Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

jeudi, décembre 11, 2014

Le chic

Suite au succès des Portraits de la Marquise, Valérie et Octave Feuillet sont invités à la Cour de Fontainebleau par l’Impératrice Eugénie.





Catastrophe ! la robe livrée à Valérie la déçoit : « un fourreau de douairière, enrubanné comme une quenouille »

La voilà dès potro- minet accourant chez le couturier anglais de la rue de la Paix, M. Worth qu’elle tire du lit et supplie de lui coudre une robe : "ll voulait une robe de soie lilas couverte de bouillonnés de tulles de même nuance, dans lesquels se noieraient des touffes de muguet. Un voile de tulle blanc jeté comme un nuage sur les bouillonnés et les fleurs. Enfin une ceinture avec des bouts flottants, rappelant les guides du char de Vénus. »







Valérie doit s’installer chez les Worth pour la journée , abandonnant mari et enfants « pour de vaines frivolités »


Elle décide donc d’écrire à sa "chère vieille bonne Victoire »….

« Il me semblait qu’en me rapprochant d’elle, je faisais un acte humble et bon qui rachèterait les vaniteuses pensées que je nourrissais depuis le matin.
« Ma chère bonne, lui disais-je, je vais à la cour ce soir. Es-tu fière de ta fille ? Ta fille est fière aussi, mais elle a des remords. Elle trouve que les plaisirs qui demandent tant à la vie sont de coupables plaisirs. Figure-toi que je suis sur pied depuis qutre heures du matin pour me faire faire une toilette. La première était manquée. Je t’écris chez le couturier, car c’est un homme maintenant qui habille les femmes à la mode. Cette folie va me coûter les yeux de la tête ; avec l’argent que je sèmerai là, j’aurais une maison pour tes vieux jours, voilà qui empoisonne ma joie, ma gloire et le reste !
« Ma lettre est interrompue : premier essai de ma robe. Si tu savais comme elle est jolie, cette robe ! c’est un bouquet ! Et puis elle a une traîne que je vois fuir derrière moi et qui fait un délicieux froufrou. Dieu veuille que je ne marche pas dans cette traîne en saluant l’Empereur. Voilà qui serait affreux ! Juge donc ! si j’allais t’écrire : j’ai manqué ma révérence !
« M. Worth (c’est le nom du couturier) me rassure et me dit que je me tirerai bien d’affaire. Il est très aimable, ce Worth. Tu sauras qu’il me fait beaucoup de compliments, qu’il est très heureux de m’habiller, parce que, dit-il, j’ai une jolie tournure et du *chic. Chic est un mot que tu n’as peut-être jamais entendu. Cela veut dire élégance personnelle, élégance ayant une physionomie. Je t’expliquerai cela jusqu’au bout quand je serai de retour dans notre Normandie et que je marcherai sur l’herbe de nos prairies en développant ce chic extrême.
« Voilà qu’on me réclame pour le second essayage ; décidément c’est une tyrannie que le monde. Cette fois-ci, je m’en vais pour toujours. »

« Adieu femme sans chic et que j’adore.

« Valérie


Quelques années de ma vie p 200-204 Valérie Feuillet , Calmann Lévy Editeur- 1894

« Chic » vient  de l’Allemand « Shick » qui signifie « justesse, convenance » et, en dialecte Alémanique (suisse allemand et alsacien), « habileté » et « savoir-faire ».
Cf une émission « Karambolage » !!
« Chic » est à l’origine un terme militaire et avoir du chic signifiait « avoir de la tenue » à une époque lointaine (bien avant celle de triste mémoire) où l’officier allemand passait pour un modèle de maintien.


C’est donc bien l’idée de savoir-faire, d’aisance à faire quelque chose, qui mène au sens « d’élégance », de désinvolture et de « prestance ».

(Résumés 
 et note 
de Pascale  Heurtevent)
........................................................................................................................................................;



L'épée  d'académicien d'Octave Feuillet ,restaurée, se trouve en bonne place dans l'espace Feuillet rénové.
Cette épée avait été exposée dans les années 70 au lycée Octave Feuillet ( Paris  XVI ème arrondissement ) à l'initiative de son proviseur
http://ericessertet.chez.com/pageD47.html

Or, ce lycée professionnel compte, parmi ses spécialités ,
- les arts de la mode:
http://www.cdma.greta.fr/domaine-offres/accessoires-de-mode/

avec, pour objectifs:
"Concevoir des chapeaux, des sacs, des accessoires de tête, mais aussi utiliser différents matériaux, plumesfleurs artificielles vous permet d’enrichir vos propres créations " 

-et une initiation à la plumasserie ,  dont voici les enjeux:
Présentation du métier, des techniques à l’aide de documents et de modèles, de l’outillage.
"Reconnaissance des plumes à l’aide d’échantillons et de documents techniques:
- Coller les plumes à plat, en volume
- Coudre les plumes
- Monter les plumes
- Parer les plumes
- Découper les plumes
- Friser les plumes
- Monter des garnitures en plume
-Teindre les plumes
Techniques spécifiques de l’autruche:
- Monter des ornements en autruche
- Coudre un boa"
http://www.cdma.greta.fr/les-portes-ouvertes-du-lycee-octave-feuillet/

La Maison Février, au top du costume de revue depuis 1929 emploie quatre plumassières  qui ont appris les bases de leur métier dans ce lycée, unique en France , pour  la transmission de ce savoir.
C'est au coeur de Pigalle que se niche cet atelier, où les plumes de nandou deviendront  boas et autres trucs en plume non seulement pour le Moulin Rouge , mais aussi pour le Lido, l'Opéra Garnier, des revues en province ou à l'étranger.
Articles ici et
...................................................................................................................................................................
De la plume de l'écrivain aux plumes des élégantes et des danseuses  du Moulin rouge, quel envol !
..............................................................................................................................................................


18 commentaires:

  1. Une plume chic que celle de "Valérie" !
    Miss_Yves je trouve beaucoup de chic à cette page

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de me régaler avec cette publication, bien documentée.
    J'avais vu un reportage sur la plumasserie. C'est un beau métier.
    Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Zizi Jeanmaire avec son truc en plumes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi.
      J'aurais pu ajouter un lien vers U Tube

      Supprimer
  3. Coucou Miss Yves.
    Voici du chic qui est un choc à notre époque !!!
    Je vois mal ma petite fille accoutrée de la sorte... les modes passent ...
    J'ai un livre de mode de 1874:
    https://picasaweb.google.com/110730006871508501916/Mode1874?authuser=0&feat=directlink

    Bonne journée.
    A + :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien, mais , il ne m'a menée nulle part.
      Il y a sans doute quelque chose qui m'échappe

      Supprimer
  4. " avec l’argent que je sèmerai là, j’aurais une maison pour tes vieux jours, voilà qui empoisonne ma joie, ma gloire et le reste !"
    Je ne sais pas si c'est "chic" mais cette lettre me choque !!!
    Ah le chic parisien !!!
    Et comme toujours un billet bien documenté !!!
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons calculé que le prix de la robe devait correspondre à un an du salaire d'une servante.
      Le plus choquant(Quoique....)c'est que Valérie, sans doute entre deux essayages a oublié d'envoyer cette lettre"pleine de remords."

      Supprimer
  5. MissY, tu as le "chic" pour nous captiver avec « de vaines frivolités » ;-)
    La princesse Pauline de Mettemich consacre tout un chapitre de ses Souvenirs à Worth. Parait-il que s'il avait beaucoup de goût pour la haute couture, il en avait moins pour l'aménagement de sa villa à Suresnes :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien (le texte m'a amusée ) et pour tes compliments!

      Supprimer
  6. Dommage "chic" ne rime pas avec "frivole" mais le devrait ici.
    J'ai entendu partie d'un reportage l'autre jour sur France Culture sur un couturier immigre parisien, avec sa femme a ses cotes, qui essayait desesperement de vendre son fond de commerce, sa retraite etant plus qu'a point. C'etait tres touchant.
    P.S: Je me demande si les lames Schick viennent de ce "schick?" Probablement.

    RépondreSupprimer
  7. Pour la petite histoire un eleve du lycee Firmat a Toulouse a ete ferme quelques heures la semaine derniere a cause de la vigilance d'un gardien qui avait repere un jeune avec un sabre au cote: il s'agissait d'un ancien eleve portant l'uniforme d'ingénieur des Mines de Saint Etienne, revenu faire une petite visite !

    RépondreSupprimer
  8. De liens super interessants comme celui de la Maison Fevrier ou les formations E Greta dont les prix par contre sont un peu moins encourageants...

    RépondreSupprimer
  9. Le monde était divisé en deux catégories : ceux qui servent et ceux qui sont servis. Il y a des relents de "autant en emporte le vent" dans l'attitude paternaliste de Valérie Feuillet. Dans ce roman, j'avais aimé particulièrement l'épisode du jupon froufroutant ramené par Rhett à Mama.

    RépondreSupprimer
  10. Je rebondis sur le com de Lucie car à la lecture de l' extrait de l'écrit de Valérie, moi aussi j'avais de suite pensé au célèbre film mais à la robe que Scarlett se fait faire dans des doubles rideaux en velours vert.
    Pas besoin de taper le code vérificateur, tu tapes ton com et tu envoies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une scène magnifique, exprimant la rage de vivre!
      Oui, mais question sécurité, c'est quand même un peu fort.

      Supprimer
  11. j'aime les miniatures en émail.. les bijoux 'cheveux' me dégoûtent un peu...une belle exposition à voir .. merci pour ce billet !

    RépondreSupprimer