Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

samedi, mars 16, 2013

Vaporeux


 "Chemin de neige profonde
où je vais d'où je viens 
se confondent"

Nakamura Kusatao
in
Haïku du XX ème siècle, Présentation, choix et traduction de Corinne Atlan et Zéno Bianu
(Article personnel ici /Corinne Atlan; autres poèmes courts japonais  là )

le poème court japonais d'aujourd'hui, nrf, Poésie/Gallimard
.......................................................................................................................................................
Pépiement d'oiseau
dans le paysage flou
où chercher pitance

Miss Yves
...............................................................................................................................



 claude a dit...
Atmosphère cotonneuse,
C'est l'année de mars en blanc ;
paysages ouatés et beaux,
C'est le bonheur des enfants,
Et pour les petits oiseaux
Une vie laborieuse.

................................................................................................................................
Tilia a dit...

Nul bétail au pré
sous son grand édredon blanc
la prairie attend

15 commentaires:

  1. Coucou Miss-Yves.
    De la neige, toujours de la neige.
    De mon enfance j'ai en souvenir avec de grands épisodes de neige.
    Les "Haïkus" don tu semble te délecter, je n'ai pas la clef pour les décrypter !!!
    C'est beau à lire, je ne suis pas sur d'en saisir toutes les subtilités...
    Très bon weekend A + :))

    RépondreSupprimer
  2. Daniel: neige en mars...ce n'est pas courant, à la différence de l'hiver, dont j'ai aussi des souvenirs d'enfance.
    La neige fond. Au-delà des jolies photos, elle a fait des dégâts.

    RépondreSupprimer
  3. Daniel: il me semble que le principal, c'est que tu trouve belle cette forme poétique.Merci pour l'attention que tu y prêtes.

    RépondreSupprimer
  4. Atmosphère cotonneuse,
    C'est l'année de mars en blanc ;
    paysages ouatés et beaux,
    C'est le bonheur des enfants,
    Et pour les petits oiseaux
    Une vie laborieuse.

    Bon wouik, Miss Yves !

    RépondreSupprimer
  5. un peu de vapeur chaude pour évaporer tout ce blanc!:))

    RépondreSupprimer
  6. La poésie japonaise convient parfaitement à nos paysages de la semaine !!!
    Et maintenant il pleut!!!!
    A bientôt, on est débloqués depuis hier seulement!!!!

    RépondreSupprimer
  7. Je t'ai répondu sur mon autre blog.

    RépondreSupprimer
  8. un no man's land blanc et gris mélancolique et poétique coupé par des barbelés.
    Pour tes mots Daniel n'a pas à chercher de décodeur, il les trouve beaux à lire n'est-ce pas là l'essentiel?

    RépondreSupprimer
  9. Marguerite-Marie : c'est bien mon avis!

    RépondreSupprimer
  10. Doublement merci.
    Je ne fus qu'inspirée en lançant cet écrit que j'ai pondu l'année dernière suite à une blogueuse d'Argentine qui aurait bien voulu trouver un poème pour accompagner ses photos sur Paris.
    La prochaine parution sera plus longue à lire.

    RépondreSupprimer
  11. Je me suis régalée de ta magnifique bannière, ainsi que des photos et poésies hivernales !
    Bonne soirée, Miss Yves !

    RépondreSupprimer
  12. Une photo qui reflète bien la mélancolie engendrée par l'hiver.

    Nul bétail au pré
    sous son grand édredon blanc
    la prairie attend

    Bon dimanche Miss Yves, avec du soleil :)

    RépondreSupprimer
  13. Merci, Tilia, à toi aussi. Peut-ëtre prépares -tu un billet bien documenté, comme ceux dont tu as le secret, sur...le printemps ?

    RépondreSupprimer
  14. Espace feutré où le moindre bruit s'auto-amplifie. Des instants magiques où seule la buée et le bout des doigts peuvent réveiller brutalement et douloureusement...

    RépondreSupprimer