Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mercredi, août 31, 2016

Cadavre exquis (Festival des bords de Vire 3)


          Retour sur image pour approfondir la vision du monstre échoué sur les bords de la Vire,
(objet digne d'être montré)
créé par Cédric Guillermo, inspiré par un tableau (1935) du peintre surréaliste  belge, René Magritte, s'amusant à inverser la double composante  humaine et animale de la mythique sirène.
   
        Cette inversion  avait été reprise par le photographe Man Ray. qui l'avait traitée de manière érotique  dans le numéro 10 de la revue Le Minotaure (1937).
       
  ( Notons que l'imagination de ces artistes repose sur la représentation de la sirène femme-poisson dans la mythologie nordique, et non sur celle de la femme-oiseau de la mythologie grecque.)




          Circulation, germination d'oeuvres et d'idées, comme nous y invite à notre tour ce panneau:


Revenant sur mon commentaire précédent, à propos des oeuvres du festival des bords de vire
 "-insolites, amusantes, poétiques-  signifiantes ou insignifiantes, elles plaisent ou déplaisent, font l'objet de discussions

Je qualifierais celle-ci d'insolite, entre fascination et répulsion.

16 commentaires:

  1. Une sirène à l'envers! J'en aime le côté ludique et l'échouage en bord de rivière ajoute au charme de l'ensemble : comme la réalité d'un monde merveilleux!

    RépondreSupprimer
  2. je bisse le commentaire de Gine !

    RépondreSupprimer
  3. femme poisson...je reste de bois... :)))

    RépondreSupprimer
  4. Bon sang ! Mais c’est… Bien sûr !! Voilà pourquoi cette sculpture me disait vaguement quelque chose. Mon subconscient faisait le lien avec "L'invention collective" (1935) ce tableau de Magritte que je connais depuis longtemps (mais qui ne fait pas partie de mes favoris).

    Par contre, pour moi la surprise réside davantage dans le fait que l’œuvre soit en bois. Je la croyais (dur comme fer ;-)) en pierre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ainsi posée les pieds dans l'eau vu que cette œuvre est en bois, si un gros orage fait monter le niveau de la rivière, elle risque fort d'être emportée et de filer vers la mer !

      Supprimer
  5. Quel scénario catastrophe!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Vire_(fleuve)
      La Vire est un fleuve côtier qui se jette ds la mer, dans la baie de Veys.
      Finalement, si ce scénario aboutissait, la sirène ( ou le monstre mi-poisson , mi-femme) ) retrouverait son milieu d'origine.

      Supprimer
  6. Coucou Miss Yves.
    De bien drôles de bestioles chez toi !
    Très bonne journée, A + ☼

    RépondreSupprimer
  7. La Sirène est tellement plus belle même si elle est énigmatique comme ce poisson à jambes de femme.

    RépondreSupprimer
  8. D'où l'impression de malaise due à cette inversion, tant l'image mythique de la sirêne est devenue ... naturelle.

    RépondreSupprimer
  9. L'idée d'inversion est amusante mais nous sommes tellement habitués à la jolie sirène à queue de poisson :-)

    RépondreSupprimer
  10. j'adore
    quelle imagination

    RépondreSupprimer
  11. tout comme Bergson, je la trouve réussie cette sirène faisant une pause à bord de l'eau, avant de repartir vers le large ensorceler quelque Ulysse perdu dans ses pensées!

    RépondreSupprimer
  12. Bizarre bizarre, ce sculpteur n'a guère la notion de ce que sont les êtres vivants, normalement la tête devrait être dans l'axe du corps et non placée à 90° (tiens encore de la géométrie)...
    Je vais te reparler d'Ensor et de sa sirène que j'ai vue à l'expo au musée d'Orsay >

    http://espace-holbein.over-blog.org/article-la-sirene-d-ensor-73917277.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois, Miss, lorsque l'on examine l'oeuvre de Magritte on remarque que l'axe de la tête de la sardine est dans l'axe des jambes. Imagine comment la sirène échouée avance ?

      Supprimer
  13. L'idée de C. Guillermo me plaît, je n'avais pas pensé à Magritte... De l'art légèrement primitif.

    RépondreSupprimer