mouchel, dont on peut voir les Carnets dans La Grosse Forge à Aube, autre site marquant du patrimoine industriel.






En face de l'usine Bohin, l'âne Cadichon , au pays des Bons enfans (sic) semble se remémorer les mots dédiés à Henri de Ségur:

 « Vous verrez aussi combien j'ai été méchant dans ma jeunesse, combien j'en ai été puni et malheureux et comment le repentir m'a changé et m'a rendu l'amitié de mes camarades et de mes maîtres. »

Ce circuit en pays d'Ouche donnera lieu à un billet sur la Comtesse de Ségur, au petit musée qui porte son nom, à Aube.

12 commentaires:

  1. Coucou Miss Yves.
    Honte à moi qui m'imaginais des tiges en plastique !!!
    Bon weekend, A +
    ☺ ☼

    RépondreSupprimer
  2. j'y ai pensé mais je pensais que ces tiges étaient en plastique et non en verre... c'est vrai que je me pique souvent au jeu...jusqu'à y penser plusieurs fois dans la journée (héritage de mon père qui fut reconnu comme un enquêteur obstiné quand il commandait le fichier de gendarmerie de Rennes, appelé maintenant brigade de recherche... il furetait, écrivait fiche après fiche car point d'ordinateur, il m'avait montré le dépliant que formaient 65 fiches sur la même personne activement recherchée sous presque autant d'identités différents.)

    j'attendrai le billet sur la comtesse de ségur avec impatience

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " 65 fiches sur la même personne activement recherchée sous presque autant d'identités différents.)
      Impressionnant...

      Supprimer
  3. je n'aurai pas deviné !
    La comtesse de Ségur...et si je relisais certains de ces livres !

    RépondreSupprimer
  4. Énigme qui a tenu tout le monde en haleine ! Les réponses pertinentes de Marguerite-Marie ont bien mis sur la bonne voie.
    Quelle aventure cette visite, je suis toujours prête à rendre hommage à tous ces ouvriers pour leur doigté et leur patience au fil des heures de la journée, ce que démontrent bien les vidéos.
    Avez-vous rencontré Victor ?
    Cela me fait penser à un petit livre charmant « Couturière » de Martine Sonnet qui évoque les différentes périodes entre les années 50 et les années 80 ou 90 je ne me souviens plus très bien.
    Rendez-vous pris pour le chapitre « Ségur » et la bibliothèque rose (rouge a l’époque) elle a surement écrit d’autres genres de livres…

    RépondreSupprimer
  5. une belle surprise... ces épingles que j'aime... mais malheureusement, ma boite contient des épingles tête d'acier ..bon dimanche! je serai un peu en vadrouille ces prochains jours...

    RépondreSupprimer
  6. Heureusement que l'on ne fait pas une aiguille à la fois ! J'imagine que ce savoir faire ne sera ni copié ni exporté... Des têtes colorées, cela ne rend pas l'aiguille plus efficace mais en bouche de couturière c'est plus agréable toutefois...

    RépondreSupprimer
  7. Quelqu'un s'est-il intéressé à l'âne ? Ce n'est pas un baudet du Poitou mais sans doute un âne de Provence (avec la croix de St André)

    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%82ne_de_Provence

    RépondreSupprimer
  8. Peut-être cet âne se prénomme-t-il Cadichon ?

    https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9moires_d%27un_%C3%A2ne

    RépondreSupprimer
  9. Pas facile la devinette !
    Comme toujours, tu nous as concocté un super billet bien documenté ! Je crois que tu nous avais déjà fait visiter cette fabrique ancienne et toujours active ! J'irais suivre les liens que tu nous proposes ici mais j'ai tellement de retard !!!
    A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, très difficile!
      C'est de la Grosse Forge que j'avais déjà montré des photos.

      Supprimer
  10. Pas facile à trouver quand on voit ce qu'on voit.
    Très instructif en tous cas.

    RépondreSupprimer