Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, novembre 21, 2008

Les lumières de la ville







Il fut une époque où l'éclairage, et à plus forte raison les illuminations festives étaient l'apanage des grandes villes . Puis , croissance aidant, les éclairages de fête devinrent courants partout, même dans le plus petit village, jadis condamné à une quasi obscurité lugubre.
Avec le premier puis le second choc pétrolier, la chasse au gaspi faillit remettre en question cette conquête de la lumière et de la fête pour tous , citadins et villageois .
De nos jours, pour notre plus grand plaisir, les municipalités valorisent, toute l'année le patrimoine historique, sous les feux des projecteurs et, quand
vient Noël,





ne lésinent pas sur les décorations, plus éblouissantes les unes que les autres .
Quel est le prix à payer pour ne plus vivre dans le noir ?


vendredi 21 novembre, 19 h .





Citation approximative des derniers mots du film d'Alain Tanner,
La Salamandre(1971) avec Bulle Ogier, Jean-Luc Bidault, Jacques Denis.

"La salamandre est un joli petit animal qui peut traverser les flammes sans se brûler.
Comme les fêtes de Noël s'annonçaient menaçantes à l'horizon , elle disparut dans la foule "



5 commentaires:

  1. Tout un débat sur le gaspillage des deniers publiques ou de l'énergie. Heureusement qu'on peut aussi faire des choses uniquement pour le bonheur ou la beauté, sinon plus d'art, plus de romans...
    Tes trois photos sont de l'art pur. Celle du dessus a même deux lunes ! Elle trancende la réalité ! Vive la nuit telle que tu nous la montres, mise en valeur par la chaleur de la parcimonieuse lumière que tu as su capter.

    RépondreSupprimer
  2. Les "deux lunes", comme l'auréole sur une autre photo, c'est un simple défaut sur l'objectif !Le hasard et les erreurs peuvent être fructueux !
    Gaspillage,luxe inutile ou art de vivre devenu nécessaire, c'est aussi la question soulevée par le poème de Voltaire, dans "le Mondain", qui lui, tranche en faveur du luxe.

    RépondreSupprimer
  3. Ce luxe est à la mode aussi dans mon pays, du moins dans les grandes villes, même si nous n’avons pas un PIB autant élevé qu’en Europe occidentale.

    RépondreSupprimer
  4. Eternel débat, mais c'est joli tout de même !

    RépondreSupprimer
  5. Webradio, Je suis bien d'accord, et c'est pourquoi je souligne la tristesse des villages si sombres autrefois !

    RépondreSupprimer