Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

lundi, mars 04, 2013

Fonds Octave Feuillet (5): Livres et bibelots



















Valérie Dubois -Feuillet, elle même écrivain , douée d'un style alerte et d'un regard plein d'acuité  évoque  ce bibelot à deux reprises dans les deux volumes de son autobiographie , mais elle le désigne par deux termes différents:la première fois "bonbonnière", la seconde  "tabatière".

 -"On jouait quelquefois la comédie chez l'Impératrice.Mon mari avait eu l'idée de faire pour elle une pièce où elle eût un rôle. C'était une entreprise un peu difficile. Il fallait mettre dans l'oeuvre une si grande réserve que l'inspiration devait en souffrir. Cependant, mon mari créa les Portraits de la Marquise dont le succès sembla complet et qui lui valut de la part de la souveraine le plus précieux des souvenirs.
Sa Majesté fit faire son portrait en miniature, dans le costume de son rôle, le plaça sur une bonbonnière enrichie de diamants avec la date de la représentation gravée à l'intérieur et l'offrit à mon mari"  
P. 199 Quelques années de ma vie, Mme Octave Feuillet, ouvrage couronné par l'Académie Française, Chapitre XVII, Septième édition, Paris, Calman-Lévy éditeurs.

-Après la capitulation de Sedan,  Octave Feuillet décide d'envoyer son épouse et ses enfants en Angleterre,le 8 septembre au soir, celle-ci dut "faire ses tristes préparatifs  pour le lendemain". Ayant fait une étape chez une amie surnommée miss Emly avant d'embarquer à Granville  à destination de  Jersey, elle lui demande de mettre en sûreté sa correspondance privée et celle de son mari, familier de la Cour, "redoutant les investigations de la police granvillaise qui traquait fort les émigrés". Et elle ajoute:
"Quant à la tabatière (sic ) que l'Impératrice avait donnée à mon mari et sur laquelle était son portrait , je l'avais enveloppée de ouate et cousue dans ma crinoline, voulant l'emporter avec moi."
Souvenirs et Correspondances, Chapitre V, P . 105, Troisième édition, Paris, Calman-Lévy éditeurs( 1896)
............................................................................................................................................................
Nous aurons certainement l'occasion d'évoquer de nouveau ces*bibelots en septembre pour les journées du Patrimoine
.....................................................................................................................................................


ÉTYMOL. ET HIST. − 1427 biblot « petit objet, souvent curieux, décoratif » (Compte, A. Valenciennes dans Gdf.Compl. : Croisettes d'argent, verges et autres biblots); forme encore attestée dans Cotgr. 1611 à côté de bibelot,encore relevée dans Lar. 19e; 1432 bibelot (Baudet HérencDoctr. de seconde rhétor. dans DG); d'où 1837 biblotarg. (VidocqDict. arg. dans Sain. Sources Arg. t. 2, p. 115 : Biblot outil d'artisan); 1846 bibelot (L'Intérieur des prisons, p. 240); 1874 arg. typographes (E. BoutmyLes Typographes parisiens, p. 35 : Bibelots ... [nom des] travaux de peu d'importance, tels que factures, adresses, étiquettes, prospectus). Plus prob. dér. de la racine onomat. bib-, désignant des objets menus, suff. -elot (-ot*) que formé par substitution de suff. -ot* à partir de l'a.fr.beubelet, de même sens (1180, G. de Pont-Ste-Maxence dans Gdf.), dér. en -et* d'un agn. baubel de même sens, redoublement de bel (beau*).

Source : CNRTL (cf lien )

.........................................................................................................................................................

15 commentaires:

  1. •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰
    Hello Chère Miss_Yves !!! :o)

    C'est vraiment chouette de parcourir ainsi la vie d'Octave Feuillet !
    MERCI à toi !
    J'aime beaucoup!!!!

    GROS BISOUS d'Asie vers la belle Normandie
    •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰

    RépondreSupprimer
  2. Voilà que les objets ont une âme !
    Tu me fais me souvenir de ma visite guidée de la maison de Monet : certains objets sont dans ses tableaux...

    RépondreSupprimer
  3. C'est cette visite dont le nombre de photos faites t'avait (paradoxalement ) découragée ? Tu devrais nous montrer certains de ces objets.

    RépondreSupprimer
  4. Souvent dans les livres je trouve des mots qui expriment ce que je pourrais avoir ou ai ressenti. Je me dis "bon sang mais c'est bien sûr !" Souviens toi de la phrase d'Henning Mankell / les levers de soleil qui font penser à des livres. C'est une chose de les trouver sur le net sorties du contexte, une autre de les lire dans un livre que l'on parcourt.
    Toujours d'Henning Mankell ("ITALIAN SHOES", génial) :

    "Je suis retombé sur le banc. Les paroles de ma grand-mère, et la peur qu'elles trahissaient, me sont revenues en mémoire.
    Si on partait, si on s'enfonçait dans le brouillard, à pied ou en bateau, on pouvait fort bien ne jamais revenir."

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai pas ton talent pour partager, Miss. Ni beaucoup de temps pour internet en ce moment...

    RépondreSupprimer
  6. Marguerite: Ou, j'ai éprouvé ce caractère d'évidence, de re-connaissance à la lecture de certaines phrases d'écrivains, ou de tableaux , qui traduisent ce que l'on a ressenti et que l'on aurait voulu exprimer.
    Merci de m'indiquer ce titre de Mankell

    D'un autre côté, se frotter à des pensées d'écrivains complètement différentes de soi est un exercice intellectuel stimulant!
    Mais le premier type de lecture est si plaisant: c'est comme se trouver dans un miroir...

    RépondreSupprimer
  7. Nous n'en finissons pas de nous instruire chez toi...
    Merci pour le partage.
    Très bonne journée A + :))

    RépondreSupprimer
  8. Superbes détails que tu fais revivre à merveille.

    RépondreSupprimer
  9. Oui vraiment passionnante, cette série ! (je l'avais déjà dit, je crois :))

    Bonbonnière, ou tabatière, les crinolines étaient bien pratiques pour passer la douane !

    RépondreSupprimer
  10. Tilia: Valérie Dubois raconte qu'elle avait voulu cacher , de nuit, ses objets précieux, dans le jardin d'une amie, e avec l'aide de celle-ci, mais qu'en apercevant, à la lueur de la lune, un voisin les observer, elle avait changé de plan.Son récit mêle suspense , angoisse et comique.

    RépondreSupprimer
  11. La tabatière est très belle.
    Intéressante cette série !

    RépondreSupprimer
  12. La première photo me fait penser à un vieux four de gaz. Mais ça ne doit pas être ça...

    RépondreSupprimer
  13. C'est un très cher cadeau que l'impératrice a donné au mari de son amie.(I hope I understood your post well.)
    Merci de votre visite.
    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  14. Reader Will: Merci de votre visite
    c'est un cadeau fait par l'Impératrice Eugénie de Montijo à un écrivain , Octave Feuillet.
    Mais l'épouse de l'écrivain n'avait pas spécialement de liens d'amitié avec l'Impératrice.

    RépondreSupprimer
  15. Merci de votre réponse. C' est toujours intéressant d' apprendre des faits historiques!

    RépondreSupprimer