Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, avril 14, 2012

Vieux La Romaine-Areguna

La maison au grand péristyle (Domus), d'après  son état de fouilles actuel  date de la fin du II ème S. ou du Début du IIème et recouvre les restes de 5  niveaux  successifs de construction, du début du Ier siècle au début du II ème.
Superficie: environ 1500 mètres carrés sans compter l'existence d'un étage sur les ailes N. et O.
Si ces dimensions dépassent celles des plus grandes maisons d'Herculanum, elles sont semblables ou inférieures à d'autres maisons urbaines connues en Gaule, telles St-Romain en Gal ou Limoges.
Cette domus a été consolidée et restaurée en 1992-1993.
Son propriétaire est inconnu.





 Vestiges  de la galerie de façade ( vestibule, entrée principale, loge du portier, emplacement des escaliers menant au premier étage) .

Le plan typiquement méditerranéen de cette domus (jardin à péristyle autour duquel sont disposées des rangées de pièces) traduit le haut niveau d'intégration des élites municipales gallo-romaines, même si certains aménagements ont dû se faire , compte-tenu du climat normand.






Le jardin  était l'élément central de la demeure, dont les jeux d'eau constituaient  le principal intérêt  , plus que la décoration végétale.
 Le bassin polylobé en briques devait être alimenté par une fontaine  .





- Hypocauste (système de chauffage par le sous-sol) particulièrement efficace- le climat normand , même s'il était plus chaud de 4 degrés de plus qu'aujourd'hui  imposait de lutter contre le froid et l'humidité)
Or, des expériences contemporaines ont montré que l'on pouvait atteindre avec ce type de chauffage une vingtaine de degrés. Au début du IIIème  s., quatre pièces étaient chauffées de cette manière.
On  connait aussi  les autres moyens des habitants de la maison de se protéger du froid: murs en bois et en torchis, foyers muraux, braseros mobiles.

 Les fouilles  et leur étude révèlent une  décoration    exceptionnellement  riche et colorée: 

- Colonnes  ciselées, pour certaines, de motifs végétaux ou de scènes figurées .
-Mosaïques (et  sans doute statues) polychromes 


Documentation : Brochure /Vieux, service Départemental d'archéologie du Calvados

http://lesamisdesmusees-saint-lo.jimdo.com/


16 commentaires:

  1. Je serais tenté de dire un travail de Romain !!!
    Merci pour le partage.
    Bon weekend A + :))

    RépondreSupprimer
  2. Bon il serait encore temps de prendre modèle sur le passé!
    Tu es super bien documentée!

    RépondreSupprimer
  3. Thérèse:/ commentaire de Cergie: moi aussi !
    Pour répondre à ta question: mais non!

    RépondreSupprimer
  4. Daniel:
    Merci ( visite , prise de notes , brochures)

    RépondreSupprimer
  5. Bel endroit, bien plus beau que celui dont je te
    parlais
    .Je me demande d'ailleurs si je n'ai pas déjà posté là-dessus, car je l'ai photographié un jour, il n'y a pas si longtemps, sous la pluie. Mais l'ai réellement photographié au fait ???
    Je cherche.

    RépondreSupprimer
  6. Claude: comment s'appelle le site archéologique "à côté de chez toi" ?

    RépondreSupprimer
  7. Réminiscence, un lieu intéressant pour s'imaginer la vie au temps des romains en Normandie...
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  8. Il y avait une ville mais on a vraiment l'impression que cette maison est égarée dans un vide contemporain et campagnard... Une sorte de vertige nous prend car deux millénaire ce n'est rien et cela suffit à tout enfouir sous des strates. Pourtant ces personnes ont eu froid, elles ont mangé, apprécié la beauté, c'étaient des humains comme nous le sommes...

    RépondreSupprimer
  9. (Commentaire de Cergie toi aussi ????)

    RépondreSupprimer
  10. Cergie : explique -moi ta dernière question!
    Si tu te promenais dans Vieux, ton impression serait encore plus forte car il y a des maisons neuves encadrées de vestiges ici ou là .
    Au moment des fouilles, les habitants hésitaient à retourner leur jardin, de peur de trouver des vestiges qui auraient entraîné une expropriation.

    RépondreSupprimer
  11. J'ai compris: moi aussi je voudrais que tu précises ton point de vue sur le Nuoc M .(billet précédent

    RépondreSupprimer
  12. Le nước mắm n'est pas connu de tous les asiatiques : ma voisine chinoise ne s'en sert pas. Ma mère le goûtait à la cuillère pour savoir s'il était bon, elle était capable de faire elle-même ses mixtures.
    Le thịt kho est un de ses plats dont j'ai retrouvé la recette apr moi-même en fouillant aussi mes souvenirs. Voici à quoi il ressemble :
    http://3.bp.blogspot.com/_9LRLeuU29A8/SifUD1WWk6I/AAAAAAAAAvE/EbBvtFHxmGo/s640-h/02.06.09MM.jpg
    Le nước mắm (nước = eau) le sale et lui donne un petit plus.

    Tous les peuples font les même plats à partir d'ingrédients différents. Le couscous, c'est du pot au feu ou de la poule au pot. Le tajine c'est du bourguignon ou du waterzoi ou du baeckeoffe.
    :)

    RépondreSupprimer
  13. Ah! merci pour toutes ces précisions: voilà ce qui s'appelle développer un sujet!

    RépondreSupprimer
  14. Le site gallo romain est dans un endroit qui s'appelle Cherré qui fait partie de la commune d'Aubigné Racan, sur la route entre Châtea-du-Loir et Le Lude. Le site est la propriété du Conseil Général.

    RépondreSupprimer