Propriété intelectuelle

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Creative Commons Licence 3.0 France - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes Conditions.

dimanche, juillet 02, 2017

Rois et reines

        Si j'en crois les commentaires des billets précédents, le château d'Amboise plaît beaucoup et ravive divers souvenirs et impressions chez mes fidèles lecteurs.
        Cette fois, c'est une remarque de Josette, après l'émission de Stéphane Bern consacrée à la Reine Margot,(l'intégrale ici ) qui m'incite à ajouter quelques photos succinctement commentées.  (Photos prises le 3 mai 2017)



   La salle du conseil doit ses vastes dimensions à une nouveauté dans la manière de gouverner:
le roi de France exige que les grands seigneurs, accompagnés de leurs épouses, demeurent plusieurs mois à ses côtés, manière de s'assurer de leur fidélité, après s'être assuré de celle des gouverneurs, des officiers et des haut dignitaires du clergé. Les audiences solennelles et les fêtes doivent alors avoir un cadre à leur mesure.

 Sur les piliers centraux, les décors de fleurs de lys et de mouchetures d'hermines symbolisent le royaume de France et le duché de Bretagne. Au plafond s'entrelacent  les monogrammes de Charles VIII et d'Anne de Bretagne.


     La cheminée munie d'une hotte trapézoïdale conserve le style gothique.
La notice de visite sur Amboise précise que cette "cheminée assurait le confort à la mauvaise saison".
Or, nous étions début mai et la belle flambée dispensée par des bûches  de belle taille n'était pas de trop !



                           
            Le décor de la salle dite de l'échanson évoque les usages à la tables du roi.


                             

     Focalisation sur le mobilier gothique: coffre et dressoir (appelé aussi crédence ou buffet)
Tapisseries d'Aubusson tissées au XVII ème siècle. Celle de droite a pour sujet"le banquet de la reine Esther"
                          Une autre partie de la pièce montre une table à rallonges,  à l'italienne, meuble  qui progressivement supplantera les tréteaux médiévaux.



Chambre Henri II.

Les dimensions du lit très ouvragé, de style Henri II,  sont imposantes: 2,18m.X 1, 82


On sait qu'à la mort de son époux , en 1559, la reine Catherine de Médicis joua un rôle actif en politique sous les règnes successifs de ses fils, et dans les guerres entre catholiques et protestants- ce qui nous ramène à notre point de départ: la reine Margot .
....................................................................................................................................
Liens: Le roman d'Alexandre Dumas
           le film de Patrice Chéreau 

11 commentaires:

  1. j'ose avouer que j'ai lu plus souvent Dumas que les historiens,Isabelle Adjani a superbement interprété la Reine Margot.
    Merci Miss-Yves pour la continuation de cette visite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une interprétation sublime dans ce film qui a été comparé à un opéra.

      Supprimer
  2. Belle visite, il me faut maintenant aller en arrière. Ici, c'est amusant, je remarque le gigantesque panier à bois! Réplique de ceux que nous connaissons. Et les cheminées bien sûr obligatoires dans de telles pièces, à se demander de quelle façon ils occupaient leurs journées l'hiver quand ils étaient à l'intérieur. Ils devaient probablement aller se coucher de bonne heure. Un bon souvenir du film, surtout de certaines couleurs de scènes avec la reine Margot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et si l'on imagine les grandes dames en robes décolletées dans ces grandes pièces froides...

      Supprimer
  3. Fan inconditionnelle d'Alexandre Dumas. C'est ma mère qui en avait toute une collection que je dévorais, enfermée dans ma chambre. J'étais mousquetaire, reine, cardinal, tous ces personnages hantaient mes rêves.

    J'aime beaucoup cette imposante cheminée. Une cheminée avec un feu qui y brûle est toujours très belle pour moi. Par contre, j'imagine ce château en hiver... la cour devait se presser devant l'âtre. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu et relu "les trois mousquetaires", "Vingt ans après" et "Le Vicomte de Bragelonne" .
      Si la fougue juvénile de D'Artagnan me charmait, le personnage ténébreux d'Athos me fascinait, tout comme Milady.

      Supprimer
  4. J'en ai visité quelques uns mais pas encore celui-là. Bien évidemment le plus près, le Château du Lude.
    La cheminée est très belle.
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
  5. Ce château pour moi c'est plutôt Anne de Bretagne, elle y a vécu tant de grossesses infructueuses et perdu tant d'enfants en bas âge, et puis son premier mari qui s'est cogné à un linteau !
    J'ai fait une photo de cette salle du conseil publiée sur Cergipontin mais il n'y avait pas de roi dessus, seulement ses suivantes bavardes et pas de bouquet non plus...
    >

    http://cergipontin.blogspot.fr/2008/09/amboise-indre-et-loire-la-salle-du.html

    (Ce feu est bien... chaleureux !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Si j'en crois..." as tu écrit, il me semble que tu utilises très rarement la première personne du singulier
      :-)
      C'est un exercice très difficile que je ne réussis pas souvent

      Supprimer
  6. Tu es toujours três observatrice : c'est en effet exceptionnel !
    A props de ta remarque qui m'avait incitée à évoquer les jardins, j'avais usé d'une formulation impersonnelle , qui aurait été,cette fois, non seulement répétitive, mais artificielle.
    Une fois n'est pas coutume, je me suis impliquée !

    RépondreSupprimer