Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, décembre 06, 2014

Tiens ! Des cigognes!

Méthode ici

Le voyage de la cigogne, in La Ferme africaine (Chapitre Les sentiers de la vie) , Karen Blixen

"Normalement, ce texte n’est pas écrit, mais raconté oralement par un narrateur qui, au fur et à mesure que progresse son récit, dessine l’itinéraire parcouru par le personnage de l’histoire. Celui-ci est un homme qui vit dans une petite maison près d’un lac plein de poissons qu’il « pêchait et vendait en ville » (fangede og solgte i Byen). Une nuit, il est réveillé par un grondement inquiétant et part dans l’obscurité en direction du lac pour savoir d’où provient ce bruit. Il se trompe de chemin à plusieurs reprises, tombe dans un trou, se relève, retombe dans un autre trou, se relève encore, etc…, et parvient enfin au bord du lac où il s’aperçoit que le barrage a cédé et que les poissons sont emportés par les flots qui s’engouffrent dans l’ouverture. Toute la nuit il travaille pour colmater la brèche, puis retourne se coucher. Le lendemain matin, à son réveil, il regarde par la fenêtre et découvre, à sa grande surprise, une cigogne. La fin du récit provoque aussi l’étonnement de l’enfant qui écoute cette histoire et observe le dessin, car il voit que les lignes tracées sur le papier par l’adulte narrateur ont fini par dessiner justement l’image d’une cigogne."


Source: Germanica 




« Je suis contente d’avoir entendu cette histoire, et je m’en souviendrai dans l’adversité. L’homme de l’histoire a été cruellement trompé et de grosses embûches ont été semées sur son chemin. Il a dû se dire : Quelle série de malchances ! Que de hauts et de bas ! Et il s’est certainement demandé quel était le sens de toutes ces épreuves. Il ne pouvait pas savoir que c’était une cigogne. Mais durant tous ses malheurs, il n’avait pas perdu de vue son but, et il ne rentra point chez lui avant d’avoir achevé son travail. Il alla jusqu’au bout et ne perdit pas espoir. L’homme eut sa récompense : le lendemain, il vit la cigogne. Cela avait dû le faire bien rire.
Le chemin étroit et sombre sur lequel j’avance, la fosse profonde dans laquelle je tombe, de quel oiseau peuvent-ils donc être les griffes ? Quand le dessin de ma vie sera achevé, verrais-je moi aussi une cigogne, avec les autres ?
Infandum, regina, jubes renovare dolorem.
Troie en flammes, sept ans d’exil, treize bons navires perdus. Que pouvait-il en sortir ? « Une élégance inimitable, une dignité majestueuse et une douceur incomparable. » »

Karen Blixen, La Ferme africaine, traduit par Alain Gnaedig, Gallimard, Du monde entier, 2005, pages 274-275.

..................................................................................................................................................................

Merci à  Claude  pour l'histoire  avec pliages qu'elle a contée ici 
..........................................................................................................................................................
Le lien ci-dessous est le même que le premier lien

http://www.paysdechateaubriant.fr/Contes-d-ete-Mercredi-5-Aout-Dika-Daka-Mediatheque-et-Bibliotheque-de-La-Meilleraye_a5168.html

29 commentaires:

  1. joli photo..pour lire, c'est encore compliqué....

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Miss Yves.
    L’approche de Noël réveille les contes !
    Et nous somme tenté de dépenser sans compter!
    Petite Histoire:
    (En Alsace, six gendarmes partirent en mission, quand ils revinrent les gens dirent : "Les six cognes sont de retour").
    Très bon weekend.
    A + :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très drôle, ce calembour!
      Merci, à toi aussi

      Supprimer
  3. je découvre ces histoires à conter...quelle belle idée pour les petits...
    bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, à condition de s'entraîner , car il faut un vrai talent de conteur!

      Supprimer
  4. Quelle merveille histoire de l'homme sauve par son chien" et je t'imagine bien employer cette formule pour communiquer avec tes chers petits...
    Un livre a emprunter a la bibliotheque, tu l'as lu? Le film "Le festin de Babette" m'a tant plu mais je n'ai rien lu de Karen Blixen.
    P.S. Ton dernier lien ne semble pas fonctionner.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le dernier lien correspondait au premier, "conter en dessinant" (je l'ai remis malgré tout en espérant qu'il marche)
      J'ai lu , entre autres, ses Contes gothiques.
      Le film tiré du Festin de Babette est très bien.

      Supprimer
    2. En fait nous avons une tres bonne amie Babette aux US qui est plus qu'une excellente cuisiniere! :-) Il faudrait que je retrouve un de ses menus.

      Supprimer
  5. Prise par les textes et les liens j'ai oublie de dire que je trouvais la photo magnifique, surtout avec ce tas de bois au pied du nid qui lui donne une chaude atmosphere.

    RépondreSupprimer
  6. Un billet qui m'enchante. J'ai une fascination pour les conteurs et conteuses et leur manière d'emmener le public dans ce monde de paroles et d'images
    Je reviens tout à l'heure pour visiter tes liens

    RépondreSupprimer
  7. .Un nid de cigognes à hauteur d'homme, c'est inattendu !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pensé à toi en voyant ces cigognes au zoo de Champrépus .
      Les marais de Carentan, non loin de chez moi sont un parc naturel où vivent des cigognes.
      En Alsace, nous avions visité ce parc dont tu nous as montré des photos. une animation "contes " en Alsacien, mettant en scènes les "claque -du-bec " nous avaient plu et dépaysés

      Supprimer
  8. Ton lien ne marche pas, tout du moins chez moi.
    Elles ne sont pas bêtes les cigognes, elles vont passer l'hiver au chaud.
    La première fois que j'ai vu des cigognes c'était à Sérignan. Elle faisaient une halte sur les toits du village, un mois d'août en partance pour l'Afrique.
    La second fois, c'est ici dans un champ, au printemps, elle était toute seule. Elle est restée là deux ou trois jours puis elle s'en est allée.
    l'avant dernière fois en Alsace en 2006.
    La dernière fois c'est sur l'île d'Oléron un mois je juin. D'ailleurs, elles n'en sont jamais parties.
    Celle que tu montres ne sont pas très haut perchées.

    RépondreSupprimer
  9. J'aime bien le conte dessiné et la façon de faire.
    Moi un jour j'ai raconté à mon petite fils Lucas et ensuite à ses frères (il va falloir que je fasse pour Matti), j'ai raconté une histoire de naufrage avec un petit bateau fait avec une feuille de papier journal. Ils sont restés bouche bée.
    Le bateau est endommagé tel avant de couler qu'on a retrouvé dans son épave, la chemise du capitaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien en avoir un aperçu ?

      Supprimer
  10. Oui, c'est une façon de raconter une histoire, encore faut-il savoir exactement ce que tu vas dessiner pour la compréhension de l'histoire, c'est vrai que les enfants ont de plus en plus besoin d'un support visuel...
    Quant à Karen Blixen, je revois en pensée le fameux film "out of Africa" et cette belle image de Meryl Streep racontant dans un fauteuil au coin du feu... Quelle conteuse !!! Quelle comédienne, je m'imaginais parfaitement Karen Blixen !
    Lettres d'Afrique, contes d'hiver et le festin de Babette ont été de très bonnes lectures...
    Merci de me remettre en mémoire ce livre !
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je pense: on se s'improvise pas conteur/euse;
      L'adaptation filmique, même simplifiée(ce qui est inévitable) était très belle..avec ces paroles au début: magiques

      Supprimer
  11. La vidéo et bien devenue accessible...
    Super cette histoire du petit bonhomme!
    Dommage mes petits enfants ont trop grandi pour que j'espere les amuser avec... et puis va savoir ?
    A + :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait ? Ils voudront peut-être la conter à de plus petits ?

      Supprimer
  12. Une très belle histoire, avec une sage philosophie, savamment racontée.
    Merci MissY, du coup je vais revoir le film pour vérifier si cet épisode en fait partie car je ne m'en souviens pas. Et, comme ton article m'a donné envie de lire le roman, je vais le commander.

    RépondreSupprimer
  13. Je ne crois pas que cet épisode figure dans le film.

    RépondreSupprimer
  14. Toute une philosophie de vie dans cet art de conter en dessinant !

    RépondreSupprimer
  15. |^‿^|❀

    Hello chère Miss_Yves !!!

    MERCI pour ce beau partage !
    Conter et dessiner ... j'adore cette excellente idée !!!! EXTRA !

    GROS BISOUS d'Asie ! Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  16. Un très joli conte ! Avec une morale qui se tient. Et bien illustré par cette cigogne sur son nid plateforme proposé par les hommes. Il y a beaucoup de cigognes au Maroc et pourtant ce n'est pas un endroit à priori marécageux. Tant que nous avons utilisé une de nos photos de cigogne pour illustrer le faire part de naissance de notre fille. D'ailleurs j'y pense à l'instant, la cigogne était aussi présente mais dans le texte du faire-part de notre plus jeune fils, arrivé en avance pour noël...

    RépondreSupprimer
  17. (Il me semble que si j'entendais un grondement je ferais la sourde oreille et resterais cloitrée, ce en quoi j'aurais bien tort)

    RépondreSupprimer
  18. Ceci montre , de ta part un attachement très fort au symbolisme de la cigogne , dans ces deux faire-part de naissance!

    RépondreSupprimer