Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

lundi, août 05, 2013

Bas-reliefs

Après la Seconde Guerre mondiale, le port français du Havre fut reconstruit par l'architecte et urbaniste Auguste Perret



















Ville inscrite au patrimoine mondial de
 l'
Unesco
Les principes d'Auguste Perret en 1945:
« J’ai, étant jeune, préconisé, chanté la maison-tour. J’ai, depuis, changé d’avis. Quand on loge au 12ème ou au 15ème étage, on se sent d’abord exalté, puis accablé de solitude. On s’ennuie à mourir. L’homme a besoin de garder contact avec le sol. C’est pourquoi je ne bâtirais pas de maisons ayant plus de quatre étages. Quatre étages sans ascenseur, cela se monte très facilement ».
 Ces propos concernent le logement mais celui-ci n’exclut pas une seconde échelle, plus monumentale : « Je vois "un front de mer" qui regrouperait tous les monuments de la ville et escorterait les navires jusqu’à leur entrée au port. De hautes tours abriteraient les bureaux des grandes compagnies de navigation, des négociants, des industriels. Elles s’élèveraient bien au-dessus des maisons de la ville, qui ne dépasseraient pas 5 ou 6 étages. »




Avenue Foch :
La majorité des immeubles qui la borde a été achevée en 1954 et comporte cinq à six étages. Les façades sont agrémentées de bas-reliefs rendant hommage aux personnages marquants du Havre d'avant-guerre (« gloires du Havre »).







Le plan définitif , élargi aux voies secondaires, repose sur les idées suivantes:

«1°- sauf si certains centre commerciaux sont globalement déplacés, les boutiques doivent être reconstituées le plus près possible de leur ancien emplacement et dans des conditions qui permettent la bonne exploitation ;
2°- les habitations peuvent être plus facilement déplacées. Les densités admissibles et l’exposition en conditionneront la nouvelle disposition ;
3°- l’angle droit est générateur d’économie en construction. Il permet l’établissement de plans d’appartement meilleurs ;
4°- le commerce s’attache à la voie de passage, l’habitation a souvent intérêt à s’en éloigner. »

Source:http://fr.wikipedia.org/wiki/Centre-ville_reconstruit_du_Havre

......................................................................................................................................

14 commentaires:

  1. Bonjour chère Miss_Yves ! :o)

    J'aime beaucoup les œuvres d'Auguste Perret !!!

    Merci pour ce beau partage !

    GROS BISOUS d'Asie vers la Normandie ! :o)

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Miss Yves.
    Oui, Bien, Pas beaucoup d'alternative il fallait bien la reconstruire cette ville et bien d'autres en Normandie.
    Immeuble que tu nous pressente n'est pas déplaisant visuellement, cela du sans doute à la déco et un bon choix des couleurs.
    Très bonne journée A = :))

    RépondreSupprimer
  3. Exposé net et clair.
    On attend donc que, suivant la vision de ce cher Monsieur Perret, les habitants des 5/6 étages soient relogés dans des 3/4 étages et que les 5/6 étages fassent place à de nouvelles grandes compagnies ce qui enrayerait la crise.. :-)
    Bel hommage à la Construction dans les bas-reliefs.
    Je viens de lire que le docteur Richard perdit 4 doigts... mais pas dans la construction plutôt dû aux rayons...

    RépondreSupprimer
  4. Je suis d'accord, il vaut mieux habiter un petit immeuble où les habitants se disent encore bonjour, qu'une tour où tout est anonyme et où on se demande si ceux qu'on croise sont des habitants ou des gens qui n'ont peut-être rien à y faire.
    Est-ce qu'on se dit encore bonjour ou les relations entre voisins se dégradent-elles partout?

    RépondreSupprimer
  5. Le Havre ce n'est pas uniquement Auguste Perret mais Auguste Perret a fait beaucoup pour cette ville, suite à la deuxième guerre mondiale qui y a fait table rase (comme à St Nazaire ou ailleurs)

    RépondreSupprimer
  6. Quel que soit le nombre d'étage, l'habitant d'une HLM, ou d'une résidence de standing, est un individu cultivé "hors sol", avec le vent et la pluie pour tout contact avec la terre.
    Contrairement à ce qu'affirme Auguste Perret, je préfère mon 7e avec ascenseur plutôt qu'un simple quatrième sans monte-charge ! Avait-il pensé, ce bon Mr Perret, qu'en prenant de l'âge on risque la crise cardiaque en montant les étages, chargé comme un baudet des courses de la semaine ?
    Non, sans doute pas. À son époque il y avait encore des petits commerce d'alimentation à deux pas de chez soi, où l'on pouvait faire son approvisionnement au jour le jour sans se ruiner et surtout sans nul besoin d'un véhicule pour tout transporter :(

    Ceci dit, l'immeuble de 6 étages que tu présentes est bien plus agréable à regarder que les "cages à poules" de la même époque (si elles subsistent !). Et Auguste Perret mérite bien ce coup de projecteur.

    RépondreSupprimer
  7. Les architectes, Perret, comme le Corbusier ont leur conception personnelle du bonheur...qui ne cadre pas forcément avec celle du commun des mortels, et qui ne tient pas forcément compte des différents âges...

    Cependant, tous deux ont eu le mérite d'avoir eu une haute ambition pour les villes à reconstruire

    RépondreSupprimer
  8. Mission exaltante et vertigineuse que de reconstruire une ville de cette grandeur ! L'exemple de l'immeuble coloré et des bas-reliefs que tu nous montres en donnent une vision grave et belle!

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour le "papillon de bronze" et pour Lamartine, Miss Yves ! Nous apprécions ! (le papillon et moi)
    :-)

    Journée qui s'annonce encore chaude chez nous...

    RépondreSupprimer
  10. Il avait bien raison Auguste Perret.
    L'immeuble que tu nous montres est assez agréables à regarder, avec ses couleurs, ses rambardes en croisillons et les bas reliefs.
    Heureusement pur moi, je n'ai connu qu'un 6è d'abord puis un 4è étage sans ascenseur. Tilia a raison, nous avions les petits commerces à proximité, aussi bien rue de Charonne qu'avenue Parmentier.
    Je pense à la reconstruction de Gien un peu dans la même idée.

    RépondreSupprimer
  11. Il va falloir que j'y fasse un tour, ton billet m'en donne envie quand je vais chez ma soeur qui habite pas très loin du Havre et elle travaille, au lycée, enfin, elle prend sa retraite en septembre..
    Es-tu allée voir l'expo des impressionnistes au musée Malraux ?

    RépondreSupprimer
  12. Enitram: Pas encore, ni celle de rouen
    Nous avons vu celle de Caen , très belle-et sans pluie!Il y en a une aussi au Musée de Normandie, sur la photo et l'Impressionnisme+ autre chose à Deauville: c'est dans nos projets.
    Fifi: retour d'une certaine fraîcheur en Normandie.
    Claude, toujours des souvenirs de Paris , du "Paris profond",si j'ose dire comme on parle de la France profonde, c'est -à-dire authentique

    RépondreSupprimer
  13. Paris m'habite. Je devais y aller en Mai j'ai été obligée d'annuler. Je projette pour septembre mais il faudrait encore que j'en ai le temps.

    RépondreSupprimer
  14. Rue de Charonne il y avait une supérette pas loin de l'immeuble et un bistrot où ma Mémé allait souvent chercher mon Pépé. Pour les autres commerces j'ai moins de souvenirs.
    Avenue Parmentier, il y avait le marché rue du faubourg du temple, une boulangerie et un boucher en face de l'immeuble et un crêmier.
    Pas besoin d'aller au super et encore moins à l'hyper.

    RépondreSupprimer