Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mercredi, mai 29, 2013

Nuit des musées:(3) l'homme qui plantait des arbres, Giono

Pour cette nuit des musées, édition 2013,  Françoise Herman, directrice du musée de Bois-Jugan avait soutenu, avec la municipalité saint-loise, un projet de  Suzanne Leclerc, présidente de l'AAMM: 
inviter   Yannick Boitrelle, ( Compagnie du Voyageur immobile ) à jouer l'homme qui plantait des arbres , de Jean Giono.


Le décor  rural du musée s'y prêtait d'autant mieux que la thématique du mois était le bois


Cette nouvelle, écrite vers 1953, a été traduite en treize langues et représentée dans le monde entier, d'ailleurs, la compagnie du Voyageur immobile  venait de la jouer au Maroc, dans le cadre d'un festival de théâtre.
Dans les années 50 , le Reader's digest se proposait de primer  des textes  mettant en scène des êtres  d'exception ayant existé, d'où le récit envoyé par Giono, qui fut publié, à ce titre .


Or, le personnage d'Elzéar Bouffier , qui  patiemment,  reboise la forêt de Vergons est un être de fiction! 
C'est ce que révéla  Giono , en 1957 , au Conservateur des Eaux et Forêts de Digne, Monsieur Valdeyron, dans une lettre dont voici quelques extraits:


"Le but était de faire aimer l'arbre ou plus exactement faire aimer à planter des arbres (ce qui est depuis toujours une de mes idées les plus chères). Or si j'en juge par le résultat, le but a été atteint par ce personnage imaginaire ."
(...)

"J'ai donné mes droits gratuitement pour toutes les reproductions."
(...)
"C'est un de mes textes dont je suis le plus fier. Il ne me rapporte pas un centime et c'est pourquoi il accomplit ce pour quoi il a été écrit.
J'aimerais vous rencontrer , s'il vous est possible, pour parler précisément de l'utilisation pratique de ce texte. je crois qu'il est temps qu'on fasse une "politique de l'arbre" bien que le mot politique semble mal adapté."


Avec un minimum d'objets (chaise, carte, sac à dos, gourde, arbres miniatures , ruban, glands...) quelques  jeux de lumières , quelqurs notes, des images forestières projetées au début et à la fin du spectacle, Yannick Boitrelle a communiqué au public , fasciné, 
la force et l'émotion de ce magnifique  message humaniste.



Relisons le dénouement du récit:

"Quand je réfléchis qu'un homme seul, réduit à ses simples ressources physiques et morales, a suffi pour faire surgir du désert ce pays de canaan, je trouve que, malgré tout, la condition humaine est admirable. Mais , quand je fais le compte de tout ce q'il a fallu de constance dans la grandeur d'âme et d'acharnement dans la générosité pour obtenir ce résultat, je suis pris d'un immense respect pour ce vieux paysan sans culture qui a su mener à bien  cette oeuvre digne de Dieu.
Elzéar Bouffier est mort paisiblement en 1947 à l'hospice de Banon"


Merci  à la compagnie du Voyageur immobile, 
 aux organisateurs et partenaires pour cette nuit magique!

http://www.compagnieduvoyageurimmobile.com/

...........................................................................................................................................................
Le récit de Giono a donné lieu à un  film d'animation  réalisé par l'illustrateur Frédéric Back et lu par Philippe Noiret
Il a obtenu plus de 40 prix à travers le monde. 
Durée de la vidéo : 30 minutes

http://www.youtube.com/watch?v=iwU85WUZPqk
...............................................................................................................................................................


A propos de  Jean Giono:

http://www.centrejeangiono.com/

http://pages.infinit.net/poibru/

http://www.giono.com/
......................................................................................................................................................



13 commentaires:

  1. •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰
    Hello et merci pour ce beau partage chère Miss_Yves !!!!
    GROSSES BISES
    Bonne semaine !
    •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰

    RépondreSupprimer
  2. J'irai sur les lien demain, promis, ce matin je n'ai plus le temps.
    J'ai déjà vu la vidéo.
    Je me dis que les hommes plantent des arbres pour que mon Chéri en fasse des meubles ; aussi chez moi, il y a un chêne, un merisier, etc...
    A demain !

    RépondreSupprimer
  3. Mon intuition ne m'avait donc pas trompée ! quand j'ai vue la cane appuyée à la table où repose un livre de Giono, j'ai de suite pensé à cette fabuleuse nouvelle de "L'Homme qui plantait des Arbres". Sa lecture dans un tel cadre par un acteur qui a vraiment le physique pour conter cette histoire a certainement été un moment magique pour tout l'auditoire et j'aurais été ravie d'en faire partie.
    Tes images de ce cette magnifique représentation sont très parlantes, on s'y croirait. Merci pour le partage.

    RépondreSupprimer
  4. Tu m'en apprends des choses: Elzéar Bouffier un être de fiction!
    :-)
    Emouvant passage de la lettre de Giono:" "J'ai donné mes droits gratuitement pour toutes les reproductions."
    (...)
    "C'est un de mes textes dont je suis le plus fier. Il ne me rapporte pas un centime et c'est pourquoi il accomplit ce pour quoi il a été écrit."

    Quand la fiction sait mettre en scène le meilleur de l'homme il donne à voir un monde tel que nous le rêvons tous. Elzéar peut prendre chair en chacun quel que soit sa passion.

    RépondreSupprimer
  5. Vive la politique de l'arbre!
    P.S. Oui, de l'escalier des remparts.

    RépondreSupprimer
  6. Moi j'aime bien l'idée de planter des arbres. J'aimerais bien en planter un au milieu de mon salon mais je crains de ne pas avoir assez de place. Je m'attarderai sur votre message plus longuement, notamment en visionnant la vidéo.

    RépondreSupprimer
  7. claude et Dédé: 30 minutes d'écoutes, pour la vidéo, mais cela en vaut la peine.
    fifi:
    "Quand la fiction sait mettre en scène le meilleur de l'homme il donne à voir un monde tel que nous le rêvons tous. Elzéar peut prendre chair en chacun quel que soit sa passion."
    Ta conclusion est magnifiquement formulée

    Thérèse: on a vraiment une vue plongeante, je n'imaginais pas que cette sculpture était creuse, comme l'aiguille de Maurice Leblanc, ou d'Arsène Lupin

    RépondreSupprimer
  8. Tilia: bravo pour ta perspicacité.
    Oui,ce fut un GRAND moment.

    RépondreSupprimer
  9. juste avant de laisser reposer l'ordi je reviens te lire et c'est un moment de repos, de grâce.
    j'aimerais faire lire ce message à notre maire qui abat , qui abat des arbres pour y faire construire ...bientôt des tours!!!!

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour le compliment.
    Je viens d'aller sur le premier lien concernant Giono et j'ai tout lu, dis donc ! Si au moins je ne connais aucun de ses livres, je connais un peu plus le personnage. Ses notes sur l'affaire Dominici m'auraient bien plus à lire. Au lieu d'étudier Le Rêve de Zola, qui m'a fortement gonflée, j'aurais préféré étudier du Giono, à ses débuts. J'irai sur les autres lien ce tantôt, quand je reviendrais de chez Belle Maman qui a encore fait une bêtise sur son blog.

    RépondreSupprimer
  11. Claude: décidément,pour toi, le Rêve, c'est ton cauchemar!
    bon courage pour réparer "les bêtises", comme chantait Sabine Pasturel!

    RépondreSupprimer
  12. J'ai restauré l'ajout de chant d'un oiseau et lui ai donné des petits conseil pour l'utilisation de son nouveau APN que nous les enfants lui avons offert pour la Fêtes des Mères, Elle est super ravie.
    J'aime beaucoup l' animation de L'Homme qui plantait des Arbres" et la voix de Noiret donne beaucoup de profondeur au texte de Giono. Je l'ai revue avec plaisir.

    C'est vrai, Le Rêve fut un cauchemar à lire pour moi. Il se pourrait que je prenne plus de plaisir de lire "Le Cauchemar" s'il existait que Le Rêve.

    RépondreSupprimer
  13. C'est un de mes récits favoris.
    > "Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas." Lao-Tseu
    Merci pour ces informations le concernat.
    J'aime beaucoup le format "nouvelle" qui oblige à la concision. C'est pourquoi je raffole de Maupassant et de Somerset Maugham.
    (Ainsi que d'Agatha Christie, de Daphne du Maurier, de Doris Lessing)

    RépondreSupprimer