Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mardi, mars 20, 2018

Une envie de jaune

Une envie de jaune me saisit, à la vue des couleurs printanières sur des blogs amis (ici ou là)

Jaune vif, jaune citron, jaune d'or...qu'importe ? Pourvu qu'il resplendisse !



(Photos prises il y a quelques années : était-ce en 2008?)

.............................................................................................................................................................

Les adjectifs qualificatifs de couleur s’accordent quand il n’y a qu’un seul adjectif pour une couleur. Ainsi, on parlera  « d’yeux bruns et de cheveux châtains ».

Les noms exprimant par image la couleur restent invariables, mais écarlate, fauve, incarnat, mauve, pourpre, rose, vermeil,  qui sont assimilés à de véritables adjectifs, s’accordent. « Ses joues étaient roses » (chapitre 14). 
Ainsi marron, orange, carotte, crème, indigo, noisette, ocre, pastel, vermillon, etc.  sont invariables. On écrit : « Ces perdrix sont marron, la gorge noire, avec des pattes rouges » (chapitre 21), « Des nuages violets passaient sur nos têtes, et la lumière bleuâtre baissait de minute en minute » (14, chapitre 7), « Il avait une petite moustache noire, et de gros yeux marron qui brillaient de plaisir » (14, chapitre 22), « Dans son poil ras d’un jaune sale, la pelade avait mis de grandes taches roses » (14, chapitre 30), « Frangés de longs cils carotte, ses yeux bleus avaient un regard remarquable » (15, chapitre 7), « Les plumes étaient étalées en cercles, bleues, jaunes, beiges, noires, autour d’un bec sanglant » (15, chapitre 16), « Il avait de très beaux souliers fauves, et un nœud de cravate en soie bleue » (16, chapitre 7), « Pendant ce temps, le long des rues abruptes, entre les murs bleus, ocre et violets des maisons mauresques, Rambert parlait, très agité » (A. Camus, La Peste, partie 2, chapitre 2).

Les adjectifs composés ou juxtaposés sont invariables. 
Exemples : « Du haut de leur perchoir, les gros paons vert et or ont reconnu les arrivants » (A. Daudet, Installation), « Les bananiers eux-mêmes, ces grands roseaux vert tendre, se dressaient silencieux et droits » (A. Daudet, Les Sauterelles), « Il avait des yeux bleu de mer » (chapitre 4), « Mon père portait un veston à martingale et une casquette bleu marine, tandis que ma mère était jeune et belle dans une robe blanche à petites fleurs rouges, qu’elle avait merveilleusement réussie » (chapitre 13), « Elle parlait avec une sérénité glaciale, tout en remettant de longs gants café au lait » (15, chapitre 3),  « Ses cheveux sont châtain clair », « Ses boucles sont noir de jais » (rappelons que le jais est un charbon d’un noir brillant).

Si l’on veut exprimer le mélange des couleurs dans un même objet, on mettra les couleurs au singulier, comme dans « des vaches noir et blanc », « le maillot rouge et blanc de l’équipe monégasque ».

Certains adjectifs de couleur peuvent être substantivés, et sont alors du genre masculin. On écrira « L’orange éclatant de ce tableau me choque » ou « Les bleus indigo de ce peintre ont assuré sa notoriété ».

Lire la suite sur : http://www.etudes-litteraires.com/grammaire/adjectif.php#ixzz2OOTzWycg

jeudi, mars 08, 2018

A visiter

Un exercice oulipien consiste à traiter le thème "J'ai oublié"-l'inverse du célèbre "Je me souviens"-



Aujourd'hui, je pourrais écrire sur ce sujet:"je n'ai pas visité" (toujours pas !)

A Rennes 
Le Parlement de Bretagne
Lien ici 





Les bains-douches, de style art déco, (mosaïques Odorico) lien ici 





dimanche, mars 04, 2018

Juste un saupoudrage

dans le parc du Thabor, le 1er mars 2018.





Mais ce  n'est pas un chien de traîneau !

Eros au musée (3)

  La Saint-Valentin au MBA 

dans la Rotonde où les tapisseries des Amours de Gombault et Macée  (XVI ème siècle) multiplient les détails grivois, de la naissance à la mort du berger et de la bergère.








Lectures  de
deux blasons du corps féminin:

Le ... (Anonyme)
et 
Le beau tétin, de Clément Marot 














Tetin refaict, plus blanc qu'un oeuf,
Tetin de satin blanc tout neuf,
Tetin qui fait honte à la rose,
Tetin plus beau que nulle chose ;
Tetin dur, non pas Tetin, voyre,
Mais petite boule d'Ivoire,
Au milieu duquel est assise
Une fraize ou une cerise,
Que nul ne voit, ne touche aussi,
Mais je gaige qu'il est ainsi.
Tetin donc au petit bout rouge
Tetin qui jamais ne se bouge,
Soit pour venir, soit pour aller,
Soit pour courir, soit pour baller.
Tetin gauche, tetin mignon,
Tousjours loing de son compaignon,
Tetin qui porte temoignaige
Du demourant du personnage.
Quand on te voit il vient à mainctz
Une envie dedans les mains
De te taster, de te tenir ;
Mais il se faut bien contenir
D'en approcher, bon gré ma vie,
Car il viendroit une aultre envie.
O tetin ni grand ni petit,
Tetin meur, tetin d'appetit,
Tetin qui nuict et jour criez
Mariez moy tost, mariez !
Tetin qui t'enfles, et repoulses
Ton gorgerin de deux bons poulses,
A bon droict heureux on dira
Celluy qui de laict t'emplira,
Faisant d'un tetin de pucelle
Tetin de femme entiere et belle.
...........................................................................................................................................