Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, janvier 16, 2011

Epidermes, Bruno Dufour-Coppolani (2/4)


d'après Mapplethorpe





René (231/171cm) et Jeanne (225/189 cm)
ces deux grandes toiles figuratives et à première  vue hyper réalistes deviennent, vues de près, des morceaux de peinture abstraite, au caractère expérimental.

Certes , l'artiste utilise le procédé classique du glacis pour la finition, mais auparavant la toile a été préparée selon une "cuisine "personnelle:
au sol,  l'application  préalable d'une couche de sable  crée des imperfections qui seront accentuées de manière aléatoire -"baguettes, grattoirs, balais, tiges, chaussures" -tout est bon pour  suggérer le vieillissement de la peau.
Ces accidents seront retravaillées- la toile au mur- par d'autres instruments: brosses, pinceaux, aérographes...

"De petits événements de peinture pourront devenir des événements de peau"

11 commentaires:

  1. Quels beaux portraits ! L'être humain, vieillissant, est toujours très expressif ... même si son image est construite sur le sable, comme tu le racontes.

    RépondreSupprimer
  2. c'est tout moi..quand je me regarde dans le miroir :)) les tableaux sont extraordinaires..!

    RépondreSupprimer
  3. Je dis comme mélanie. Je trouve ces portraits saisissants, pleins de vie. je vais expliquer le procédé à une amie qui commence à peindre et , je dois dire, est plutôt douée.

    RépondreSupprimer
  4. ✿ ✿ ✿ Un petit bonjour en passant chez toi ce lundi matin Miss_Yves ! :o)
    Comme d'habitude tu nous as fait une publication très intéressante !!! :o) Je t'envoie de GROS BISOUS AMICAUX ! :o) ✿ ✿ ✿

    RépondreSupprimer
  5. Le portrait à fleur de sang du jeune homme me fait penser à un être pas terminé, oisillon ou souriceau au nid. Quant aux grands portraits ils sont tendres et sans doute que nous ne regardons pas nos proches autrement que dans les yeux et le sourire en occultant les petits défauts. L'amour rend aveugle.
    Lorsque l'on regarde les tableaux de Monet, ses cathédrales de Rouen ou ses meules, selon que l'on s'éloigne ou que l'on s'approche la vision n'est pas la même.

    RépondreSupprimer
  6. A voir absolument ! Mais où ? Peux-tu me le rappeler !
    Le cinéma ce sera pour demain, car ce soir c'est cours d'italien !
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  7. Je n’avais jamais entendu dire que des peintres travaillaient avec du sable, c’est une idée très intéressante et donne un résultat étonnant. Des visages vraiment plein d’expression.

    RépondreSupprimer
  8. *** Hello Miss_Yves ! je passe chez toi ce mardi matin pour te souhaiter une très bonne journée ! BISES !!! :o) ***

    RépondreSupprimer
  9. Description du temps sur la Matière. Fascinant!
    On a envie de voir de près la matière...pour la palper un peu mieux du regard.

    RépondreSupprimer