Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, mai 27, 2016

Expo en chantier

    En prélude à l'inauguration de l'exposition "Sous le soleil de normandie", troisième volet du festival de renommée internationale "Normandie  impressionniste",  Monsieur Blaizeau, conservateur des musées municipaux saint-lois, avait convié notre association le 11 mai à une visite pédagogique:

comment se monte une exposition aussi ambitieuse - elle rassemble 140 oeuvres et objets - autour du graveur et peintre impressionniste, Paul-César Helleu, qui inspira à Proust le personnage d'Elstir ?



    L'organisateur a dû, dans un premier temps, se créer un réseau d'adresses et de contacts:
le musée Bonnat-Helleu de Bayonne, l'association des Amis de Paul-César Helleu, le  musée d'Art et d'Histoire, le musée Richard Anacréon de Granville, sans oublier les  collectionneurs privés qui ont prêté tableaux, objets, articles de mode, puisque le thème retenu, la villégiature  d'une élégante en 1900 sur la côte normande met en scène sa journée, ponctuée de rituels: toilette, yachting, plage, casino.




    La conception et la mise en place de l'exposition ont commencé il y a six mois, mais deux jours avant le vernissage, il restait encore à faire.

Régler les éclairages, mettre au point les finitions, aussi avons -nous découvert tableaux, gravures, bibelots, cartes postales en évitant les échelles, marteaux et autres boîtes à outil du chantier!



    M. Blaizeau a salué le travail des techniciens que nous avons vus monter une tente de plage 1900!






    Au pied des murs, des cadres enveloppés d'un fin plastique  et sur ces murs des papiers , croquis chiffrés  ou photos de petit format .
Quésaco ?
Ce sont, nous explique le maitre des lieux, des scotchs protecteurs pour le transport et des repérages, repérages qui  devront  éventuellement être réajustés.



Celui-ci nous dévoile des oeuvres inédites, ci-dessous, une aquarelle de Boldoni.


   Déjà bien en place, cette exposition en chantier promet d'être enchantée, ne serait-ce que par la beauté du modèle favori de l'artiste, Alice, son épouse, qu'il s'est plu à portraiturer au pastel, à l'huile, en virtuose à la pointe sèche, exaltant la flamme de sa chevelure rousse, sa silhouette en S, la blancheur éclatante de ses robes aux reflets bleutés .



("Bayonne, musée Bonnat-Helleu, musée des Beaux-arts de Bayonne"
@Bayonne, musée Bonnat-Helleu/cliché A. Vaquero.)


De l'impressionnisme, Helleu cultive le goût du plein air, la touche frémissante, les couleurs fraîches relevées de  quelques notes vives, les scènes intimistes ou de plein air, ode aux loisirs à la mode.

Sur un yacht, allongée dans une barque, sous une ombrelle, regardant la pluie à la fenêtre , les cheveux dénoués ou en chignon, les portraits de Madame Helleu ( probablement 3000) rendent hommage à la beauté  féminine, à l'élégance.


Divers éléments de l'exposition présentent le nouveau rapport au corps instauré au début du xx ème siècle, favorisé par l'industrialisation des produits de beauté et l'abandon des tabous religieux.


  Lisons le règlement des Bains de mer de Granville, admirons, dans une très jolie vitrine savons, cosmétiques, parfums;  rêvons de mode devant la robe d'été blanche et légère prêtée par le musée de Granville,



ou de soirées au casino, prétexte à arborer les toilettes de Worth, de Doucet, de Coco Chanel.


    Le musée de Saint-Lô a prêté le tableau grand format d'Eugène Boudin pour l'exposition impressionniste du Havre, en revanche, l'occasion était idéale pour valoriser deux oeuvres de nos collections  liées à l'élégance :


l 'une, de Madeleine Lemaire,  l'autre, issue du fonds Feuillet, Femmes à l'ombrelle, de Charles-François Pécrus, dédicacée à Madame Feuillet par l'artiste.




Avant l'affluence du grand jour, 38 "happy few" ont bénéficié de cette visite sur mesure.



Sans nul doute, cette exposition  raffinée connaîtra un beau succès.

samedi, mai 21, 2016

Dans un pays plat...

à Pirou

dans le bocage normand,

un château fortifié  du XII ème siècle...

Curieux, n'est-ce pas ?



Les explications ci-dessous donnent la réponse:


















Lien vers un pantoum personnel, brodant sur la légende des oies ,

crée pour les Pirouésies, ici 



Autre version, avec les 10 mots de la semaine de la langue française:


Harmonieusement volent les oies sauvages


Voici venir l'été: tous en choeur au bocage!/
Dans les caches réseautent gens de l'oulipo,/
Sur un site viking, complices au château,/
*Un album à la main au format paysage./


Dans les caches réseautent gens de l'oulipo,/
Oulipiens accueillant les idées page à page/
Un album à la main au format paysage,/
En cordée franchissons les remparts de l'îlot./


Oulipiens accueillant les idées page à page:/
Agapes ? balthazar ? Faôt choisir le bon mot!/
En cordée franchissons les remparts de l'îlot.:/
Des douves vont partir les oies pour leur voyage .../

Agapes ?Balthazar ? Faôt choisir le bon mot!/
*Agathe et Balthazar devenus oies sauvages.../
Des douves vont partir les oies pour leur voyage,/
Avec une légende au fil de mon stylo!/

 Miss Yves
....................................................................................................................................................

*Variantes :

- Un carnet à la main avec des gribouillages

-l'air harmonieusement vibre de cris sauvages
-Vieux grimoire encodé au fil de mon stylo!
-Grimoire à décrypter au fil de mon stylo

.........................................................................................................................................

mardi, mai 17, 2016

Impressions rouennaises



A l'initiative  des Amis de l'école de dessin de St-Lô, 28 membres des Amis des musées et de l'IUA ont parcouru Rouen, samedi 30 avril. 




Rémy Deslandes et Jacques Marie nous avaient mijoté un menu excellent. 
A la carte, l'après-midi, peintures à la galerie Bertran, photos de William Klein à l'abbatiale Saint-Ouen, visite guidée érudite de la ville. 




Le matin, pour tous, "Scènes de la vie impressionniste" au musée des Beaux-Arts. Intimistes ou mondaines, les oeuvres montrent, via le portrait, la modernité:statut des enfants, des femmes, des artistes. 



Nous avons remarqué trois belles toiles de Paul-César Helleu- prochainement à l'honneur au musée des Beaux-Arts de Saint-Lô! 


Au cours de notre déambulation d'église en cathédrale ,



dans la froide lumière normande, 


nous avons repéré la fenêtre d'où Monet a peint sa célèbre série ,




 lu dans un vitrail un conte de Flaubert,




médité,dans l'aître Saint-Maclou sur la peste et la Danse Macabre,





 croisé l'ombre de Jehanne,










 flâné.













Un partenariat culturel à renouveler!


mardi, mai 10, 2016

Accros du nouvel accrochage

Cherbourg 



Faire le tour des collections du musée Thomas Henry en deux heures, voilà le défi réussi par notre guide, Mme Brigitte Thomas. 



Avec pédagogie, elle a sélectionné les œuvres marquantes de différentes écoles artistiques, du Quattrocento au XIXe siècle, suscitant la curiosité du public, 





lui montrant des détails piquants, 





expliquant le choix des matériaux, 
le symbolisme des coloris, des animaux 
ou des fleurs:




 Hyacinthe chez un suiveur du Caravage,



 tulipes et pavots dans un bouquet de Willem Van Aelst, 



 fleur d'oranger dans un grand format de Rigaud. 




Face aux tableaux orientalistes, 








le bronze de Feuchères,« Satan », a été l'occasion pour les 19 visiteurs de s'improviser critiques. 




La salle consacrée à J .F. Millet concrétise le vœu de Thomas Henry: 





mettre des modèles de peinture sous les yeux de ceux qui l'appréciaient. 



Ce fut le cas pour le futur peintre de Gréville, qui fréquenta le musée en 1835. 




Après cette visite très riche, pourquoi ne pas revenir en septembre visiter l'exposition Félix Buhot?