Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

mercredi, novembre 11, 2015

Aux enfants de la commune...

"Aux enfants de la commune de Penmarc'h"



Austère,  sombre, sinistre, cette silhouette réalisée en kersantite  traduit bien la souffrance des survivants de la Grande Guerre.
C'est l'oeuvre du sculpteur Pierre Lenoir (1879-1953), formé à l'école régionale des Beaux-Arts de Rennes.
Elle a été inaugurée en 1929.




Pierre Lenoir a pris comme modèle une femme de la région, tout comme son ami René Quillivic (1879-1969)

pour sa Bigoudène, figure du Mémorial de la guerre 39-45 

(Inauguration: le 11 novembre 1950)

qui se dresse dans l'enclos paroissial de Plozévet.

(Selon la tradition locale, il s'agirait d'une cousine de l'écrivain" breton d'expression française"
Pierre -Jakez Hélias, chantre du pays bigouden)



Sur son corps s'allonge la liste des morts de la seconde guerre mondiale ,


s'ajoutant à celle des  plus de 200 noms , inscrits sur la  haute stèle qui  lui fait face , commémorant le sacrifice des soldats de 14-18.



L' ensemble monumental ci-dessus fait partie des monuments  aux morts pacifistes:

Près d'une  pierre dressée  de 9 mètres, se tient, non pas un traditionnel coq gaulois, un poilu armé
 (ou une mère, ou bien  une veuve qui sont déjà des motifs novateurs) mais un père de famille,
Sébastien Le Gouil, digne, malgré la perte de ses trois fils et de son gendre.

René Quillivic en est aussi l'auteur.

Le groupe en bronze des sonneurs  (de biniou et de bombarde) qui orne une autre partie de l'enclos montre  une autre facette de son talent, couronné par une médaille d'or,  dès 1907 au Salon des Beaux-Arts de Paris
Acquise par la commune en 1937, l'oeuvre fut inaugurée en présence du ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Jean Zay.



René Quillivic, très attaché à son identité bretonne a été non seulement sculpteur, mais graveur et céramiste, il a  également travaillé pour la faïencerie HB.

17 commentaires:

  1. oh intéressantes ces statues

    RépondreSupprimer
  2. Un sculpteur au service de la faïencerie ! Ça m'épate. Ceci dit on faisait à un moment des "biscuits", des petites sculptures, j'en ai deux (au moins) : une enfant et une jeune fille...
    En tous les cas ces monuments sont tous oeuvres originales, et la kersantite m'a fort intéressée, pourtant je n'ai pas âme de géologue..

    RépondreSupprimer
  3. Toi qui as vu la "silhouette" de près, dis nous si elle avait un visage sous son capuchon de pèlerine ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après les sites consultés, il y a bien un visage , mais je ne l'ai pas vraiment distingué, en raison de la hauteur de la statue, et du matériau très sombre.

      Supprimer
    2. J'ai trouvé ce lien sur un site passionnant >

      http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=29158_1

      Le dit site va me servir pour mon prochain message (à moins que je ne le diffère encore)

      Supprimer
    3. A l'expo à Evian / Martin Parr, il y avait une photo à contre-jour d'auto-stoppeuse. Je n'ai pas été emballée, d'autant qu'il a utilisé un flash pour éclairer le visage : pas d'ombre sur la silhouette cela faisait très bizarre alors qu'il y avait une ombre portée longue des jambes...
      Il lui aurait suffi de choisir une autre sortie d'Evian pour une orientation du soleil différente, il est vrai qu'il n'aurait alors pas eu une belle transparence dans les cheveux. On ne peut tout avoir mais alors il faut assumer...
      Bon WE Miss...

      Supprimer
  4. (Mignon petit promeneur coloré aux cheveux sombres mais néanmoins pas bouclés qui fait voler du pied les feuilles)

    RépondreSupprimer
  5. J'ai bien reconnu ces oeuvres ... dans mes photos il ne me manque que celles de Penmarc'h...
    Beau reportage mettant à l'honneur des sculpteurs peu connu (ou que localement)

    RépondreSupprimer
  6. Tout d'abord je t'ai répondu sur mon blog.
    J'aime ce genre de Monuments aux Morts qui sortent un peu de l'ordinaire si je puis dire.
    Je vais essayer de te retrouver deux que j'ai vus et photographiés

    RépondreSupprimer
  7. Effectivement passer devant cette statue avec un enfant ne doit pas être de tout repos mais d'autant plus marquant. De plus les modèles ont été de chair et d'os ce qui ne fait qu'intensifier les sentiments ressentis.
    Même question que Lucie pour le visage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Meric pour la réponse. En y réfléchissant, il doit bien y avoir un visage puisque Pierre Lenoir a pris une femme de la région pour modèle, il ne peut y avoir de ressemblance que dans ce visage qui d'autre part prend une dimension universelle.

      Supprimer
  8. Magnifique reportage, les statues sont très intéressantes, merci !
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
  9. C'est le travail des artistes de résumer la Douleur des familles, des régions, d'un pays. La première sculpture est éprouvante, pourtant le jaune du toit et l'orangé des portes tempèrent l'austérité du monument et semble affirmer que la vie est là malgré tout.

    RépondreSupprimer
  10. Very somber, as befits the subject. War produces some beautiful monuments . . . but I'd rather not have the wars.

    RépondreSupprimer
  11. Coucou Miss Yves.
    C'est la première fois où je vois une "Bigoudène" en monument aux mort !
    Très bonne journée
    A + ☺ ☼

    RépondreSupprimer
  12. j'aime beaucoup voir ces monuments que je connais depuis longtemps , qui montrent vraiment la guerre dans ses conséquences douloureuses .
    on racontait une histoire dans les veillées:
    un jour un général part visiter les troupes (14-18) il arrive près d'un régiment de Bretons et les entend dire ensemble " mont d'ar gêr"(en breton) qui se prononce deurdjér... le général dit au capitaine: doublez les rations de ces braves qui veulent partir à la guerre... or ils disaient "aller à la maison"!

    RépondreSupprimer