Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

jeudi, juillet 20, 2017

Le MuMo, quésaco?


MuMo 2  



Depuis le mercredi 31 mai, deux petits  groupes d'adhérents des amis des musées savent  répondre à cette question, grâce à Orane Robiolle:



    Qu'est-ce que le Mumo 2  ?

 C'est un  camion comme celui des forains, destiné à faire découvrir l'art contemporain  aux enfants, de façon à ce que tous, sur le territoire aient accès à une culture vivante.
    Conçu par Matali Crasset, il  se déploie -à l'arrêt- en largeur avec des bancs et de  petites tables favorisant les ateliers créatifs pour les enfants.



     A l'intérieur, un système d'accrochage ingénieux permet de montrer les collections des FRAC. Cette année, trois directeurs de  FRAC d'Ile-de France, de Caen et de Rouen ont joué au jeu surréaliste du "Cadavre exquis".

    La première oeuvre choisie, collage de Richard Fauguet  détournant une sculpture de Brancusi sur carte postale, a entraîné un second choix (photos de sculptures miniatures faites de poussières de Zim Taylor) et ainsi de suite jusqu'à la quatorzième oeuvre, suivie d'une vidéo.


     Un cliché de Sophie Ristelhueber pris dans le désert du Koweït - champ de poussières après la guerre du Golfe - inspiré par Marcel Duchamp via Man Ray renvoie, par son jeu de lignes, au plissage d'un hamac de Chloé Quenum.


                                  Une démarche ludique imprègne les oeuvres présentées:



- A gauche sur la table, ces objets de formes géométriques pensées par Bevis Martin &Charlie Youle  partent de manuels scolaires des années 1950 à 1970 relatifs à la théorie des ensembles.

Mais il y a un intrus.
 Lequel et pourquoi?

- Ci-dessous, cette sorte de sculpture abstraite du designer Robert Stadler, composée d'ardoises , sur laquelle les jeunes visiteurs peuvent écrire,  comme des écoliers sur un tableau noir!
       D'ailleurs, une main enfantine avait  tracé ce  mot  à la craie blanche :"Arvoire".





Dans ce diptyque,  15 minutes before (2005); Eye view, 2005, (dessins au crayon rouge)
l'artiste -architecte, Jean-Pascal Flavien s'est amusé à insérer sa signature de manière inhabituelle:
                                                                   où donc ?



     Sous la houlette de l'animatrice, les participants se sont amusés comme de grands enfants à deviner quelles associations d'idées pouvaient bien relier les oeuvres: matériaux, graphisme, thèmes, références...

   Pas toujours évident, mais très stimulant!Vive l'imagination au  pouvoir!




7 commentaires:

  1. Coucou Miss Yves.
    C'est super, peut être manque t il d'initiatives de ce genre dans plein de domaine ? j'en ai sans doute beaucoup manqué!!!
    Trés bonne journée, A +

    RépondreSupprimer
  2. une idée, une initiative formidable... à copier !!!
    la signature , cette petite bête à droite... ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh non, la signature ne se cache pas en petit format, au contraire !

      Supprimer
  3. l’intrus pour moi c'est le gâteau...
    la signature ne serait pas les arbre en lettre majuscule ?
    belle initiative que ce musée mouvant

    RépondreSupprimer
  4. Intéressante l'idée d'exposition itinérante pour initier les enfants à l'art contemporain, mais ce sont surtout de grands enfants qui la visitent :-)

    RépondreSupprimer
  5. C'était une séance réservée aux "grands enfants", mais rassure -toi, les enfants ont eu des créneaux bien à eux.

    RépondreSupprimer