Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, mars 17, 2012

la Datcha "les Frênes" à Bougival

Sur la colline des impressionnistes , dans  un terrain autrefois propriété d'Hortense de Beauharnais et  remarqué dès 1830 par un  spécialiste des jardins se trouve la datcha de Tourguéniev- devenue musée.

Flaubert, Maupassant, Henry James et bien d'autres écrivains  ou artistes en ont été les hôtes.
L'écrivain (1818-1883)  était  non seulement un styliste remarquable, mais un homme de progrès marqué par les philosophes des Lumières, engagé dans l'abolition du servage en Russie, de l'esclavage en Amérique.   En 1870, l'exécution du criminel Troppmann , place de la Roquette  qu'il relatera dans un essai l'amènera à prendre position contre la peine de mort  .
 Il a été   à l'origine d'un fonds de secours aux écrivains dans le besoin (le "Fonds littéraire") et s'est montré le précurseur du concept d''Europe culturelle.

Ses  positions contre le servage sont exprimées dans Les Mémoires d'un chasseur. (1847  )
Tout jeune,  Tourguéniev avait été révolté par la  morgue et la cruauté de sa mère  vis à vis des serfs ou "  âmes" dont elle était la propriétaire: un jeune homme avait été déporté en Sibérie parce qu'il n'avait pas ôté sa casquette pour la saluer!
 Détail touchant: le 9 octobre 1883 , au cimetière des écrivains de Saint-Pétersbourg  où il   fut inhumé,  une petite délégation de ses  serfs,  libérés trois ans avant l'Ukase du tsar,  viendra   rendre hommage à celui qui ne voulait"  plus porter le stigmate  de propriétaire d'âmes".

Dans sa nouvelle à tonalité autobiographique,* Premier Amour (1860), l'écrivain dépeint le couple formé par ses parents:le père, officier de hussards ruiné,  bel homme veule  et coureur de jupons, la mère violente et autoritaire.
(* Commentaire de cette nouvelle qui a marqué mon adolescence  dans La Bibliothèque de Cléanthe)

 C'est  dans  son  roman Pères et fils (1862) qu' apparaît pour la première fois le terme "nihiliste" .



En 1843, alors fonctionnaire au ministère de l'Intérieur, Ivan Tourguéniev assiste, à l'opéra de Saint-Pétersbourg, aux représentations de l'opéra Italien où chante Pauline Viardot, soeur cadette de la Malibran , épouse de  Louis Viardot, critique d'art, homme de lettres, traducteur du  Don Quichotte de Cervantès.

Ce sera  le début d'une longue amitié- amoureuse ?-  de 40 ans.


 Le 5 novembre 1874 Ivan Tourguéniev et Pauline Viardot achètent un domaine de plus de 8 ha comprenant "un jardin anglais, de la grille d'entrée et jusqu'à une habitation de maître construite à l'italienne et,dans la partie supérieure, un parc planté de taillis"

Un an après, Tourguéniev se fit construire un chalet "gracieux, élégant  comme un jouet, tout de bois gravé"dans lequel "le style suisse et le style russe s'alliaient de façon heureuse dans l'extérieur du refuge estival de l'écrivain , et, à l'intérieur tout respirait la simplicité sévère et le confort"


Le 3 septembre 1883, Tourguéniev , malade  d'un cancer de la colonne vertébrale, rend son dernier soupir dans  la  chambre de sa datcha.

Grâce à un dessin  en noir et blanc de Claudie Chamerot, la fille de Pauline Viardot, cette chambre a été reconstituée par un professeur de l'Ecole Boulle et deux de ses élèves, la couleur verte des tentures  ayant été choisie  pour faire pendant  au rouge du bureau.
Fin avril,  sur le point d'être transporté de Paris à Bougival, Tourguéniev emmené chez les Viardot , y  avait croisé sur le palier son vieil ami, Louis Viardot, mourant, qui en fauteuil roulant lui avait  dit en lui serrant la main  ": Morituri se salutant"


A Bougival,pour ses derniers moments, Tourguéniev alité , avait trouvé en Pauline une secrétaire dévouée.
 Il lui  avait dicté, en Français, un récit autobiographique, Un Incendie en mer, puis, un mois avant sa mort, un second récit, Une Fin, dans lequel il pressentait  la Révolution  russe de 1917.



Pauline Viardot fit tout pour que sa dépouille mortelle fût ramenée en Russie, malgré l'opposition du tsar Alexandre II:
 - le 1er octobre, une cérémonie d'adieu fut organisée à la gare de Nord, avec  des discours, entre autres personnalités, d'Ernest  Renan et  d'Edmont About .
- Le 9 octobre  eut lieu l'inhumation de l'écrivain au cimetière Volkovo, à Saint-Pétersbourg. Comme pour Victor Hugo,  une foule  immense - parmi laquelle  226  délégations venues de toute l'Europe - suivait  le cercueil qui avait été accompagné depuis Paris par  Claudie Viardot- Chamerot  et son mari .

 

(Citations extraites de la brochure Le musée Tourguéniev, par Tamara Zviguilsky)
 Une passionnante visite , sous la conduite d'un guide passionné ,.Alexandre Zviguilsky, Président de l'association *ATVM-
...........................................................................................................................................................
*Association des amis d'Ivan Tourguéniev, de Pauline Viardot
                                                                      et de la Malibran (poème de Musset ici)
 Là, un article de l'Encyclopédie Larousse qui analyse l'oeuvre de Tourguéniev
........................................................................................................................................................;;
Le site de l'office de tourisme de Bougival indique les modalités de visites et le programme des concerts donnés dans la datcha.

Une vidéo ici  présente un extrait de spectacle qui nous fait pénétrer dans le salon de musique  où trône le magnifique piano  carré de Baden-Baden,de facrure allemande.Touché par Brahms et Clara Schuman, on peut le considérer comme un "monument historique".

Le narrateur, Marc Zviguilsky évoque  une "  relation inédite qui a  suscité beaucoup de ragots", 
bien sûr celle d'Ivan Tourguéniev et de Pauline Viardot (incarnés par Michael Lonsdale et Catherine-Fantou-Gournet )
  Le spectacle se nourrit de leur correspondance.

.............................................................................................................................................................

13 commentaires:

  1. Un billet fort interessant comme tout ce que tu nous presentes...
    Avec en plus ces vues. Je connaissais Bougival mais ignorais l'existence de cette datcha.
    As-tu egalement vu le spectacle?

    RépondreSupprimer
  2. Non, Thérèse.
    C'est la deuxième fois que je visitais la datcha, et c'était encore mieux que la première fois.
    tiens, tu as grisé ta photo ?

    RépondreSupprimer
  3. Pauline Viardot était aussi l'amie de George Sand !
    Les Frênes et la datcha, je découvre...Je suis passée à Bougival il y a très longtemps, j'avais un grand oncle qui habitait là-bas....
    Aucun film ne m'attire en ce moment et toi ?

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Oui c'est vrai j'avais remarqué une changement chez Thérèse sans mettre de mots dessus.
    Je repasse plus tard, Miss, lorsque la visite va commencer...
    :)

    RépondreSupprimer
  6. Curieuse histoire cette amitié amoureuse avec acquisition de biens communs, c'est d'une belle modernité. Etre contre le servage et la peine de mort en précurseur, en cela s'affranchissant de son éducation, c'est beau, plus beau que de juger en suivant les courants de son époque les esprits du passé.
    Elle est belle cette datcha même si elel n'est pas toute en bois. Peut-être que pour les jardins je pourrais décider mon mari à aller à Bougival qui n'est pas si loin de chez nous ?

    RépondreSupprimer
  7. J'ai aussi noté qu'il n'y a pas grand chose de tentant au cinéma en ce moment. Albert Nobbs peut-être ? Et les Adieux à la Reine ?

    RépondreSupprimer
  8. J'ai lu et entendu de bonnes critiques/ Albert Nobbs

    RépondreSupprimer
  9. Oh là ! Avec ma patsèque que j'ai ce matin à la place du cerveau, je repasserai demain.

    RépondreSupprimer
  10. Une datcha à Bougival ! Jolie propriété.
    Ayant les esprits plus clairs today, je m'instruis ce matin.
    Le chalet est très beau. Si je devais lire quelque chose de cet auteur, je choisirai ce qu'il a écrit sur la révolution de 1917.

    RépondreSupprimer
  11. je ne connaissis pas cet aspect de la vie de Tourgueniev, je reviendrai suivre les liens c'est déjà très intéressant.

    RépondreSupprimer
  12. je suis passé et repassé comme claude..c'est intéressant.. les sculptures et la maison bleue ..beau!

    RépondreSupprimer
  13. Oui, le salon de musique évoque George Sand et Musset (+ Mérimée etc)

    RépondreSupprimer