Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

lundi, mai 26, 2014

L'architecture sous la pluie (2)

Dimanche 27 avril 2014

Balade-conférence avec un architecte du  CAUE, Jean-Jacques Ernault (suite)


Dans les années 70, la reconstruction de l'église Notre-Dame a fait polémique:
Pas question pour l'architecte Yves-Marie  Froidevaux de reconstruire à l'identique la façade occidentale, dont les dommages menaçaient  les travées d'effondrement  .
Après bien des controverses, la solution adoptée  fut de donner   une sorte de "pansement  à l'édifice"grâce à  un grand mur  pignon en retrait permettant de contrebuter les travées .



L'utilisation du schiste  vert d'Equeurdreville met en relief l'architecture restante, et s'harmonise avec les traces  restantes au sol tandis que l'appareil en*opus spicatum"  (en "épis de blé" ou en "écailles  de poisson") rappelle les techniques de construction des églises anciennes.
Cette manière d'allier tradition et modernité est bien dans l'esprit de la Reconstruction .

Une halte  à l'intérieur de l'église pour fuir le mauvais temps nous a valu cette belle anecdote, significative de la fougue de l'époque:
L'église d'Agneaux , fortement sinistrée , fut restaurée par plusieurs jeunes architectes, dont Jacques Priolleau,  sollicité par son ancien professeur, tandis que Jean-Lambert  Rucki avait été chargé de créer  un nouveau  coq pour le  clocher .(1954)
Or, le jour de l'inauguration, le coq avait été égaré! Quand il fut retrouvé-dans un fossé- le jeune Priolleau et son acolyte grimpèrent tout en haut du clocher pour l'y installer!
..................................................................................................................................................................



.......................................................................................................................................................
Article personnel: visite de la préfecture, journée du Patrimoine 2013

Lien  : coq du clocher d'Agneaux

Lien /plongée en 3D http://notre-dame-retrouvee.fr/
................................................................................................................................................................

15 commentaires:

  1. (^‿^) ❀

    MERCI BEAUCOUP chère Miss_Yves pour ce post qui m'intéresse énormément.

    Je t'embrasse et je te souhaite un bon lundi !!!

    BISOUS d'Asie vers la Normandie

    RépondreSupprimer
  2. Ca n est pas tres esthetique je trouve ce grand mur en retrait de lion,un peu mieux de pret mais pas encore ca,dommage que l original n est pas pu,voulue etre reconstruit,elle a l air magnifique cette Eglise.

    RépondreSupprimer
  3. Coup de coeur pour ta première image où le sol luisant de pluie et le ciel sombre contrastent en beauté avec les pierres couleur ocre de l'église, pour son cadrage aussi !

    RépondreSupprimer
  4. Bravo pour les explications techniques et les solutions trouvées. Ma voisine de lotissemnt s'est aperçue que sa maison (pas du même type que la notre qui est une maison "d'architecte" n'avait pas de "chaînage" et donc les murs pignons s'écartent, heureusement que son mari a construit un abri de bois costaud !

    RépondreSupprimer
  5. Je te conseille "un monde sans fin" de Ken Follett
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Un_monde_sans_fin

    Et le roman qui précède "les piliers de la terre"
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Piliers_de_la_terre

    Qui parlent magnifiquement des bâtisseurs de cathédrales

    RépondreSupprimer
  6. c'est notre dame du coq retrouvé!
    ta première photo est très réussie

    RépondreSupprimer
  7. j'aime bien les explications mais esthétiquement je suis plus réservée sur ce mur !

    RépondreSupprimer
  8. Coucou Miss Yves.
    Il pleuvrait donc en Normandie ! Rassure toi chez nous aussi!
    La vue de ta première image n'a surpris, cette incohérence d'architecture, nous sommes plus habitué aux restauration de Violet le Duc qui je crois était contesté à sont époque...
    Et se coq toujours aussi gaulois...
    Très bonne journée.
    A + :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .. ce coq , bien sur... ce n'est pas ma seule faute...

      Supprimer
  9. Je comprends la polémique, le pignon n'est point trop esthétique ; ça fait un peu béton.
    Sans doute n'était-il point facile de refaire à l"identique, si les destructions étaient trop importantes.

    RépondreSupprimer
  10. ...et cote lecture "Le printemps des cathedrales" qui dans mon souvenir parle plus sur le cote architecture mais j;ai beaucoup aime les deux livres de Diwo et de Follett. Comment faites-vous pour devorer autant de livres toi et Cergie?? :-)
    Une belle parenthese avec l'episode du coq.

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour les suggestions de lecture.
    Que dire pour répondre à ta question?

    RépondreSupprimer
  12. Pas facile de reconstruire avec peu de moyens et très peu de temps pour reloger le maximum de gens à la porte...

    RépondreSupprimer
  13. Merci, Miss Yves !
    L'histoire de cette gueule cassée, qui ne sera hélas jamais plus comme avant, est passionnante.

    RépondreSupprimer
  14. Le mystère du coq fugueur n'a pas été élucidé ?

    RépondreSupprimer