Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

jeudi, juin 23, 2011

En sortant du parking... (1/3)

(Air connu)
En sortant du  parking
Nous avons contourné
L'église toute
grise
Le cimetière en pierre 
Où reposent les vieux compères
Trauner, et  la famille Prévert.


Remontant la rivière
Sous les  gunnéras verts
Nous  sommes arrivés
Petits Poucets tout fiers
A la maison de Jacques Prévert.



1970: Un parisien met en vente sa résidence secondaire à Omonville-La-Petite. Janine et Jacques Prévert, qui avaient coutume de passer leurs* vacances dans le Cotentin depuis les années 30, ont le coup de foudre et l'achètent.

"Viens à la Hague cet été ", lui écrivait Trauner." Cela te changera de la Méditerranée, de Paris. Et puis pour toi, ce sera un retour aux sources, à tes origines (bretonnes). La presqu'île du Cotentin n'est finalement qu'un morceau du massif armoricain.Un bras inerte qui plonge dans la mer. C'est encore très sauvage"

1971:Le couple  emménage, une fois les travaux effectués par un artisan de Digulleville,Jean Cauchon, et par M.Voisin, tailleur de pierres à Omonville.
En quête d'une femme de ménage-pour quelques heures par semaine-ils rencontrent, au lavoir, Nénette qui veut bien les dépanner et  restera chez eux, jusqu'au décès de Janine en 1994 .Le mari de Nénette, Raymond, entretiendra les massifs du jardin, réalisé sur les conseils de Guillaume Pellerin,  fort de l'expérience de son père , Eric Pellerin, propriétaire du château de Vauville et créateur d'un jardin exotique .Ce dernier était devenu l'ami de Jacques Prévert, en dépit de leurs convictions politiques et religieuses totalement opposées !

Les habitants d'Omonville, qui craignaient tout d'abord de voir leur paisible village devenir un deuxième Saint-Tropez ont gardé le souvenir d'un homme simple et chaleureux.
Ses habitudes ? Jacques joue au grand-père avec les enfants Massieu, qui habitent la maison voisine, quand il va à Cherbourg, il achète un carré aux aux pommes chez Alain et Lise Yvard.Il se fait coiffer  à domicile par Jean Albert Guéraud qui deviendra et restera un ami fidèle jusqu'à sa mort , en 1977.
Au quotidien, pendant ces six années, la journée commençait  tard :en robe de chambre, le poète contemplait  le jardin  de sa fenêtre, écrivant et  raturant  beaucoup , le déjeuner se clôturait par du  café  (crème , pour lui ) et des cigarettes,(des gauloises)  l'après-midi était  consacré aux collages, confectionnés sur une immense table de travail.

(A suivre)



Merci à Jean-Pierre Clet,(  de l'association Lire et faire lire  section du Calvados) pour sa jovialité et sa culture sans  pédantisme!
 Les renseignements notés ici sont empruntés au livret pédagogique qu'il nous a remis, et à son dynamique  exposé  dans le jardin, en introduction à la visite de la maison de Prévert .

(Autre lien / maison de Prévert, Magazine littéraire, juillet 2003)

Liens /"Lire et faire lire"/ Manche

13 commentaires:

  1. J'aime les maisons qui ont une histoire.
    Cela me rappelle notre visite de la (grande) maison de chasse de François-Joseph et de Sissi à Bad Ischl en Autriche.

    RépondreSupprimer
  2. j'aime tout le reportage.. et les gunneras!

    RépondreSupprimer
  3. j'espère que cette fois mon commentaire passera....dans tous les cas je trouve ce message toujours aussi intéressant d'ailleurs j'aime Prévert encore plus s'il avat engagé nenette.

    RépondreSupprimer
  4. J'aime Prevert. Et les gunneras. Ainsi que le photo-reportage. Si j'avais le temps (peut-être un jour), j'irais faire une visite dans tes pas.

    RépondreSupprimer
  5. Coucou, toujours est encore les beaux paysages vert de Normandie...
    pour nous reprise pied avec la réalité à petits pas, A +

    RépondreSupprimer
  6. Une maison et ses souvenirs que j'aime beaucoup!
    J'aurais aimé être de la visite avec votre groupe!
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  7. Beautiful pictures -- especially the second one and the very last.

    RépondreSupprimer
  8. Un beau regard sur cet homme si plein de poesie populaire si j'ose dire et de bien belles photos pour montrer le cadre de ses dernieres annees.

    RépondreSupprimer
  9. Je ne connais pas bien ses collages par contre...

    RépondreSupprimer
  10. Quelle belle maison! Et votre reportage est très intéressant. Je ne connais pas Prévert. Mais je veux voir qui est Prévert avec l'aide de Google!

    RépondreSupprimer
  11. jolie maison, simple et ^leine de poésie!

    RépondreSupprimer
  12. 7 ans seulement pour le poète et les lieux semblent encore imprégnés de sa présence. Sans doute n'était-il pas fatigué et a-t-il pu faire des projets et en profiter aidé comme tu nous le fait savoir, et bien aidé. Cependant heureusement que la maison et le jardin se visitent, cela leur permet de survivre, comme le jardin de Monet.
    Un belle maison, un beau jardin, une vue et une robe de chambre ! Le bonheur !

    RépondreSupprimer
  13. Quel reportage intéressant. Je ne savais pas que Prévert avait une maison là. Elle parait très jolie. J’ai aussi beaucoup aimé regarder les beaux tableaux dans les posts sur la Normandie et les princes de Monaco.

    RépondreSupprimer