Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, janvier 05, 2007

la vie de ma femme, Michel Besnier, Stock

"Je me lance donc dans la biographie de ma femme"
, telle est la première phrase de ce qui est qualifié de "roman"


...............................................................................................




Rencontre avec Michel Besnier organisée par
l'association "Lire à Saint -Lô" et la médiathèque ,le vendredi 14 décembre 06.

Pascale Navet interroge l'auteur, qui, en 2004 a été le président du jury du prix Jean Follain de la ville de Saint-Lô.

Pascale Navet :"Est-ce une entreprise méditée depuis longtemps ?"
M. Besnier :"Depuis cinq ans .J'en avais fait l'annonce à jean -Marc Robert pendant la rédaction d'Une maison n'est rien Cela me faisait du bien de changer de souvenirs d'enfance .
Lorsque je disais"j'écris la vie de ma femme",j'ai souvent entendu, comme réaction ,des rires ".
P..N. :"Et pourquoi ces rires ?"
M. B. "peut -être parce que le titre paraît trop simple, ou provocateur , ou qu'il rappelle l'inspecteur Colombo ..."
P. N:"Comment votre femme a-telle réagi , lorsqu'elle a eu connaissance de votre projet?
M.B."Elle a pu y voir une marque d'intérêt"
l'épouse de M. Besnier intervient pour préciser :"Au cours d'une intreview 'il a été impossible de lui faire dire qu'il s'agissait d'une preuve d'amour !"
......................................................................................................................................................
P. N.:"Quelle a été votre méthode ?"M. Besnier:"Depuis quelques années que je connaissais ma femme, j'avais saisi des bribes de sa vie, mais au fond je savais peu de choses ou pas assez pour en faire un livre .Je pouvais l'interroger, ce qui n'est pas facile-Est-ce la bonne question ,est-ce le bon moment ...Je n'ai pas voulu interroger les témoins car le témoin s'attend à retrouver la tonalité et la textualité de son témoignage .Je voulais aussi éviter différents points de vue .
J'ai eu la chance que ma femme ait gardé beaucoup d'écrits : cahiers de l'école primaire, du lycée,(cette personne écrivait, très tôt ) lettres, journaux intimes , poèmes, romans , toute une source d'informations .
P. N:"Donc un travail d'imprégnation, lecture puis prise de notes ? Avez-vous écarté beaucoup de choses ?"
M. B"Les écrits personnels ont été vite lus et relus .D'une correspondance de milliers de lettres la plus grande difficulté a été d'en retenir très peu :200 pages -Et non mille pages !
Je n'ai écarté que ce qui me semblait trop "particulier "-et non pas trop "intime "car je voulais évoquer une partie d'une génération , d'origine modeste et provinciale ."

...........................................................................................................................................................





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire