Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mardi, septembre 29, 2015

Sculptures dans la verdure



Dans le jardin des plantes de Coutances


Portrait 
de
Remy de Gourmont
...en faune , en sphinx égyptien ?
..........
Agathe

Joyau trouvé parmi les pierres de la Sicile, 
Agathe, vierge vendue aux revendeuses d'amour, 
Agathe, victorieuse des colliers et des bagues, 
Des sept rubis magiques et des trois pierres de lune, 
Agathe, réjouie par le feu des fers rouges,
Comme un amandier par les douces pluies d'automne,
Agathe, embaumée par un jeune ange vêtu de pourpre,
Agathe, pierre et fer, Agathe, or et argent, 
Agathe, chevalière de Malte, 
Sainte Agathe, mettez du feu dans notre sang.

Remy de Gourmont, Saintes du Paradis
........................
(Biographie ici
Descriptions et interprétations  de son buste  )





Dans un bassin, 
dans des îlots verdoyants
s'ébattent 
le cachalot 
et
les  poissons multicolores de 




La verticalité des statues 
correspond à celle de
 l'obélisque


....................................................................................................................................................
Hiéroglyphes

Pourpriers d'or, fleur d'Anhour,
Mon corps en joie frissonne quand tu m'as fait l'amour,
Puis je m'endors paisible au pied des tournesols.
Je veux resplendir telle que les flèches de Hor :
Viens, le kupi embaume les secrets de mon corps,
Le hesteb teint mes ongles, mes yeux ont le kohol.
Ô maître de mon coeur, qu'elle est belle, mon heure !
C'est de l'éternité quand ton baiser m'effleure,
Mon coeur, mon coeur s'élève, ah ! si haut qu'il s'envole.
Armoises de mon frère, ô floraisons sanglantes,
Viens, je suis l'Amm où croît toute plante odorante,
La vue de ton amour me rend trois fois plus belle.
Je suis le champ royal où ta faveur moissonne,
Viens vers les acacias, vers les palmiers d'Ammonn;
Je veux t'aimer à l'ombre bleue de leurs flabelles.
Je veux encore t'aimer sous les yeux roux de Phrâ
Et boire les délices du vin pur de ta voix,
Car ta voix rafraîchit et grise comme Elel.

Ô marjolaines de mon frère, ô marjolaines,
Quand ta main comme un oiseau sacré se promène
En mon jardin paré de lys et de sesnis,
Quand tu manges le miel doré de mes mamelles,
Quand ta bouche bourdonne ainsi qu'un vol d'abeilles
Et se pose et se tait sur mon ventre fleuri,
Ah! je meurs, je m'en vais, je m'effuse en tes bras,
Comme une source vive pleine de nymphéas,
Armoises, marjolaines, pourpiers, fleurs de ma vie !

Remy de Gourmont, Les Divertissements

(Lien /Source )


13 commentaires:

  1. Coucou Misse Yves.
    Et aussi statue, Terme.
    Il y a de la poésie dans l'air, à l’époque de Baudelaire la dernière eut été classée dans "les Fleurs du Mal".
    Jolie découverte.
    Bonne journée.
    A + ☺ ☼

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait!
      Vénéneuse à souhait.

      Supprimer
  2. "... les qualités particulières des écrivains normands", cela ne m'étonne pas, la Normandie a beaucoup inspiré ses enfants et ses visiteurs de passage

    "Les écrivains français qui écrivent encore écrivent pour eux-mêmes et pour l'avenir" me plait beaucoup

    "Saintes du Paradis" , a-t-il dédié d'autres poèmes à d'autres saintes alors et lesquelles ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Titre à la fois redondant rt paradoxal, en effet!

      Supprimer
  3. "La verticalité des statues
    correspond à celle de
    l'obélisque"...
    Tu me fais rire... Car mon mari a déménagé une fois une amie docteur en physique, aidé par d'autres docteurs en physique. Pour mettre un meuble dans l’ascenseur ceux-ci se posaient la question de la verticalité. Mon mari, qui n'est qu'ingénieur, a pris le meuble et l'a installé...

    RépondreSupprimer
  4. j'avoue découvrir ces poèmes...aux parfums de fleurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu connais sùrement le long poème "Simone."

      Supprimer
  5. Il n'est pas vilain ce buste, je dirais qu'il est puissant ! Mon fils en primaire (ou en maternelle plutôt) avait fait un buste en glaise qui ressemble à cela, je l'aime beaucoup (et Mlle P avec ses petits doigts a peints des volutes sur des tubes de papiers hygiéniques en deux temps trois mouvements). Atteindre la quintessence et la grâce comme les enfants est difficile à l'âge adulte.

    RépondreSupprimer
  6. Jolis écrits !
    Bizarre le cachalot, je préfère le totem des poissons.

    RépondreSupprimer
  7. Réponses
    1. Je t'ai répondu sur mon blog.

      Supprimer
  8. En lisant toutes ces diverses interprétations sur le buste de Rémy de Gourmont, on a plutôt envie de piquer des mots à droite à gauche sans faire de plus ample commentaire : stèle, massif, pierre, gravité.
    J’avoue être plus séduite par le totem des poissons qui met une belle note gaie dans l’ensemble.
    En passant j’ai donc relu un peu Simone… un peu lassant non ?
    Je crois me souvenir avoir appris des petits bouts de ses poèmes, petite « allons au verger Simone, avec un panier d’osier… »

    RépondreSupprimer
  9. les jardins normands sont les plus beau

    RépondreSupprimer