Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mercredi, octobre 01, 2014

Point final au festival

...des bords de Vire



par une magnifique journée de fin d'été, 
petite virée, 
en compagnie d'une amie, depuis Tendance Ouest jusqu'à l'écluse du Rocreuil, en suivant le parcours Art et Environnement de la brochure.(Cf.ci-dessus)

Le croquis  de Source -en haut à droite- adoucit (édulcore ?)la réalisation qu'en a faite  Pawel Chlebek 

(Lien ici)

L'oeuvre nous heurte, et de sa description,  "C'est une sculpture représentant un homme prisonnier de lourdes branches, mais qui semble disparaître à partir du sommet de son corps, où se trouve un nid vide. 
"nous retenons plutôt l'image d'un corps supplicié.

L''interprétation , quant à elle: " L’artiste nous dit que l’homme, dans la brièveté de sa vie, ne fait que passer d’un état à l’autre, d’une coquille de protection à une autre.",ne dissipe guère  notre impression de malaise.
..................................................................................................................................................................................................
L'étape suivante sera -t-elle plus souriante ?


Sans qu'il soit besoin de tenir compte du titre,   Seagull (mouette) 
nous sommes attirées par cette structure
en forme d'ailes ou de flûte de Pan
composée par Lorna Green, en symbiose avec  l'arbre  qui l'abrite, le paysage et le souffle du vent léger.


"Sculpture-mobile composée de rameaux de bois peints et suspendus aux branches d’un arbre, Seagull figure les ailes d’une mouette qui se serait perdue sur les bords de la Vire et y aurait trouvé refuge. Les plumes rigides de l’oiseau se mettent en mouvement au moindre souffle de vent mais pour un envol impossible. La mouette est devenue arbre, à moins que ce ne soit l’arbre qui tente de devenir oiseau. 
Lorna Green a choisi de représenter une mouette à cause de la proximité de la mer et aussi pour un aspect absurde qui rend incongrue son installation : les mouettes ne se posent jamais dans les arbres."


Cette réalisation est représentative de la démarche de l'artiste:

"Lorna Green travaille la majeure partie du temps sur des sites naturels et les sculptures qu’elle propose sont toujours créées en corrélation avec le lieu où elles se trouvent. L’artiste s’inspire du paysage, des éléments qui le composent, des gens qui l’habitent et de son histoire. 
Elle utilise toute sorte de matériaux avec une prédilection pour le bois, les fleurs ou les pierres, qu’elle choisit sur place, en fonction de ce qui est présent. Elle travaille aussi avec des matériaux et des objets de fabrication industrielle, dont elle pose la question de leur intégration forcée ou naturelle dans l’environnement. 
 Elle propose ainsi des œuvres permanentes, qui peuvent s’éroder lentement, ou totalement éphémères. "



La visée de l'installation suivante,  par Martina Ebel ne  manque ni d'intérêt, ni de charge émotionnelle:
"L’œuvre Guerre et Paix est composée d’une dizaine d’objets blancs ou à motif, suspendus aux arbres et flottant au vent. Il s’agit de vêtements cousus et réassemblés, qui ont été envoyés à l’artiste par les maires des quatre villes jumelées avec Saint-Lô, à sa demande. Le ruban rouge qu’elle y a ajouté symbolise à la fois la blessure et l’amour. 
mais la réalisation nous a semblé en -deçà des intentions de son auteur.

"Invitée à travailler sur le thème des 70 ans de la Libération de Saint-Lô, Martina Ebel évoque par son installation les fantômes de la guerre, mais de façon légère et  bienveillante. L’artiste propose une œuvre participative où la construction de l’amitié entre les pays est l’élément central de sa réflexion."

Via Picasa, voici ma version dramatisée des "fantômes de la guerre ", errant sur les bords de la Vire



Ce tronçon de l'ancien chemin de halage où se situait l'écluse du Rocreuil n'est malheureusement pas entretenu comme d'autres chemins,sur la Vire aussi, le  petit pont au fin travail de fer forgé se voit  envahi par les ronces et la rouille.


On peut regretter qu'il ne soit pas restauré, toutefois, son charme  vieillot et sauvage inspire les artistes amateurs...



Le pont fait des huit
rouille et ronces s'y enlacent
l'été s'éternise





Aquarelle personnelle
................................................................................................................................................................
Autres photos /
Liens pesonnels ici et

15 commentaires:

  1. (•ิ‿•ิ)✿

    Coucou et MERCI Miss_Yves pour la superbe peinture, les belles photos et toute cette atmosphère qui font cette publication MAGNIFIQUE !

    Je t'envoie de GROS BISOUS d'Asie vers la Normandie
    Bon mercredi !!!!!! ✿✿º°。

    RépondreSupprimer
  2. j'aime certaines de ces oeuvres...et leurs justifications par l'artiste...bien que souvent je préfère ne pas "savoir" et imaginer ma propre interprétation parfois bien loin de ce que voulait transmettre le créateur.

    RépondreSupprimer
  3. C'est le paradoxe de l'art contemporain: la nécessité d'un discours explicatif-souvent utile, même s'il n'est pas toujours convaincant.

    RépondreSupprimer
  4. Il y a des jardins de Chaumont sur Loire dans ces réalisations, elles sont sympa par leur intention et leur légèreté... Le temps passe et l'oubli est nécessaire. Guerre et paix me rappelle les forts que nous visitions près d'Epinal ou même les maquis. La végétation peu à peu prend le dessus et cependant les lieux gardent la mémoire des événements passés...

    RépondreSupprimer
  5. j'aime ces bâtons suspendues comme les carillons musicales.. couleur ciel!
    et pour clore la visite.. une belle aquarelle ..c'est parfait!

    RépondreSupprimer
  6. Belle idée poétique, l'arbre se sentant pousser des ailes !
    En le voyant, j'ai pensé à un carillon à vent.
    Serait-ce le cas ?..
    Comme ton aquarelle, le petit pont rouillé exprime la mélancolie automnale.
    Quant aux fantômes de la guerre, ce sont des surgeons de mémoire qu'il est bon de cultiver, par respect pour tous les jeunes gens qui ont perdu la vie en défendant notre sol. Je suis en train de préparer un billet sur l'un d'entre eux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui,e pense que l'idée était de faire vibrer ces ailes au vent.
      Comme tu l'écris , il faut "cultiver ces surgeons de mémoire" , c'est le mérite de cette installation.

      Supprimer
  7. I love the winged tree! And the pencil rendition of the rusty bridge and brambles!

    RépondreSupprimer
  8. Oui effectivement le croquis tempere la realisation de Pawel Chlebek. Est-ce un coffre a la place du corps ou une planche? Mais qu'importe cette creation questionne. Ce serait interessant de savoir si ce createur passe du temps a cote de ses oeuvres pour ecouter les discussions qui se passent autour d'elles.
    P.S. Apres lecture des commentaires: Josette n'a pas tort mais ce serait dommage de ne pas savoir l'intention de l'auteur.
    La suivante "Seagull" des tuyaux blancs qui se balancent? J'ai tout d'abord pense a des grandes chaussettes... Il faut savoir ce qu'il en retourne avant d'y mettre sa propre interpretation. Bof.
    J'aime ton interpretation de "Guerre et Paix."
    Et on finit en beaute avec ce pont qui devient le symbole de communication entre artistes, oeuvres et visiteurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un coffre qui emprisonne le corps, l'intention de l'artiste étant d'évoquer l'âme prisonnière du corps (Vision dualiste à laquelle je n'adhère pas )
      Impossible de ne pas penser à un corps supplicié dans un instrument de torture!La position des jambes qui pendent est celle du Christ en croix.
      Bref, j'ai préféré ne pas exposer cette oeuvre, même si elle questionne, comme tu le dis justement.
      Il y a effectivement des moments de rencontre avec les créateurs (je n'y a pas participé)
      Pour sea gull, ce sont les bâtons de bois peints en blancs( comme passés à la chaux)
      Revenues sur nos pas, mon amie et moi, avons trouvé un des bâtons tombé(oeuvre éphémère dit le descriptif) et nous l'avons rafistolé à l'aide du fil de pêche qui pendouillait.
      Ta phrase de conclusion est très belle!

      Supprimer
    2. La première approche de "Sea gull " m'a fait penser à une coiffe indienne

      Supprimer
  9. j'aime beaucoup tout ce que tu viens de nous montrer mélange de sérieux et de légèreté!
    Merci je vais revenir voir tous les liens.

    RépondreSupprimer
  10. j'oubliais tes aquarelles sont toujours aussi belles et elles ont le mérite de ne rien nous imposer car elles sont toutes faites de touches poétiques... je ne sais pas si j'exprime bien ce que je ressens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, si, je vois et t'en remercie.

      Supprimer
  11. Seagull est déjà plus plaisante à regarder...
    Mais je préfère ton aquarelle !!!

    RépondreSupprimer