Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

lundi, septembre 05, 2016

En cage ? (Festival des bords de Vire 4)





" L'oiseau construirait-il son nid s'il n'avait sur lui son instinct de confiance au monde ? "
Gaston Bachelard 

"La maison-nid n'est jamais jeune. On pourrait dire qu'elle est le lieu naturel de la fonction d'habiter. On y revient ou rêve d'y revenir comme l'oiseau revient au nid, comme l'agneau revient au bercail. Ce signe du retour marque d'infinies rêveries car les retours humains se font sur le grand rythme de la vie humaine, rythme qui franchit des années, qui lutte par le rêve contre toutes les absences. Sur les images rapprochées du nid et de la maison retentit une composante intime de fidélité."

Gaston Bachelard, la poétique de l'espace




"Le corps de l'oiseau est fait de l'air qui l'entoure, sa vie est faite du mouvement qui l'emporte. "
Bachelard, L'air et les songes.


Gilles Appert est un habitué du festival des bords de Vire:
Artiste grimpeur - si j'en juge par la photo du panneau- il se plaît à habiller les arbres de maillons en bois (en 2014) ou de brindilles (en 2016) à la manière des oiseaux construisant leur nid, mais à la rondeur, il préfère le cube.


"Les mots — je l'imagine souvent — sont de petites maisons, avec cave et grenier. Le sens commun séjourne au rez-de chaussée, toujours prêt au « commerce extérieur », de plain-pied avec autrui, ce passant qui n'est jamais un rêveur. Monter l'escalier dans la maison du mot c'est, de degré en degré, abstraire. Descendre à la cave, c'est rêver, c'est se perdre dans les lointains couloirs d'une étymologie incertaine, c'est chercher dans les mots des trésors introuvables. Monter et descendre, dans les mots mêmes, c'est la vie du poète. Monter trop haut, descendre trop bas est permis au poète qui joint le terrestre à l'aérien. Seul le philosophe sera-t-il condamné par ses pairs à vivre toujours au rez-de-chaussée ?"
Bachelard, Poétique de l'espace 

Lien ici 





12 commentaires:

  1. Coucou Miss Yves.
    Je suis tout renversé que je vois cette cabane !
    Très bonne semaine, A + ☼

    RépondreSupprimer
  2. Les citations de Bachelard accompagnent à merveille ton reportage.
    Des "maisons-nids" tout en légèreté...pour y vivre en communion avec la nature :-)

    RépondreSupprimer
  3. j'aime beaucoup cet osmose entre les "nids carrés" et les mots

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Miss Yves,
    C'est vraiment originale et beau, c'est la première fois que je vois ça, j'aime bien :)
    Belle et douce semaine, bisous !

    RépondreSupprimer
  5. Je préfère ceux qui ne sont pas autour des troncs d'arbres.

    RépondreSupprimer
  6. j'aime beaucoup ce message , Bachelard va bien avec ces cubes de brindilles. Je me demande seulement finalement si je suis restée au rez de chaussée...

    RépondreSupprimer
  7. Un nid carré c'est original ! j'imagine qu'à l'intérieur il y a des œufs cubiques ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Idée digne d'Alphonse Allais, ou de Pierre Dac!

    RépondreSupprimer
  9. je suis fan de ces nids

    RépondreSupprimer
  10. "à la rondeur il préfère le cube" en effet ! Comme quoi les oiseaux avec leur bec et leur pattes se débrouillent mieux que les humains fussent-ils artistes ! J'ai u nud de pie dans notre charme, que l'on ne voit pas avec les feuilles ; les pies parfois déménagent (pour aler dans l'arbre dans face par exemple) et elles récupèrent leur matériau. J'imagine qu'elles font cela pour plutôt que ravauder repartir de zéro. Mali(g)nes bâtisseuses, les pies !

    RépondreSupprimer
  11. How I'd like to come upon one of these cubes when out walking in our woods!

    RépondreSupprimer
  12. Pas vilain, j'aime les citations de Bachelard qui accompagnent bien ces photos.

    RépondreSupprimer