Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mercredi, mai 18, 2011

Un écrivain cavalier (2/2)


C'est grâce à la ténacité de  Madame Suzanne Leclerc , présidente des amis des musées,qui avait écrit , à Jérôme Garcin au Nouvel Observateur, un an auparavant , qu'une date a pu être trouvée pour cette invitation. La causerie-débat devait avoir pour sujet l'Ecuyer mirobolant , paru  en 2010 mais a été  bien sûr  élargie à Olivier, publié depuis .

Ma première question a concerné le genre de cet ouvrage consacré à Etienne Beudant: est-ce bien un roman, comme il est mentionné sur la couverture,  ne serait-ce  pas  plutôt une biographie, voire   une autobiographie déguisée ?
Question assez paradoxale, certes, mais suscitée par cette réflexion du personnage principal sur l'écriture:"Il hésitait entre le traité et l'autobiographie, entre la première et la troisième personne".

-  Légèrement  surpris, Jérôme Garcin a affirmé qu'il s'agit incontestablement d'un  roman , le personnage  évoqué étant  si peu connu que l'on peut   combler les blancs de la biographie,broder, inventer . Par exemple, cette rencontre impossible chronologiquement  , pendant l'exposition de Chicago,entre Beudant et  Calamity Jane .Ou , invraisemblables , les face-à face  avec Liautey,  assorties  de conversations complices "malgré tout ce qui les séparait, les origines sociales, la hiérarchie militaire, le tempérament ".
-Cependant, a reconnu volontiers l'écrivain , il est indéniable que des éléments personnels  ont nourri ce portrait fictif: l'amour  et le respect des chevaux, une éthique qui fait  dire  au jeune capitaine et à l'illustre maréchal que" l'on ne préside pas  aux destinées d'un pays (Ici, le Maroc), si l'on ne sait monter". Et notre invité de  d'élargir le propos, passant du Maroc du début du siècle  à la France contemporaine  ,  de soutenir - mi sérieux, mi badin - que des cours d'équitation devraient figurer au programme des écoles destinées à  former les élites de notre pays !

 - J'avais  également été sensible au fait qu'un personnage secondaire-mais l'est-il vraiment, lui qui adopte Vallerine , la jument égarée d'Etienne Beudant  et qui devient l'héritier spirituel de son traité - se prénomme Philippe...
- A la fois souriant et ému, Jérôme Garcin a évoqué ce prénom , qui est   non seulement celui de son père, victime  à 45 ans, d'un cheval tueur, mais encore le patronyme de son  épouse Anne-Marie Philip(pe) , fille de  Gérard Philippe, décédé à 37 ans .
Jérôme, adolescent, avait noué une correspondance avec Anne Philippe, après avoir lu  avec émotion Le temps d 'un soupir;  (sans savoir que l'auteur  était la veuve du comédien ) , des invitations chez celle-ci devaient  aboutir   au coup de foudre du  jeune homme pour  Anne-Marie , grande  et fière jeune fille aux  hautes cuissardes  comme  celles que portait son père dans le rôle du Cid .

Aussi la boîte aux lettres  de l'écrivain  réunit-elle   aujourd'hui deux patronymes ,Philippe Garcin , reconstituant  le nom de son propre père.... Signe du destin ?





Pour faire la transition entre l' Ecuyer mirobolant et Olivier, Jean-Noël  Bernicot a lu, de facàon sobre et convaincante, un passage clef du premier ouvrage ;  un même travail de mise en voix devait conclure la causerie autour du   deuxième livre,  Olivier.

la  dénomination de érécit"   n'est-elle pas  limitative ? D'autres termes ne pourraient-ils pas convenir?
Confession ?Lamento ? Essai sur la gémellité ?Peut-on vraiment  parler de confession- qui suppose une culpabilité ? En quoi peut-on se sentir coupable de la mort de son jumeau ?

A toutes ces questions, Jérôme Garcin  a répondu avec autant de pudeur que de sincérité, parlant de la culpabilité du survivant , de sa quête des doubles de substitution- son épouse Anne-Marie ," jumelle positive ",  Bartabas -  de l'écriture  tâtonnante de ce texte, dialogue imaginaire avec son jumeau de plus en plus présent avec les années,  "bilan provisoire" du sens à donner à son intimité  avec le cheval.

"J'ai peiné à chaque phrase de ce livre, me maudissant de l'avoir commencé" ,  ce commentaire concerne aussi bien la chute  de cheval  qu 'Olivier, et pourtant, parce que "l'écriture n'est pas si différente de l'équitation", la conclusion de ce travail tant thérapeutique qu'artistique pourrait être cette  belle  phrase :"Avec lui , je galope en arrière dans la poussière du temps".

L'humanité, la simplicité, la courtoise de Jérôme Garcin ainsi que son sens  très vif de l'humour ont conquis l 'auditoire qui lui a posé de nombreuses  questions: d'où lui venait son amour des livres ? Où et comment écrivait-il ?Quel sera le sujet de son prochain roman ?

-Cet amour des livres- qui l'a  d'ailleurs sauvé- il le doit à son père ,  éditeur de son métier, et à la fréquentation  familière des écrivains "à qui, enfant,  il passait les cacahuètes à l'heure de l'apéritif "
 -Impossible d'écrire à Paris , et "si je ne monte pas à cheval,je ne peux pas écrire une ligne".
- Concession accordée  à ceux qui trouvent  que  toujours parler de sa passion traduit quelque  folie, le prochain roman ne parlera pas de chevaux!

         L'écrivain cavalier tiendra t-il  vraiment ce pari  ?


M.S.


10 commentaires:

  1. J'aimerais bien lire ton post en entier, mais malheureusement je n'ai pas assez de temps en ce moment.
    Je ne peux même pas repasser l'après midi, je suis à l'hopital avec ma Maman.
    Tu a agrandi le format de tes photos mais on ne les voit plus entièrement. J'ai essayé une fois de faire pareil, mais il semble de nos modèles de présentation de nos blogs sont incompatbles.

    RépondreSupprimer
  2. Que dire à ce récit si complet? Peut-être que, à mon humble avis, les écrivains mettent toujours quelque chose d'eux même dans leurs écrits, même quand il s'agit de fiction, que de fiction pure.

    RépondreSupprimer
  3. Tout et toujours bien documenté chez toi.
    A +

    RépondreSupprimer
  4. Le pari sera probablement tenu.

    Un bien beau billet Marcelle, merci de nous faire partager ce que tu as vécu en direct.
    Je ne manquerai pas de le relire une fois le livre lu.

    RépondreSupprimer
  5. très intéressante cette "histoire" ! moi qui aime les chevaux et les livres...du coup! j'ai très envie de le lire! merci pour ce partage

    RépondreSupprimer
  6. Chère miss Yves! Comment allez vous! Je suis désolée que je n'ai pas rendu visite à votre blog!Je vous souhaite une très bonne journée!
    En avril j'ai rencontré une blogger canadienne ici chez les moulins. C'était très joli et le temps était beau et si chaude que nous pouvions avoir une tasse de café en dehors de la petite boutique des souvenirs.

    RépondreSupprimer
  7. Quel beau message illustré de superbes portraits !
    J'imagine que tu prends des notes, ce que je regrette de ne pas faire systématiquement, ensuite il ne me reste que la musique sans les paroles.
    J’ai entendu Jérôme Garcin à la radio, il y a déjà un petit moment, était ce pour parler de son frère et qu’a-t-il dit du cheval ? Je savais qu’il était marié à la fille de Gérard Philippe ce point m’étant sensible particulièrement puisque la dernière maison qu’a possédé cet acteur est à Cergy.

    RépondreSupprimer
  8. Un billet fort intéressant qui nous présente cet écrivain cavalier encore plus sympathique ! Je n'ai pas encore lu son dernier opus mais j'ai lu tous les autres et pour cause...
    Merci pour ce compte-rendu !
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  9. Chère Miss Yves! Merci de votre visite et commentaire. Je sais qu'en France il y a aussi beaucoup de traces des romains. Vous avez les viaducs. Ma soeur a été chez Avignon et j'ai vu beaucoup de photos mais je n'y ai jamais été, c'est dommage. Peut-être l'année prochaine!

    RépondreSupprimer
  10. Mon grand père était cavalier et j'ai son tire-bottes à la maison....
    Les romanciers brodent sur des faits et ne racontent pas vraiment leur vie même s'ils s'en servent, j'ai entendu une interview de Françoise Chandernagor à propos de "la Première épouse".
    Et tiens, je viens de terminer "Alfred et Emily" de Doris Lessing où elle réécrit la vie de ses parents.

    RépondreSupprimer