Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

jeudi, août 29, 2013

Belle ténébreuse (1/2)

...ou "Belle endormie", selon certains, l'ancienne sénéchaussée d'Auvergne, Riom, (du celtique Ricomagum=le riche marché) conserve de beaux monuments , comme traces  de son rayonnement d'autrefois.

L'austérité de la lave  comme matériau de construction est tempérée par de larges avenues et par des échappées sur les monts alentour .


La basilique Saint-Amable est de style composite:

la nef et une partie du transept datent de l'église originelle, du XII ème siècle.
Le choeur, du début du XIII associe Roman et Gothique,
les chapelles latérales nord sont du XV ème, tandis que les chapelles latérales sud et la façade sont du XVIII ème .



De  belles maisons anciennes , de beaux édifices  civils ou religieux s'offrent aux regards:

-La tour de l'horloge (dôme du XVII surmontant une tour octogonale Renaissance, édifiée sur une base carrée d'origine médiévale) (2)

La Maison des Consuls (3) , hôtel du XVI ème Siècle comprenant cinq arcades au rez-de -chaussée, et , comme décoration au premier étage , une frise au-dessus de laquelle alternent deux bustes de femmes et deux bustes d'empereurs romains.




De nombreuses portes décorées et  plusieurs fontaines ajoutent à l'agrément de la promenade:
Voici la plus célèbre:
-La Fontaine d'Adam et Eve (17 ème S.)  encadrée de cariatides, créée par  le sculpteur  riomois Languille  (6)
....
Et ce n'est pas tout!
Citons La Sainte-Chapelle, l'Hôtel de ville, le musée régional d'Auvergne, le musée Mandet, l'église Notre-Dame -du -Marturet , abritant une oeuvre  magnifique du 14 ème siècle, La Vierge à l'oiseau..
Sous les arcades de l'hôtel de ville, des sculptures, dont deux de Rodin, et sous le porche, la reproduction, sur lave émaillée d'une requête de Jeanne d'Arc...

Pourtant, à la table d'un café, entourée de ses amis, une adolescente vitupérait bien fort, au passage des promeneurs:
"Mais qu'est ce qu'ils  m'énervent,  à photographier , tous ces touristes! Y a rien à voir, ici!"

.....
Cette détestation adolescente du lieu où l'on naît, où l'on est trouve son paroxysme dans le Journal de Katherine Mansfield, alors âgée de 18 ans en 1907

Wellington (Nouvelle-Zélande)

"Cette famille! Qu'ils sont tous assommants! Je les déteste cordialement!Une chose certaine, c'est que je ne vais  plus demeurer ici très longtemps , et il faut m'en féliciter. (...)
Ici, dans ma chambre, je pourrais me croire à Londres. Londres!En écrivant ce mot, je manque de fondre en larmes. avoir des sentiments si violents, n'est-ce pas terrible ?Les gens me sont absolument indifférents, mais Londres, Londres- c'est la vie même "

Or, en 1916, elle notera   ceci, à la villa Pauline , à Bandol:

A présent, -à présent, ce sont des réminiscences de mon pays à moi que je veux écrire. Oui, je veux parler de lui
, jusqu'à l'épuisement absolu de mes réserves. Non seulement parce que c'est une "dette sacrée"que je paierai à la patrie où nous sommes nés, mon frère et moi, mais aussi parce que j'erre avec lui en pensée dans tous les endroits remémorés. J'aspire à les faire renaître en écrivant"


Elle avait  alors 27 ans et devait mourir 7 ans plus tard., au Prieuré d'Avon, près de Fontainebleau
........................................................................................................................................................

(Visite de Riom à suivre, par sauts et gambades
..................................................................

12 commentaires:

  1. Coucou Miss Yves.
    Tu nous fais faire un voyage dans le temps en architecture.
    Très bien documenté, pour le profane pas facile de voir la subtilité...
    Très bonne journée A + :))

    RépondreSupprimer
  2. intéressante architecture

    RépondreSupprimer
  3. Coucou chère Miss_Yves !!!! :o)

    Je te remercie pour ce très beau et très intéressant reportage !!!

    GROS BISOUS de l'autre bout du monde !!!! :)

    RépondreSupprimer
  4. Je n’ai jamais été en Auvergne et je le regrette – que c’est joli. Je trouve que ces bâtiments sombres doivent être très beaux aussi sous la neige. Je crois que tous les adolescents sont pareils – quand je vivais à Paris je voulais quitter la ville et maintenant que je vis si loin, j’aimerais y retourner sans arrêt.

    RépondreSupprimer
  5. Vagabonde:Oui, sous la neige, l'Auvergne est encore plus belle!

    RépondreSupprimer
  6. C'est en effet un peu sombre, mais certainement cher aux yeux des auvergnats expatriés.

    RépondreSupprimer
  7. Fascinante cette façade de la basilique Saint-Amable ! Du baroque jésuitique taillé dans les effusions d'un volcan, ça ne se voit pas tous les jours.
    L'escalier de la tour de l'Horloge me semble être aussi captivant. Comme une sorte de machine à remonter le temps, on peut s'imaginer gravir les siècles en le montant.

    RépondreSupprimer
  8. Riom est comme Épinal (ma ville de famille), sa basilique et la ville sont issues du sol et elle se love dans un environnement présent au regard. C'est curieux comme son entrée principale est simple et basse, l'échelle en est donnée par cet immense calvaire

    RépondreSupprimer
  9. J'ai vu il y a quelques temps une émission sur les acquis de 1936 dont les congés payés ; toutes une partie de la population (comme les enfants défavorisés d'aujourd'hui) ne bougeait pas de chez elle. Et à coté de cela une autre partie voyageait parmi le monde comme cette Katherine Mansfield que tu nous fais découvrir aujourd'hui...

    RépondreSupprimer
  10. Architecture beaucoup plus "sévère" en raison de ses teintes que celle de ton billet précédent.

    L'adolescence ne change pas à travers le temps et l'évolution à l'âge adulte non plus.
    Nous avons probablement toutes rêvé de partir au loin à cet âge et sommes nostalgiques de notre lieu d'enfance certains jours...

    RépondreSupprimer
  11. Fifi, c'est ce qui m'a fait faire ce rapprochementlittéraire

    RépondreSupprimer
  12. Qui ne se reconnait pas dans Katherine Mansfield?
    Mais de là à y retourner habiter... non.
    Effectivement un aspect un peu austère mais l'architecture prend le dessus.

    RépondreSupprimer