Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, octobre 31, 2015

Sortie nocturne


"La nuit promet d'être belle, 
Car voici qu'au font du ciel 
Apparaît la lune rousse" 





Saisi d'une sainte frousse

Tout le commun des mortels 

Croit voir le diable à ses trousses

Valets volages et vulgaires

Ouvrez mon sarcophage

Et vous pages pervers 
Courrez au cimetière
Prévenez de ma part 
Mes amis nécrophages
Que ce soir nous sommes attendus dans les marécages



Voici mon message

Cauchemars, fantômes et squelettes 

Laissez flotter vos idées noires

Près de la mare aux oubliettes 

Tenue du suaire obligatoire
........................................................................................................................................

Lien ici, avec un tableau de James Ensor

"Crever l'écran" (1)

Vue
 du Suquet  





"Crever l'écran"

Comment qualifier autrement cette apparition de Gérard Philippe, (1922-1959)
                                                       dans son  rôle de Fanfan La Tulipe ?




Né à Cannes le 4 décembre 1922, il est immortalisé sur les murs de la capitale du cinéma.

Fiche technique ici
Extrait

mercredi, octobre 28, 2015

Les Z'arts


"Y a pas de lézard! "

Explication ici


Lorsque le mur de la préhistoire se lézarde, ce mur de fond de jardin ...
...il en sort un petit animal formidablement dessiné, comme un dragon chinois, brusque mais inoffensif chacun le sait et ça le rend bien sympathique. 

Un chef-d'oeuvre de la bijouterie préhistorique, d'un métal entre le bronze vert et le vif-argent, dont le ventre seul et fluide, se renfle comme la goutte de mercure. Chic un reptile à pattes ! Est-ce un progrès ou une dégénérescence ? Personne, petit sot, n'en sait rien. Petit saurien.

Francis Ponge, Le Parti pris des Choses

dimanche, octobre 25, 2015

L'heure d'Hiver

A la fin de l'été,  sous le soleil exactement ,
 sur la Croisette



En triant de vieux  papiers, lettres, notes,  cours, etc
j'ai retrouvé ce poème, appris, je crois, en classe de sixième ou de cinquième.
(Le titre du recueil est de saison ).
Je l'avais longtemps cherché, et si j'en avais un souvenir vague, je l'aurais plutôt  attribué à
Tout académicien qu'il fût, Emile Henriot et son oeuvre semblent  tombés dans l'oubli.

Ironie du sort, c'est lui qui a popularisé l'expression "nouveau roman" qu'il avait forgée pour critiquer "la Jalousie" d'Alain Robbe-Grillet



AQUARELLE.

Je voudrais peindre ce paysage
en trempant dans l'eau du canal
ce peuplier sans feuille encore
qui a l'air vraiment d'un pinceau.
Sur l'écran du ciel comme une soie grise,
j'inscrirais d'une touche de laque violette très mouillée
le mouvement de cette colline à fin d'horizon,
puis, couleur de rouille et de fumée, 
ces bois à demi dissous dans la brume,
et je réserverais pour la plume et l'encre de Chine,
ce bel arbre aux branches tordues
et enchevêtrées au premier plan.
Ce ne sera pas facile à rendre cet emmêlement
et cette ramification délicate,
et toutes ces brindilles capricieuses.
Il faudrait savoir dessiner.
Mais, ce sera ma récompense,
je garde pour le dernier moment,
d'un seul large coup de pinceau,
cette belle coulée d'émeraude pure
qui représentera le pré;
et tout à la fin, signature,
pour faire chanter tout le reste,
une petite tache de vermillon
aussitôt écrasée du pouce,
pour figurer le toit d'une maison dans l'éloignement
à travers ce tendre et mélancolique paysage
noyé d'eau sous un ciel d'hiver.

Emile Henriot. Les jours racourcissent.

1954. Mercure de France, éditions.

jeudi, octobre 22, 2015

Cloch'ART

Il fut un temps (dans les années 60) où les dessins à la craie faisaient florès sur les trottoirs de Paris et des grandes villes, devant les monuments touristiques, manière pour les artistes, étudiants des beaux-Arts ou amateurs,  de faire leurs gammes et ... de faire la manche, rôle dévolu,  de nos jours , aux statues  vivantes.
Les dessins (clowns, visages féminins, poulbots) n'avaient aucune visée contestataire, un certain mois de mai n'ayant pas encore fleuri, ils étaient purement décoratifs, voire  kitsch .




 Actuellement, des graffeurs se livrent au street art sauvage ou , comme on dit, "investissent" les palissades, parfois mises à leur disposition , cache-misères des modifications urbaines.

"  (...) La forme d'une ville 
change plus vite, hélas! que le coeur d'un mortel"

écrivait Baudelaire.



 C'est le cas à Rennes, pendant  les travaux de la place Sainte Anne.


dimanche, octobre 18, 2015

Un bon coup de pinceau

Du matériel et quelques touches de couleurs


avant de 
découvrir 



fresques 


 et   
tableaux.



Et voilà le travail !


Clin d'oeil à la peinture
 et à sa "réclame", créée par l'affichiste Emile Vavasseur.


Le chimiste hollandais C.J .F. Riep mit au point  en 1887 un procédé de peinture à l'huile  vernissée séchant rapidement, nommé "riepolin" .
"Ripoliner" et" ripolinage" sont entrés  le dictionnaire  et   passés dans l'usage courant.

Beaux exemples 
d'antonomases ,
ou plus exactement d'éponymie 

Si vous séchez sur ces définitions voyez le lien ici  et là 

jeudi, octobre 15, 2015

Les couleurs, les parfums et les sons se répondent

Balade dans les jardins de la parfumerie, à Mouans-Sartoux 
pendant les journées du Patrimoine 2015.

Le temps était magnifique, et ces souvenirs ensoleillés  consolent des tristes reportages sur les  récentes intempéries catastrophiques survenues dans les Alpes maritimes .



La promenade était commentée par une charmante médiatrice qui faisait découvrir au public, travaux pratiques à l'appui,  les fleurs et leur utilisation en parfumerie.



Le jardin,  décoré par les sculptures et les photographies   de René Bruno 
s'ouvrait  ainsi à nos cinq sens - voire à un sixième sens .



Comme une figure de proue, dans un parterre, voici une des oeuvres de l'artiste intitulée
chimère.
Une racine sculptée  soutient une gravure sur époxy
 représentant, très grossies, les nervures d'une feuille perlée de gouttes d'eau.

Alliance de la terre, de l'air et de l'eau .





*Récupération et recréation pour ce siège couleur feu 
portant le doux nom de confident .

Ce type de canapé en double S  était très à a mode sous le Second Empire.

Qui peut reconstituer les éléments récupérés?






 A partir de ses  photos de très grand format, certaines quasiment abstraites, René Bruno s'est amusé à proposer des associations 
images / senteurs:

 

aux visiteurs de deviner quel parfum pouvait l'avoir inspiré.



La visite terminée, il reste du temps pour flâner et tenter de saisir l'atmosphère du lieu, du côté du  bassin aux lotus.





samedi, octobre 10, 2015

Coup de vent



"Petite pluie abat grand vent "

dit-on




Mais après une grosse averse et un fort coup de vent,
 mes roses trémières,
 si droites d'ordinaire
gardent un petit air
penché









lundi, octobre 05, 2015

Roses des vents marins


Le nom de la  villa "Les Rhumbs" , villa d'enfance de Christian Dior, vient d'un terme maritime.
Il désigne les 32 divisions de la rose des vents.







Les roses de  couleurs et de variétés multiples 
rappellent l'amour que la mère du futur grand couturier leur portait, 




source d'inspiration pour lui, 
aussi bien pour ses créations vestimentaires que pour ses parfums