Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, juin 15, 2013

Monument néo-classique


"Cariatides soeurs, des figures d'ivoire

Portent le monument qui monte à l'éther bleu,

Fier comme le témoin d'une immortelle histoire."


Enfoui dans la verdure et entouré de fleurs, ce monument aux lignes épurées, passe quasiment inaperçu,  tout comme  l'inscription qui orne sa partie inférieure:
"Il est des oeuvres et des pensées qui se  prolongent au-delà de la tombe"    A  Marigny, la rue Jacques Bainville, de l'Académie Française (1879-1936), et le square du même nom
perpétuent le souvenir d'un historien- presque oublié aujourd'hui - mais en son temps, figure majeure du paysage intellectuel français, monarchiste fervent, proche de Maurras et de l'Action française, sans  toutefois en épouser les idées antisémites.

Ne l'ayant pas lu, je résume ce que dit à son sujet l'article de  l'Académie française, dont il faisait partie.







      Agé de 22 ans, Jacques Bainville  s'est fait remarquer par une biographie de Louis II de Bavière.
Son ouvrage majeur , Les conséquences politiques de la paix,(1920) anticipe  tout ce qui conduira à la seconde guerre mondiale.
         En 1924, il publie une Histoire de France et en 1931, une étude sur Napoléon .

         Ayant épousé une normande, Jeanne Niobey, il passait ses étés dans sa propriété de Marigny et il y a élaboré la plupart de ses oeuvres  marquantes  à partir de 1912, ce qui explique la présence du
 monument à sa mémoire , légué par l'Académie française.
...............................................................................................................................................

                                                 J'avais initialement confondu son nom avec celui du poète Parnassien
Théodore de Banville, (1823-1891) auquel la sculpture antiquisante   me faisait penser, d'où les vers en exergue.)
                                                                  Si je n'ai rien lu de Bainville, il en va autrement de son presque homonyme, et tout compte fait, ce paisible square ombragé  à la  stèle   sobre et élégante se
 prête bien à la lecture des poèmes de Théodore de Banville.












Celui-ci  semble de saison


L'été

                                                                          Il brille, le sauvage Été,
La poitrine pleine de roses.

Il brûle tout, hommes et choses,

Dans sa placide cruauté.



Il met le désir effronté

Sur les jeunes lèvres décloses ;

Il brille, le sauvage Été,

La poitrine pleine de roses.



Roi superbe, il plane irrité

Dans des splendeurs d'apothéoses

Sur les horizons grandioses ;
Fauve dans la blanche clarté,
Il brille, le sauvage Été.
.......
Celui -là, plus représentatif de l'art du Parnasse:

Il est dans l'île lointaine

Il est dans l'île lointaine
Où dort la péri,
Sur le bord d'une fontaine,
Un rosier fleuri

Qui s'orne toute l'année
Des plus belles fleurs.
Il est une coupe ornée
De mille couleurs,

Dont le sein de marbre voile
Les flots d'un doux vin.
Il est une blanche étoile
Au rayon divin,

Qui verse de blanches larmes
Au coeur des lys blancs.
Il est un seuil, plein de charmes
Pour mes pas tremblants,

Où je vais poser ma tête
Pour me reposer.
Il est un jardin en fête
Plus doux qu'un baiser,

Qui le soir, au clair de lune,
Tressaille embaumé,
C'est ton front, ta tresse brune,
Ta lèvre, ô Fatmé !
....................................................................................................................................................................

4 commentaires:


  1. •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰
    Bonjour chère Miss_Yves et merci pour cette belle publication !!!

    J'apprends ce qu'est l'art du Parnasse... merci beaucoup ! C'est BEAU !

    Je t'embrasse bien fort !!
    Bon dimanche !!!
    •✰ •✰ •✰ •✰ •✰ •✰

    RépondreSupprimer
  2. Merci, Nancy, à toi aussi: tu l'as compris, l'art du Parnasse me concerne plus que les ouvrages de l'historien !

    RépondreSupprimer
  3. une balade littéraire agréable pour une fin d'après midi de dimanche encore mi figue, mi raisin, tantôt chaud et puis des grosses gouttes avec le soleil....dans le golfe du Morbihan

    RépondreSupprimer
  4. Thank you for the wonderful Sunday sights I was able to walk through on my visit today!

    RépondreSupprimer