Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, mars 26, 2011

Paume, paumer, empaumer




Le Serment du jeu de Paume
épisode célèbre de l'histoire de France , étape déterminante vers la démocratie s'est déroulé non loin du château de Versailles, le 20 juin 1789, dans une salle portant ce nom, qui existe toujours et qui se visite sur demande.
Visite virtuelle ici

Du latin "palma", paume, Le jeu de paume est, en quelque sorte l'ancêtre du tennis et de la pelote basque.

Le verbe "paumer' signifiait en A.F."tenir dans la paume de la main" (tout comme "empaumer"), par un curieux renversement , il a pris le sens de "perdre"!

Dans la rue Mazières, ce trompe- l’œil nous charme par ces teintes pastel .

Il a été conçu par Nicolette Zbinden et réalisé par des élèves du cours de trompe- l’œil des ateliers du carrousel.
Il nous donne une idée de ce qu'étaient au XVIII ème siècle les échoppes:

-d'un perruquier


-d'un savetier



-et une paulmerie, c'est à dire la boutique d'un fabriquant de raquettes pour jouer à la paume .


Et à propos du savetier...une fable célèbre:

Le savetier et le financier

Un Savetier chantait du matin jusqu'au soir : /
C'était merveilles de le voir, /
Merveilles de l'ouïr ; il faisait des passages, /
Plus content qu'aucun des sept sages. /
Son voisin au contraire, étant tout cousu d'or, /
Chantait peu, dormait moins encor. /
C'était un homme de finance. /
Si sur le point du jour parfois il sommeillait, /
Le Savetier alors en chantant l'éveillait, /
Et le Financier se plaignait, /
Que les soins de la Providence /
N'eussent pas au marché fait vendre le dormir, /
Comme le manger et le boire. /
En son hôtel il fait venir /
Le chanteur, et lui dit : Or çà, sire Grégoire, /
Que gagnez-vous par an ? - Par an ? Ma foi, Monsieur, /
Dit avec un ton de rieur, /
Le gaillard Savetier, ce n'est point ma manière /
De compter de la sorte ; et je n'entasse guère /
Un jour sur l'autre : il suffit qu'à la fin /
J'attrape le bout de l'année : /
Chaque jour amène son pain. /
- Eh bien que gagnez-vous, dites-moi, par journée ?
- Tantôt plus, tantôt moins : le mal est que toujours ; /
(Et sans cela nos gains seraient assez honnêtes,) /
Le mal est que dans l'an s'entremêlent des jours /
Qu'il faut chommer ; on nous ruine en Fêtes. :
L'une fait tort à l'autre ; et Monsieur le Curé /
De quelque nouveau Saint charge toujours son prône. /
Le Financier riant de sa naïveté /
Lui dit : Je vous veux mettre aujourd'hui sur le trône. :
Prenez ces cent écus : gardez-les avec soin, /
Pour vous en servir au besoin. /
Le Savetier crut voir tout l'argent que la terre /
Avait depuis plus de cent ans /
Produit pour l'usage des gens. /
Il retourne chez lui : dans sa cave il enserre /
L'argent et sa joie à la fois./
Plus de chant ; il perdit la voix /
Du moment qu'il gagna ce qui cause nos peines. /
Le sommeil quitta son logis, /
Il eut pour hôtes les soucis, /
Les soupçons, les alarmes vaines. /
Tout le jour il avait l'oeil au guet ; Et la nuit, /
Si quelque chat faisait du bruit, /
Le chat prenait l'argent : A la fin le pauvre homme /
S'en courut chez celui qu'il ne réveillait plus ! /
Rendez-moi, lui dit-il, mes chansons et mon somme, /
Et reprenez vos cent écus. /

La Fontaine, Fables, livre VIII

11 commentaires:

  1. Sympas les petites échoppes en trompe-l'oeil !
    Il y a des moments de notre histoires, bien appris à l'école, que l'on n'oublie pas, C'est comme la bataille de Marignan.
    La fable de La Fontaine n'est pas, au moins de moi, la plus connue de son répertoire.
    Tu as raison pourquoi paumer est devenu perdre. Curieux.

    RépondreSupprimer
  2. Belle leçon d'histoire j'aime bien la fable...
    Merci pour le lien, dire que l'on ne visite bien que ce qui est loin, je n'ai jamais tenté de visiter la salle du jeux de paume ...
    Bon weekend A + :))

    RépondreSupprimer
  3. Très beau trompe-l'oeil ! Et cette fable toujours d'actualité ! L'argent fait-il toujours le bonheur ????
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  4. j'ai toujours aimé cette fable (d'ailleurs je lis et relis les fables de La Fontaine, avec plaisir.
    J'aime aussi cet environnement pastel en trompe-l'oeil.
    Belle balade à tes côtés.

    RépondreSupprimer
  5. Je sais la fable de maitre Corbeau et maitre Renard. C'est vrai que l'argent ne donne que le bonheur, si nous ne pouvons pas lé partager avec quelqu'un. Les échoppes sont très charmantes et j'aime le trompe-l'oeil!
    Merci de votre visite et commentaire!

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne sais si les Grands prenaient de la graine des fables de la Fontaine... Ah si la vie pouvait tenir en fables comme Paris se mettre en bouteille, cela tout de même se saurait !

    RépondreSupprimer
  8. Cergie: pas plus autrefois ...qu'aujourd'hui!

    RépondreSupprimer
  9. quartier intéressant! une paulmerie! mot que je découvre...

    RépondreSupprimer
  10. Sympas , les trompes-l'oeil! Et quelle belle ballade à versailles.

    RépondreSupprimer