Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, juin 10, 2011

Une journée à la campagne chez Christopher Long (2/2)

Jeudi 19 mars, dans le cadre de l'opération labellisée "Happy birthday Normandie", une sortie co -organisée par l 'AAM saint Lois  et l'association Bocage virois  s'est déroulée à Pont-Farcy (Calvados) 
chez Sarah et Christopher Long
Objectif: découvrir les traces du patrimoine bocager



Avec un grand sens de la pédagogie, de l'humour et de la  théâtralité, Christopher nous a amenés à reconsidérer le mythe d'une Normandie vouée, dès l'origine à l'élevage bovin, faisant voler en éclats l'image d'Epinal de la fermière normande aux joues roses des boîtes de camembert, invention publicitaire de la seconde moitié du  XIX ème siècle  .
C'est l'ouverture, en 1862, du premier canal, dans la région, suivi de l'introduction des chemins de fer qui a permis ce changement d'agriculture, favorisant la dispersion de la chaux sur  les champs  dans un rayon considérable, les transports des veaux en 3 h vers les marchés parisiens  tout ceci  a  développé et consacré l'économie laitière.



L'impression  en couleurs des images promouvant ces produits n'avait plus qu'à suivre!
Conséquence majeure: le  personnage  le plus important du village, mi-artisan mi-  banquier, le meunier   a perdu de son pouvoir.
En effet, l'agriculteur est devenu autonome,  l'achat de chevaux pour transporter la chaux et le fumier va modifier son mode de vie et la construction des habitations , d'où les longères que nous connaissons, entourées de bosquets avec une  route passant devant ce type de  construction.
L'intérieur même de la ferme  se trouve profondément transformé: une partie  sert  d'aire de battage du grain-rendant inutile la fonction du meunier- tandis qu'une autre  partie est consacrée aux bêtes et que la maison est bel et bien  le lieu de vie des humains .


Ce sont ces substrats architecturaux  de différentes époques que notre hôte nous a invités à découvrir, repérer, dater.






L'objectif de Christopher est de restaurer tous ces bâtiments,  à commencer par le four.

Nous lui souhaitons de  mener à bien   cette entreprise et espérons pouvoir  admirer le résultat : l'accueil chaleureux de Christopher et de Sarah nous incite à revenir bientôt !

7 commentaires:

  1. Post très intéressant, Miss Yves !
    J'ai du râter le 1/2. Dommage.
    J'espère que Christophe remplacera les tôles des toits des remises par autre chose.
    Vous n'avez pas parlé des pommiers à cidre ?

    RépondreSupprimer
  2. les moutons , les humains et les maisons.. joli reportage!

    RépondreSupprimer
  3. Passionnant! Mais conserver ces murs tout en conservant le maximum de traces du passé doit être tout un art!

    RépondreSupprimer
  4. Il a du boulot! Et des idées. Mais toujours pas de pétrole.

    RépondreSupprimer
  5. J'aurais adoré participer à cette journée mais me pose la question : que fait donc l'imagerie d'Epinal dans ce message sur la Normandie ?
    Dans les Vosges nous avons aussi des vaches laitières et du bon fromage...
    :)

    RépondreSupprimer
  6. J’aime ces photos champêtres – je ne crois pas que les commentaires puissent être publiés car mes 2 derniers n’ont pas pris?

    RépondreSupprimer
  7. Je confirme ce fut un belle journée riche d'enseignements....

    RépondreSupprimer