Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, avril 03, 2010

Je lis et je relis La Princesse de Clèves, de Madame de La Fayette


La Princesse de Clèves
Ce roman , souvent considéré comme désincarné contient un passage poétique autant que fantasmatique,commenté par Michel Butor (Cf. Site de l'Université de Toulouse Le Mirail )

« Le gentilhomme (l'espion du prince de Clèves) ... alla dans la forêt, à l'endroit par où il jugeait que M. de Nemours pouvait passer ; il ne se trompa point dans tout ce qu'il avait pensé. Sitôt que la nuit fut venue, il entendit marcher et, quoiqu'il fît obscur, il reconnut aisément M. de Nemours. Il le vit faire le tour du jardin, comme pour écouter s'il n'y entendrait personne et pour choisir le lieu par où il pourrait passer le plus aisément. Les palissades étaient fort hautes, et il y en avait encore derrière pour empêcher qu'on ne pût entrer ; en sorte qu'il était assez difficile de se faire passage. M. de Nemours en vint à bout néanmoins ; sitôt qu'il fut dans ce jardin, il n'eut pas beaucoup de peine à démêler où était Mme de Clèves. Il vit beaucoup de lumières dans le cabinet ; toutes les fenêtres en étaient ouvertes ; et, en glissant le long des palissades, il s'en approcha avec un trouble et une émotion qu'il est aisé de se représenter. Il se rangea derrière une des fenêtres, qui servaient de porte pour voir ce que faisait Mme de Clèves. Il vit qu'elle était seule, mais il la vit d'une si admirable beauté qu'à peine fut-il maître du transport que lui donna cette vue. Il faisait chaud, et elle n'avait rien sur sa tête et sur sa gorge, que ses cheveux confusément rattachés. Elle était sur un lit de repos, avec une table devant elle, où il y avait plusieurs corbeilles pleines de rubans ; elle en choisit quelques-uns, et M. de Nemours remarqua que c'étaient des mêmes couleurs qu'il avait portées au tournoi. »




5 commentaires:

  1. Ai-je lu ce livre dans ma jeunesse, je ne crois, mais vu le film à sa sortie et je l'ai même re revu. Quand on me parle de la princesse de Clèves, je pense toujours Marina Vlady et Jean François Poron, et bien spur Mme de Lafayette, quand même !
    Tu as fait un grand blanc tout noir à la fin de post.

    RépondreSupprimer
  2. Bonne lecture...
    Riva fait une léchoune à Cachou!
    A + ;))

    RépondreSupprimer
  3. Mince alors, le blanc tout noir est bleu !

    RépondreSupprimer
  4. Merci, Claude d'avoir repéré ce trou noir !

    RépondreSupprimer
  5. Chandler manquerait peut-être du charme requis pour relire La Princesse de Clèves dont j'ai bien sur tout oublié...ou bien alors me le remettre en mémoire à la lueur d'une bougie?
    L'amour aujoud'hui revêt-il aujourd'hui ces attentes, ces filatures, ces impasses, ces contemplations? J'ose espérer...

    RépondreSupprimer