Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

lundi, novembre 14, 2016

Pas à pas vers le mystère

Continuons notre balade sur les pas de Pierre-Jakez Hélias, (1914-1995) dans le village de Pouldreuzic, qu'il évoque dans Le Cheval d'orgueil, paru en 1975.

Les 17 panneaux-stations du  circuit de randonnée ont comme préliminaire, dans le bourg,

sa maison natale 





( Lien ici    )


Rivalités dans le bourg







Par les chemins creux 



Le lavoir










L'Ankou



...et dans l'église de Plozévet


(Ce deuxième billet est dédié à Marguerite-Marie)



Au lavoir de Keranglaz

L'étang mire des fronts de jeunes lavandières.
Les langues vont jasant au rythme des battoirs,
Et, sur les coteaux gris, étoilés de bruyères,
Le linge blanc s'empourpre à la rougeur des soirs.

Au loin, fument des toits, sous les vertes ramées,
Et, droites, dans le ciel, s'élèvent les fumées.

Tout proche est le manoir de Keranglaz, vêtu
D'ardoise, tel qu'un preux en sa cotte de maille,
Et des logis de pauvre, aux coiffures de paille,
Se prosternent autour de son pignon pointu.

Or, par les sentiers, vient une fille, si svelte
Qu'une tige de blé la prendrait pour sa soeur ;
C'est la dernière enfant d'un patriarche celte,
Et sa beauté pensive est faite de douceur.

Elle descend, du pas étrange des statues,
Et, soudain, au lavoir, les langues se sont tues.

L'eau même qui susurre au penchant du chemin
Se tait, sous ses pieds nus qui se heurtent aux pierres,
On voit courir des pleurs au long de ses paupières,
Et sa quenouille pend, inerte, de sa main...

L'étang mire, joyeux, des fronts de lavandières,
Et sait pourtant quel deuil ils porteront demain !...


16 commentaires:

  1. oh attention il faut se méfier des lavandières de la nuit... ce sont des alliées des korrigans on ne s'en remet pas !

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Miss Yves.
    La lecture dans la nature!
    C'est une redonnée qui peu être longue à qui veux tout lire...
    Très bonne semaine, A + ☼

    RépondreSupprimer
  3. Il me semble voir dans les eaux du lavoir danser le reflet bleu des âmes des lavandières du temps jadis, d’ailleurs en vérifiant que ce terme n'est pas un régionalisme, j'ai trouvé : "Lavandières, nom donné en Normandie et en Bretagne à des fées qui, d'après la superstition populaire, battent le linge avec une main de fer dont elles assomment le curieux indiscret."

    Dur labeur que celui de laver le linge, il fallait bien trouver un plaisir en compensation, celui de faire tourner les langues en dehors de la bouche

    RépondreSupprimer
  4. Tel que tu l'as photographié, ce petit lavoir a un charme fou.

    Quant aux extraits du "Cheval d'orgueil", je me suis interrogée sur la place des pommes de terre au grenier... Dans le premier panneau, on peut lire la phrase suivante: "Il y avait un grenier pour le blé blanc, le blé noir, les haricots, les pommes de terre."
    En Lorraine, ma tante conservait ses provisions de pommes de terre à la cave. Un endroit idéal, suffisamment frais, sombre et aéré, pour que les tubercules ne germent pas. Une trappe dans le plancher de la cuisine permettait d'y accéder directement. Sinon, à l'autre extrémité (côté potager) une porte de plein pied facilitait le stockage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ma Lorraine aussi, pommes de terre à la cave :-)

      Supprimer
    2. Dans le Calvados également, mais nous les enfants avions à les dégermer quand même une fois au courant de l'hiver. Les betteraves dans un tas de sable et oignons, échalotes... dans un grenier courant d'air.

      Supprimer
  5. J'aime aussi beaucoup la photo du lavoir. Par contre je n'ai jamais lu "Cheval d'orgueuil", encore une lecture qui pourrait m'intéresser. Mais je ne lis pas le breton, je me rabattrai sur l'édition en français. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme moi, et comme bien d'autres.

      Supprimer
    2. C'est vrai qu'il y a des contrastes.
      Une belle bâtisse normande , pas bretonne. ( Manoir, château)

      Supprimer
    3. Réponse pour Fifi!

      Supprimer
  6. Un billet riche, qui demande un peu de temps. Je vais revenir la semaine prochaine pour déguster.
    Bannière somptueuse comparée à l'humble maison natale.

    RépondreSupprimer
  7. Ces photos accompagnent merveilleusement ma lecture. Il ne me restera qu'à suivre tes pas un jour...

    RépondreSupprimer
  8. Tu as lu "La légende de la mort"?

    RépondreSupprimer
  9. Oui , ce livre a fait partie de ceux que j'ai donnés quand j'ai réorganisé ma bibliothèque , et à présent je le regrette.

    RépondreSupprimer