Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

jeudi, août 02, 2012

Village perché





comme à Sisteron, les andrones donnent aux rues étroites beaucoup de caractère.



Le village domine la haute vallée du Loup, et si la côte d'Azur n'est pas loin, les Préalpes accrochent les nuages .



De la part d'Enitram, un beau poème:

Agrippés à la pente on ne sait trop comment,
Des villages perchés sont suspendus au flanc
De la montagne abrupte et presque inaccessible.
Comment donc ont-ils fait ? Comment est-il possible

Que des Humains aient pu accrocher leur village
Sur ce versant pentu, si proche des nuages
Que son clocher aigu semble s’y arrimer,
Le coq rivé au ciel et la base au rocher ?

La vallée est riante et propice à la vie :
Pourquoi tous ces efforts ? Pourquoi avoir gravi
Ces pentes insensées pour ainsi s’y plaquer
En surplomb sur le vide ? Pourquoi tant endurer

Et s’installer ici, collés à la paroi
Au gris vertigineux ? D’où venait cet effroi
Qui les poussa alors vers un monde inhumain ?
Pour être à tout jamais au plus près du Divin ?
Tu peux trouver l'auteur ici : 


http://poemes-provence.fr/les-villages-perches/




Mercci



12 commentaires:

  1. il va falloir installé des remonte pentes

    RépondreSupprimer
  2. Après le chat, le village.
    Il faut toujours attendre qu'il descende du perchoir pour qu'il soit Chat ?
    Pour le village l'attente va être longue, on devrait fixer un temps limite si non ce n'est plus du jeu...
    Bonne journée A + :))

    RépondreSupprimer
  3. Une petite série sympathique. J'aime bien les deux dernières photo.
    On a quand même de beaux villages dans notre belle France.

    RépondreSupprimer
  4. Comme tout ceci est prenant et intime! Ces villages me font penser à des nids.

    RépondreSupprimer
  5. wouah!!! superbe ! tant la ruelle que le brouillard!

    RépondreSupprimer
  6. pas prendre un gramme..pour passer dans cette ruelle..!

    RépondreSupprimer
  7. Agrippés à la pente on ne sait trop comment,
    Des villages perchés sont suspendus au flanc
    De la montagne abrupte et presque inaccessible.
    Comment donc ont-ils fait ? Comment est-il possible

    Que des Humains aient pu accrocher leur village
    Sur ce versant pentu, si proche des nuages
    Que son clocher aigu semble s’y arrimer,
    Le coq rivé au ciel et la base au rocher ?

    La vallée est riante et propice à la vie :
    Pourquoi tous ces efforts ? Pourquoi avoir gravi
    Ces pentes insensées pour ainsi s’y plaquer
    En surplomb sur le vide ? Pourquoi tant endurer

    Et s’installer ici, collés à la paroi
    Au gris vertigineux ? D’où venait cet effroi
    Qui les poussa alors vers un monde inhumain ?
    Pour être à tout jamais au plus près du Divin ?
    Tu peux trouver l'auteur ici :
    http://poemes-provence.fr/les-villages-perches/

    RépondreSupprimer
  8. Il ne faut pas être gros!

    RépondreSupprimer
  9. Such a beautiful village -- I'd love to visit.

    RépondreSupprimer
  10. Enitram t'as fait un beau cadeau, cela lui ressemble bien.Bravo pour tes photos superbes.

    Roger

    RépondreSupprimer
  11. Les préalpes comme les Vosges favorisent donc l'effet de foehn ?

    RépondreSupprimer