Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, septembre 23, 2007

St Sauveur-Le -Vicomte, le château et le buste de Barbey par Rodin

Jules -Amédée Barbey d'Aurevilly, né à Saint-sauveur le Vicomte, le 2 novembre 1808, mort à Paris , le 23 avril 1889 (Doc . Société Barbey d'Aurevilly)



Lettre à Trébutien du 1er octobre 1851, commentant un passage de la Bague d'Annibal

(...)"ma mère m'ayant introduit dans le monde le jour où l'on célèbre la fête de tous ceux qui en sont partis"
"Je suis réellement né le jour des morts, à deux heures du matin, par un temps du Diable .Je suis venu comme Romulus s'en alla, dans une tempête. Comme Fontenelle, je faillis mourir une heure ou deux après ma naissance, mais il y avait de bonnes raisons pour que je meure avant cent ans . Il paraît que le cordon ombilical a ait été mal noué et que mon sang emportait ma vie dans les couvertures de mon berceau , quand une dame(mon premier amour secret d'adolescent ) amie de ma mère, s'aperçut que je pâlissais et me sauva, non des eaux comme Moïse, mais du sang, autre fleuve où j'allais périr ."

.La maison natale -Hôtel du Chevalier de Montressel, grand-oncle de Barbey, place du Fruitier, aujourd'hui, Ernest-Legrand (Photo, collection personnelle)
la maison familiale, rue Botin-Desylles, où se trouve , au premier étage, le musée Barbey d'Aurevilly (Doc société Barbey)
"Une rue longue et grise.."selon Jules Barbey d'Aurevilly -Fragment

"L'atmosphère familiale était austère, janséniste et ultra".Présentation des Oeuvres romanesques complètes de Barbey d'Aurevilly par Jacques Petit, La Pléiade
"Une éducation compressive avait pesé sur moi sans me briser . Une vielle Maîtresse ( cité par J Petit , ibidem)

Dans le bulletin numéro 2 de la société des amis de Barbey d'Aurevilly , nous pouvons lire:

"Le buste en bronze de Barbey érigé depuis 1954, sur un nouveau piédestal, près de l'entrée du château ,se trouvait avant la guerre sur la place de la mairie (...) l'ancien piédestal, oeuvre de Paul Nénot, l'architecte de la Sorbonne, est toujours conservé à la mairie.
L'érection du monument avait donné quelques soucis à la municipalité, lors de l'inauguration officielle de 1909. En effet, au moment de placer le bronze, on s'aperçut qu'il était creux et qu'il s'enfonçait dans le socle,de granit,plus étroit que lui.
Il fut alors décidé de placer le buste sur un entablement en bois , pour l'inauguration .L'installation, provisoire et peu digne, demeura plus d'un an ainsi . En janvier 1911, le conseil municipal mit en demeure le comité de procéder, dans les 15 jours, au remplacement de la colonne"surmontée d'une planche" sinon celui-ci serait remisé à la mairie. Finalement une corniche du même granit et de bonne dimension fut placée entre le piédestal et la statue.A la mi-février 1911, le buste était placé dans la grande salle de l'hôtel de ville en attendant la fin des travaux "




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire