Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, juillet 24, 2009

Gréville, patrie de Jean-François Millet (1)

Jean-François Millet, fils aîné d'une famille de neuf enfants,dans un milieu aisé de paysans céréaliers, est né au Hameau de Gruchy le 4 octobre 1814.

Il y vécut une partie de sa jeunesse, suivit, à Cherbourg, les cours du peintre Dumouchel (formé à l'atelier de David), partit à 23 ans, pour Paris dans l'atelier de Paul Delaroche, grâce à une subvention de la Ville et du Conseil Général de la Manche.
Après la mort de sa première épouse, *Pauline Ono, il se mit en ménage avec Catherine Lemaire, une servante d'auberge rencontrée à Cherbourg , qu'il emmena au Havre, puis à Paris, et enfin à Barbizon où il s'installa en 1849.

*portrait au musée Thomas Henry de Cherbourg ainsi que d'autres portraits familiaux

Il est vraisemblable qu'un sentiment de culpabilité l'a empêché de retourner au pays, et ce n'est qu'à la mort de sa mère et de sa grand-mère qu'il y revint . En 1854, il y fit un séjour avec sa famille, d'où il rapporta une trentaine d'ébauches de peintures, une centaine de pastels et dessins, moisson qu'il retravailla à Barbizon.
La guerre de 70 , suivie de l'épisode de la Commune furent l'occasion d'un troisième séjour, fructueux à Gréville.Devenu paysagiste, les tableaux que lui inspirèrent La Hague, furent par la suite prisés dans les musées américains .

La statue en pied de Millet a été reconstituée par Louis Derbré d'après celle qu'avait réalisée Marcel Jacques
La toile
L'église de Gréville , elle, se trouve au musée d'Orsay.


La plaque représentant les Glaneuses, sur La boulangerie du village est dans la lignée d'une adaptation populaire de ce tableau célèbre.

13 commentaires:

  1. Je ne savais pas qu'il était vraiment de la région.

    RépondreSupprimer
  2. Ces tableaux je les connais bien ils ornaient les murs de mes grands parents, mais je ne connaissais pas l'histoire du peintre merci pour cette leçon.Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  3. C'est très intéressant. Je n'ai pas le bol ce matin, je viens de chez Olivier où la vidéo ne marche pas et chez toi ce sont les liens.

    En répo nse à ta question : Ben non, je n'ai pas photographié ces jolies girouettes. J'aurait du.

    RépondreSupprimer
  4. Il semble bien fière sur la statue...
    Détail, le fait qu'il est des sabots aux pieds est une allégorie pour rappeler ses origine paysanne ??
    Bonne journée. A +

    RépondreSupprimer
  5. A tous:Suite de la visite à Gréville un peu plus tard .

    Daniel, je pense que oui. Millet s'est présenté comme "peintre -paysan" mais a été plutôt vu comme déclassé, "bourgeois " par les paysans, paysan ou "socialiste"par les bourgeois
    Claude: Il y un pb avec les liens, effectivement .
    Peut-être votre hôte pourra-t-il vous envoyer des photos de ses charmantes girouettes ?

    RépondreSupprimer
  6. Ah, ce Millet-là, me suis-je dit quiand je suis arrivée aux glaneuses. Ca n'avait pas fait tilt avant!
    Les glaneuses, je les ai vu sur des tasses à café aussi, à moins que ce ne soit pas un autre motif dans le même style.

    RépondreSupprimer
  7. Je les prendrais (les belles girouettes) la prochaine fois, c'est à dire dans 6 ans.
    Je n'ai capté ce matin pour les glaneuses, c'est un des tableaux que j'aime particulièrement.

    RépondreSupprimer
  8. Claudia : Que demandes -tu au juste, à propos des "Glaneuses"?
    C'est un tableau, comme l'Angélus, qui a suscité un engouement populaire, qui a donné lieu à de multiples adaptations, reproductions, "produits dérivés" -comme on dit actuellement , et qui a suscité des interprétations dépassant complètement les intentions du peintre!
    Par ex , il a été exploité par Pétain dans le sens de sa propagande sur le retour à la terre.
    Bien sûr, cela n'enlève rien à ses qualités propres .
    Dommage que le lien (page interne ) ne marche pas, les explications sont très claires

    RépondreSupprimer
  9. Je ne cherche rien de particulier. J'aime bien ce tableau et ce matin ça n'a pas fait tilt dans ma petite tête.
    Tiens toi qui aime bien les belle enveloppe va sur
    http://brookvilledailyphoto.blogspot.com
    chez Abraham. Tu peux reculer de qq post pour en voir d'autres. J'ai donné ton lien "lirenefête08" à Kate qui a vu un de mes com chez Abraham dans lequel je parlais de toi.

    RépondreSupprimer
  10. Thanks for sharing this wonderful card. Love it!
    Debby

    RépondreSupprimer
  11. Jean François Millet: nous avons eu la chance de voir "le semeur" a Phoenix l'annee derniere. Et de voir comment les peintres exploitaient leurs tableaux a des fins politiques, commerciales ou autres. Impossible de me souvenir ce qu'ils disaient sur "le semeur."

    RépondreSupprimer
  12. Thérèse:
    C'est plutôt les) gouvernement(s) de l'époque (et ceux d'après ) qui a / ont exploité politiquement les glaneuses et l'Angélus .
    Le semeur est justement exposé en ce moment au musée de Caen .,

    RépondreSupprimer
  13. Il ne faut pas garder la nostalgie de ces scènes passées, mais s'en souvenir oui pour apprécier notre chance tout de même de vivre à notre époque présente qui garde encore trace...

    RépondreSupprimer