Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, juillet 03, 2016

Troldhaugen

Troldhaugen
ce toponyme norvégien n'a rien à voir avec un quelconque "monde des Trolls", nous a sécifié notre guide 
il signifie: "la colline merveilleuse,  magique".

Les petites pastilles colorées collées sur la pancarte sont une trace  des nombreux touristes venus visiter la maison du célèbre compositeur Edvard Grieg (1843-1907).




  Conseillé par un ami, Edvard Grieg  acheta un terrain sur une colline de Bergen, dans le quartier du Paradis où il fit construire cette demeure, source  d'inspiration pour bon nombre de ses oeuvres.




Il y vécut avec son épouse Nina -sa cousine du côté maternel- elle-même pianiste et  cantatrice confirmée.
Les parents de Grieg s'étaient opposés à ce mariage, où d'ailleurs ils n'assistèrent pas. Le jeune ménage se réfugia à Oslo, donnant des cours de piano pour subsister.

Le couple passait l'été dans cette maison,  mais préférait  résider dans le Sud en hiver.
Les réceptions étaient nombreuses, les hôtes , généreux en bonne chère, en bons vins et en concerts.

Cependant, le musicien éprouvait le besoin de s'isoler dans une petite hutte pour composer.



Leur fille unique, Alexandra mourut à 13 mois d'une méningite- selon la version officielle, l'hypothèse de  la consanguinité  n'étant peut-être pas à écarter.

Nina survécut 20 ans à son époux, mort en1907 d'une maladie pulmonaire qu'il avait contractée à l'âge de 17 ans.

Ala  mort de celle-ci, la maison du compositeur fut donnée à la ville.




Plusieurs portraits nous permettent de nous représenter  le maître des lieux, dont une statue -à son image, de petite taille- orne l'entrée du musée, situé plus bas.




Ce tableau représentant des  jeux d'enfants  était cher au coeur de l'artiste.





Devant le  piano,  nous pouvons retracer  le parcours artistique de Grieg, favorisé par son environnement.

Sa famille était d'origine écossaise.
 Son père,  s'il dirigeait prosaïquement  une entreprise dans le commerce du homard, jouait aussi dans un orchestre d'amateurs.
Sa mère, quant à elle, était une pianiste confirmée qui initia son fils à la musique.
Conseillé par un violoniste norvégien renommé, Olle Bulle, rencontré alors qu'il avait quinze ans,  le jeune homme part en 1858
au conservatoire de Leipzig où il découvre les oeuvres de Schumann et de Wagner.

Pour son examen final en 1862, il crée sa première composition "Quatre pièces pour piano".




Il entame alors une brillante carrière, colorée progressivement par son intérêt pour la culture nordique et le folklore de sa région.

1862 : premier concert, dans sa ville natale
• 1867 : il fonde l’Académie norvégienne de musique
• 1870 : début de sa collaboration avec l’écrivain norvégien Bjornstjerne Bjornson
• 1872 : l’Etat lui verse une rente viagère, ce qui lui permet de se consacrer à la composition
• 1874 : début de sa collaboration avec le dramaturge norvégien Henrik Ibsen
Oeuvres marquantes:


• 1867-1901 : Soixante-six pièces lyriques (réparties en 10 recueils)
• 1868 : Concerto pour piano en la mineur (op. 16)
• 1875 : Peer Gynt, musique de scène de la pièce d’Henrik Ibsen ; en 1888 et 1891, deux suites orchestrales ont été arrangées par Grieg à partir de la musique initiale.
• 1884 : Suite pour cordes du temps de Holberg (op. 40)
• 1896 : Quatre danses symphoniques pour piano à 4 mains(op. 64)
• 1898 : Danses symphoniques, arrangement pour orchestre (op. 64)


Le vitrail décoratif où s'épanouit une rose rouge  est un hommage amoureux d'Edvard Grieg à son épouse, dont nous apercevons un portrait un peu plus haut.


Complétons  notre visite avec, en contrebas,  le musée et la salle de concert (constructions modernes), afin de mieux apprécier  ce compositeur, surnommé le "Chopin du Nord", un  grand nom de la musique romantique, mais dont les recherches annoncent le courant impressionniste et les harmonies de Claude Debussy.

12 commentaires:

  1. une magnifique échappée... je me souviens d'un moment magique: nous étions un petit groupe dans notre bateau pour voguer sur les fjords et à un endroit choisi le bateau s'est arrêté et on nous a passé un disque de Grieg, grandiose !

    RépondreSupprimer
  2. une magnifique échappée... je me souviens d'un moment magique: nous étions un petit groupe dans notre bateau pour voguer sur les fjords et à un endroit choisi le bateau s'est arrêté et on nous a passé un disque de Grieg, grandiose !

    RépondreSupprimer
  3. M'enfin "merveilleuse, magique" colline c'est aussi un peu légendaire, non ? En Allemagne on trouve souvent "Berg" que ce soit dans le nom des gens ou celui des lieux. Je me souviens de Marceline Loridan-Ivens disant à François Busnel qu’elle aimait son nom de naissance "Rosenberg".
    C'est là que notre chère Hpy nous manque ainsi que Delphinium grande amatrice de Norvège et de sa musique ; j'aime bien "Peer Gynt"

    RépondreSupprimer
  4. j'ai pensé à Hélêne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais le finnois, c'est une toute autre langue.

      Supprimer
  5. Coucou Miss Yves.
    Belles découvertes et avec toi toujours bien documenté...
    Très bonne semaine, A + ☼ ☼ ☼

    RépondreSupprimer
  6. Pas facile de commenter quand les photos ne veulent s'ouvrir mais que j'ai pu voir en cliquant sur une seule. Les rideaux des fenêtres ma rappelle ceux en Allemagne et les miens d'ailleurs.
    Je repasserait plus tard.

    RépondreSupprimer
  7. Après Sibelius, Grieg fait partie de mes compositeurs préférés et j'aime énormément la Chanson de Solveig. Ma version préférée (parmi celles disponibles sur YT) est celle interprétée par Bodil Arnesen.

    Concernant la Troldhaugen, ce qu'en dit l'article de Wikipédia est en contradiction avec ce que vous a déclaré votre guide. En creusant un peu la question, j'ai appris que troll se dit "trold" en danois.
    Or, Nina Hagerup Grieg vivait au Danemark, ses parents ayant quitté Bergen pour Copenhague quand elle avait huit ans. C'est lors de son séjour à Copenhague qu'Edvard a retrouvé Nina, sa cousine et amie d'enfance, et c'est dans cette ville qu'ils se sont fiancés, puis mariés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu cet article de Wikipedia, quand j'ai relu les notes prises au cours de la visite guidée, bien documentée.

      De toute façon, la Norvège a subi la domination danoise ( et la langue danoise ) avant d'ëtre indépendante et de se créer une langue nationale.

      On peut donc supposer des points de contact... Je ne suis pas spécialiste.

      Supprimer
  8. C'est quand même mieux avé les images. Je me suis instructionnée aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  9. Super intéressant, vais-je retenir? J'en profite pour écouter la version de la chanson de Solveig que propose Tilia.

    RépondreSupprimer