Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

vendredi, novembre 07, 2014

Une épée entre au musée

    Il ne s'agit pas d'une épée martiale, mais d'une épée d'académicien, celle d'Octave Feuillet, récemment restaurée par monsieur Bruno Bell,  artisan d'art à Denneville, qui a eu la gentillesse de répondre à mes questions à ce sujet.



Restaurateur d'objets d'art et d'archéologie en métal, Bruno Bell a suivi quatre années de formation couronnées par un Master de conservation-restauration, à l' Université de Paris I. Il est donc habilité à travailler pour les musées qui conservent des œuvres d'art.




    Quelles ont été les étapes de ce travail ? 
Après des contacts avec Amélie Lemarinel, assistante en conservation au musée des Beaux-Arts de Saint-Lô qui lui a envoyé une série de photos, Bruno Bell s'est rendu sur place, dans les réserves, pour photographier et étudier l'épée, puis, son devis ayant été accepté, il est passé à la restauration.



    Comment se présentait l'épée avant restauration?
 Distinguons tout d'abord la lame, en acier, décorée de gravures à l'acide, dorées, et dont une partie bleuie formait une patine, ce qui l'avait protégée de la corrosion. Sa décoration consiste en motifs floraux stylisés, comme ceux des lames d'épées que Bruno Bell a restaurées au Musée Historique de Strasbourg par exemple.



    Quels sont les autres éléments de l'épée? 
La poignée est réalisée en laiton doré et les plaquettes ( c'est-à -dire les deux éléments permettant la prise en main ) sont en nacre. Le fourreau est en cuir, non décoré. A ses extrémités, l'entrée et la bouterolle en laiton sont gravées de motifs végétaux et dorées.




    Plusieurs points ont dû être traités: 

- La lame étant coincée dans le fourreau par la corrosion, il a fallu la sortir à l'aide de longues tiges en inox souple qui ont permis de la séparer du cuir. 
- La corrosion de la lame a été traitée mécaniquement par des abrasifs divers, grâce à des outils de prothésiste dentaire. Il a aussi été nécessaire de revenir sur quelques points de rouille des parties bleuies. 
- Les plaquettes en nacre avaient subi une restauration antérieure hasardeuse. Que faire? La méthode a consisté à les décoller par vapeur de solvant, puis à nettoyer minutieusement leur revers, avant de pouvoir les remettre en place.

- Le fourreau, en cuir très sec, très altéré, tombait en poussière.
 Il a donc été nécessaire de consolider la surface et les déchirures à l'aide d'adhésif. Bruno Bell a aussi proposé au conservateur de créer une « fausse lame » : la lame en acier est copiée en plexiglas et cette copie est introduite dans le fourreau. Double avantage de cette solution: le maintien de la forme du fourreau et la présentation de la lame à la vue des visiteurs.






Bruno Bell, qui travaille pour de multiples musées et services archéologiques m'a aimablement proposé une visite de son  atelier.
Voilà une suggestion qui mérite d'être soumise aux amis des musées municipaux, amateurs de telles sorties .



M.S.

............................................................................................................................................................
(A suivre)
...............................................................................................................................................................

A propos des épées d'académiciens:








12 commentaires:

  1. Coucou Miss Yves.
    Ne dit on pas aussi qu'ils leurs arrive de s'affronter à fleuret moucheté !!!
    Trêve de blague.
    Un beau travail a été réalisé.
    Très bon weekend.
    A + :o)

    RépondreSupprimer
  2. merci bcp pour ces explications sur ce tres noble objet et bon w end ;o)

    RépondreSupprimer
  3. Enfin j'ai pu prendre le temps de lire ton billet... 3 fois depuis ce matin j'ai été interrompue mais j'ai persévéré fort heureusement !

    RépondreSupprimer
  4. quelle précision dans ton message pour un travail minutieux et astucieux de restauration!
    bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le mérite en revient à M.Belll

      Supprimer
  5. Un plaisir de lire les explications: joli travail de chirurgie dentaire.En fin de compte ce sont les etuis qui devraient etre repenses.

    RépondreSupprimer
  6. Ou plutot les fourreaux...

    RépondreSupprimer
  7. ✿✿Coucou chère Miss_Yves !

    MERCI pour ce que tu partages sur ton joli blog ... c'est très intéressant !

    Bon week-end et douces pensées d'Asie !!!!

    RépondreSupprimer
  8. Marrant tout cela, ces sérieux personnages devraient pouvoir tirer leur épée comme Zorro...
    (J'ai lu que les deux acteurs de la série de Disney étaient de bons épéistes)

    RépondreSupprimer
  9. º° º°。☆ ★彡 Un petit coucou en passant chez toi ce mardi 11 novembre !

    Bonne continuation chère Miss_Yves et GROS BISOUS d'ASIE !!!

    RépondreSupprimer
  10. Deux epees vue de pres il y a quelques annees, en 1999, au musee Marmottan, d'Arthus Bertrand et de Julien Clergue (Academie des Beaux-Arts) dont les photos de bord de mer sont inoubliables...

    RépondreSupprimer
  11. Le lien serait-il perdu ?

    RépondreSupprimer