Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

jeudi, novembre 17, 2011

Cahiers de campagne (Bois-Jugan 1/3)




L'écrivain Philippe Denier d'Aprigny a présenté ses Fables et nouvelles paysannes
au musée de Bois-Jugan, dimanche 6 février 2011
dans la pièce où le musée a vu le jour, propice à une ambiance évoquant les veillées d'autrefois : un vaisselier,une cheminée, un lit en alcôve, des objets anciens lui donnent un cachet typiquement normand.

Divers dons présentés au public ce jour-là, par Madame Françoise Herman, directrice de ce musée ethnologique en ont complété la décoration:


-Trois pastels représentant des coiffes normandes dessinés par Andrée Roussel
-deux boîtes de combustible-stocker , du charbon Phénix pour chaufferette (Jacques Groult)
-une chaufferette pour dame, donnée par Suzanne Leclerc
-des épis de faîtage en zinc trouvés par Jacques Villeroy sur un chantier de démolition.


Des lectures d'extraits ont été mis en voix de façon très expressive,par Jean Duval
(A suivre)

10 commentaires:

  1. j'aime beaucoup les épis de faitage...les toits prennent des allures de dentelle!

    RépondreSupprimer
  2. Ton post me rappelle ma Mémé qui nous racontait ses souvenirs de guerre. Au moment où les Allemands ont débarqué dans son Berry.
    Les veillées d'autrefois, n'étaient-elles pas plus belles que celles de maintenant devant la télé ou un ordi.
    Ils doivent être sympas ces contes de Campagnes.

    RépondreSupprimer
  3. une belle ambiance pour des lectures à haute voix. J'aime!

    RépondreSupprimer
  4. En quelque sorte ce fut une belle soirée ! Que j'ai encore ratée !!!
    Pour la clé je t'envoie un mail !
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  5. Enitram: (c'était un après-midi)
    Mais tu as vu et entendu bien d'autres belles choses!

    RépondreSupprimer
  6. Il manque le cidre et le calva, pour parfaire l'ambiance (avec modération, selon la formule consacrée)... mdr
    A +

    RépondreSupprimer
  7. Those beautiful Normandy bonnets!

    RépondreSupprimer
  8. Le vaisselier chez nous c’était une crédence. D’ailleurs la crédence est dans mon séjour, sans la partie haute car la pièce n’est pas assez haute de plafond.

    RépondreSupprimer
  9. Une de mes amies est une conteuse née. C’est inné il me semble, comme de naître griot.
    (Cette pièce sert donc d’arbre à palabres…)

    RépondreSupprimer
  10. "Une crédence"...j'ai déjà entendu ce terme , avec un autre sens (Buffet dont les tablettes superposées servent à poser les plats, la vaisselle, syn. desserte in Le Robert)
    Le sens que tu indiques est donc régional.
    Mon époux suit des cours de l'univ inter âges avec un antiquaire; intéressant

    RépondreSupprimer